Dernière minute ...
Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
La Libye s'installe dans le chaos
 La Libye, où des autorités rivales, à Tripoli et dans l'Est, ainsi que de nombreuses milices, se disputent le pouvoir, n’arrive toujours pas à sortir du chaos, six ans après la chute du régime de Mouammar Kadhafi en octobre 2011.

La Libye reste engluée dans une interminable crise de transition sans solution crédible en vue, en dépit de la signature il y a deux ans d’un accord politique censé mettre fin au chaos et aux profondes divisions entre camps rivaux. Dernier témoignage en date de ce chaos persistant, l’enlèvement et le meurtre dimanche de Mohamad Esthewi, le maire de Misrata, troisième ville de Libye. Parallèlement, cette crise continue d’alimenter le drame de centaines de milliers de migrants, qui vivent pour beaucoup un enfer aux portes de l’Europe. En décembre 2015, la signature d’un accord à Skhirat, sous l’égide de l’ONU, avait pourtant débouché sur la formation d’un gouvernement d’union nationale (GNA) et ravivé l’espoir d’un retour progressif à la stabilité. Mais, selon des experts, cet accord, dont les tentatives d’amendement ont toutes échoué, a au contraire renforcé les divisions. Depuis son installation à Tripoli en mars 2016, le GNA n’a jamais fait l’unanimité, et il ne parvient toujours pas à asseoir son autorité sur des pans entiers du pays qui reste sous la coupe de dizaines de milices. Sa légitimité a été contestée d’emblée par ses rivaux, arguant qu’il avait pris ses fonctions sans obtenir la confiance du Parlement élu en 2014 –basé dans l’est (Tobrouk)–, comme le prévoyait l’accord de Skhirat. Le GNA dirigé par Fayez al-Sarraj fait ainsi face à l’hostilité persistante de cette assemblée et d’un gouvernement parallèle appuyés par les forces du maréchal controversé Khalifa Haftar, également installé dans l’est libyen (Al-Bayda). Et la position de ce «gouvernement d’union» risque d’être encore davantage fragilisée avec l’expiration de son mandat, le 17 décembre. L’accord de Skhirat prévoyait en effet la formation de cet exécutif pour un mandat d’un an renouvelable une seule fois. Cette semaine, le maréchal Haftar a estimé que cette date du 17 décembre marquait « un tournant historique et dangereux » avec « l’expiration de l’accord politique libyen ». « Tous les corps issus de cet accord perdent automatiquement leur légitimité », a-t-il argué. Régulièrement accusé par ses détracteurs de vouloir prendre le pouvoir et d’instaurer une dictature militaire, le maréchal Haftar entendait lui profiter de la fin du mandat du GNA pour tenter «un coup» de force. 

à lire aussi :
Trump dans l'œil du fisc
Le service des impôts de l’Etat de New York a ouvert une enquête, mardi 2 octobre, à la suite de la publication d’informations selon lesquelles Donald Trump aurait...
Le Yémen, cette guerre oubliée
Alors que les dirigeants internationaux se sont réunis à New-York, lors de l'assemblée générale des Nations Unies, personne ne semble se soucier de la situation au...
Poutine, le dernier tsar
Vladimir Poutine a été réélu pour un 4e mandat dimanche 18 mars, dès le 1er tour de l’élection présidentielle en Russie. À l’instar...
À l'ONU, Trump se ridiculise
Donald Trump a fait rire mardi les dirigeants de la planète réunis à l'ONU en vantant, à la tribune de l'Assemblée générale à New York, son...