Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Algérie : les blouses blanches voient rouge
 Après la répression sanglante de la manifestation des médecins, mercredi 3 janvier à Alger, le mouvement de contestation des blouses blanches se durcit.

L’élite matraquée, l’avenir fracassé». Le conseil régional de l’ordre des médecins de Blida, à une quarantaine de kilomètres au sud d’Alger, n’a pas manié la litote pour contester l’usage de la matraque contre les jeunes médecins. Le rassemblement des médecins résidents (jeunes praticiens préparant leur spécialité) sur le parvis du plus grand CHU d’Alger, l’hôpital Mustapha Pacha, a été férocement réprimé, mercredi 3 janvier 2018, par les forces de l’ordre, pour empêcher ces derniers de sortir de l’enceinte de l’établissement, au motif que les manifestations sont interdites dans la capitale. Une vingtaine de médecins ont été blessés. Les images de plusieurs d’entre eux, la tête ensanglantée, ont largement circulé. Les victimes vont porter plainte pour agression, a déclaré au quotidien El Watan le résident en radiologie à Constantine AbdelmoumenHabibi, l’un des fondateurs du collectif autonome des médecins résidents algériens. Les jeunes médecins réclament de longue date une révision de leur statut qui les astreint à un service civil obligatoire de deux à quatre ans – pour lequel ils sont affectés dans une région reculée du pays et sans lequel ils ne peuvent obtenir leur diplôme – puis au service militaire d’un an sans aucune possibilité de dispense. Ils s’estiment de ce fait victimes de discriminations par rapport aux autres citoyens algériens. La répression a donné une visibilité à leur mouvement de contestation, entamé mi-novembre dans une relative indifférence. Et elle l’a, si l’on peut dire, revigoré. Les médecins se sont de nouveau rassemblés dimanche 7 janvier à Alger ainsi qu’à Constantine, sans incidents, et ont appelé à une mobilisation à Oran le 9 janvier. Ce jour-là a même été désigné comme journée nationale de protestation. Le mouvement de grève a été graduel : les médecins résidents ont d’abord opté pour une grève cyclique, qui se tenait tous les lundis et les mardis dans chaque hôpital du pays. Mais désormais, ils n’assurent plus que le service minimum (les services d’urgence) et sont appelés tous les jours au piquet de grève. Sans encadrement et sans matériel suffisants, certains médecins sont souvent tenus pour responsables de la détérioration de la santé des malades. Cet été, un gynécologue affecté à un hôpital de la wilaya de Djelfa dans le cadre du service civil a, par exemple, été condamné à une peine de prison ferme suite à la mort d’un patient. 

à lire aussi :
Trump veut torpiller l’enquête russe
Donald Trump a demandé, dimanche 20 mai, une enquête sur une possible « infiltration » de sa campagne par des agents de la police fédérale (FBI), une accusation...
Daech n'a plus la pêche
Des combattants syriens soutenus par des frappes américaines ont brisé les lignes de défense des jihadistes au cœur de leur fief de Raqa, une percée majeure dans la...
L’enfer oublié de Gaza
«Gaza dix ans après » : ainsi s’intitule un rapport accablant publié par la mission locale des Nations Unies, mardi 11 juillet 2017. Son ambition est de dresser un...
Macron largue les centristes
Le retour en grâce n'aura pas duré. Après Richard Ferrand lundi, Sylvie Goulard mardi, ce sont Marielle de Sarnez et surtout Fran- çois Bayrou qui ont annoncé,...