Dernière minute ...
ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Le 22 décembre 2017, le bitcoin chute de 25 %, de 20.000 $ à 14.445 $ Catalogne-21 Décembre : Majorité absolue des indépendantistes mais former un gouvernement n’est pas garantie Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
L’opportunité
 Le projet  de loi-cadre examiné  en Conseil de Gouvernement jeudi dernier dans la perspective de son adoption en Conseil  des Ministres prochainement  avant d’être soumis à l’approbation parlementaire revêt une importance capitale dans la vie politique et démocratique du pays. La sensibilité et l’enjeu du sujet ne sont pas à démontrer. Rarement une question suscite autant d’intérêt de l’opinion publique et des commentateurs de tous bords.  A telle enseigne qu’elle s’impose d’elle-même comme priorité nationale. Elle est sur toutes les  lèvres et constitue un sujet permanent de discussion et une préoccupation majeure pour les   familles. 

Les conférences  et les rencontres à tous les niveaux consacrés à la question éducative ne se comptent pas et il serait fastidieux d’en faire l’inventaire.  Rappelons, tout simplement, les grands derniers moments : les travaux de la COSEF qui ont débouché sur l’adoption d’une charte de l’éducation, le lancement d’un programme  d’urgence  2009-2012, la création en 2014 du Conseil Supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique  qui a travaillé   d’arrache-pied    pour élaborer une vision 2015-2030. Cette dernière, une fois approuvée, vient d’être déclinée en projet de loi –cadre. Et la chaine se poursuivra à l’avenir  par l’élaboration d’une série de textes de lois, de décrets  et de règlements prévus  pat ledit projet de loi-cadre !! C’est dire toute l’étendue de ce chantier qui ne s’achèvera, dans le meilleur des cas, qu’à l’horizon 2025.

Ce projet de loi cadre mérite qu’on le prenne au sérieux.  Réduire la discussion  au seul article 45 qui stipule l’instauration des frais d’inscription à l’université, et au lycée dans une deuxième étape,  pour les familles dites aisées  est un moyen d’escamoter le débat sur les  enjeux fondamentaux que soulève ce texte et les problématiques inédites qu’il  aborde. 

Le document, composé de 10 chapitres et de 57 articles, s’assigne des objectifs ambitieux pour le pays : définir les grands choix stratégiques de l’Etat en la matière, garantir la durabilité de la réforme (pour ne pas reproduire les erreurs du passé en recourant à la réforme de la réforme), jeter les bases d’un cadre contractuel national définissant les obligations de tous les intervenants  (Etat, secteur privé, collectivités territoriales et d’autres partenaires).

C’est un projet, est-il écrit, fondateur d’une étape nouvelle selon une approche moderne pour appréhender la question de l’éduction, de l’enseignement de la formation et de la recherche scientifique. 

S’il y a une question qui s’inscrit au cœur d’un projet de société, c’est bien celle de l’éducation-formation. C’est pour cela qu’elle demande beaucoup d’audace, et de détermination.

Le Maroc et les Marocains ont beaucoup souffert de la manière avec laquelle a été traitée cette question par le passé: trop d’atermoiements et d’hésitations sur les choix fondamentaux  dont notamment ceux relatifs aux langues, aux programmes et aux modalités de financement;  beaucoup de démagogie et de populisme à chaque fois que l’on aborde les questions de l’évaluation, de la promotion considérées des questions tabous….Aujourd’hui, on ne fait que constater les dégâts : abandons en masse, analphabétisme et illettrisme inquiétants, des formations au rabais, un enseignement à plusieurs vitesses…. 

 Il est donc  grand temps de prendre le problème à bras le corps. Le projet de loi-cadre s’inscrit bel et bien dans cette perspective. Il vise à mettre le pays à niveau pour être au diapason des défis et  prêt aux rendez-vous historiques qu’il s’est fixé. Bien sûr, le projet de loi-cadre n’est pas une fin en soi. Ce n’est qu’un moyen parmi tant d’autres.  Il faut de la mobilisation autour des choix stratégiques, des consensus positifs et créateurs sur les valeurs principales au lieu des consensus boiteux et stériles.

Certes, le projet de loi peut ne pas être parfait.  Rien n’empêche cependant de l’améliorer et de le perfectionner, surtout en levant toute équivoque sur la gratuité de l’enseignement. Mais l’essentiel y est :  obligation de l’enseignement fondamental à partir du préscolaire, renforcement des langues étrangères aux côtés de nos deux langues nationales dans la perspective de maîtriser 4 langues au niveau de la classe terminale,   révision des programmes en les débarrassant des scories rétrogrades et passéistes, valorisation des ressources humaines, restructuration de la recherche scientifique, mobilisation des moyens financiers additionnels, mise en place d’une gouvernance basée sur la transparence, la responsabilité  et  la recevabilité ….C’est donc une opportunité historique, peut-être la dernière ?, qui nous est offerte pour enfin remédier aux maux qui taraudent notre système éducatif. A chacun de prendre ses responsabilités. Il ne faut surtout pas qu’on continue à perde notre temps à discuter  sur le   sexe des anges ! Ou à voir partout l’ombre du FMI et de la BM jusqu’à en faire une obsession….

Abdeslam Seddiki, Economiste, ancien ministre

à lire aussi :
La Vidéo à la demande (VOD) a le vent en poupe au Maroc
 Le pay per view ou vidéo à la demande commence à s’installer au Maroc. Récemment Médi1 TV a annoncé le lancement d’Ashamil, première...
Kénitra à plein gaz
 Les découvertes de gaz dans le bassin du Gharb se précisent. La société britannique d’exploration gazière et pétrolière, SDX Energy Inc. a...
Super Moulahom chez l’Asmex
 Le superministre-businessman en charge  de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie Numérique et de l’Habitat par intérim est...
Profession : apprenti terroriste
 Ancien militaire espagnol, Jamal Alcala Damir s’est installé à Nador où il a formé une cellule terroriste qui s’apprêtait à commettre des...