Dernière minute ...
Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
A la rencontre du Petit Prince
 En partenariat avec le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) et la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la jeunesse (FASEJ), la Fondation Phosboucraa, filiale du Groupe OCP, organise un événement culturel qui abordera l’influence du désert marocain sur l’ensemble de l’œuvre de l’écrivain Antoine de Saint-Exupéry. L’événement aura lieu à l’Institut du Monde Arabe (IMA) à Paris le 18 décembre 2017 à 17h30,  autour du thème «Antoine de Saint-Exupéry et la Sagesse des Sables». Il se déroulera en trois temps forts : une Conférence, une exposition et un concert, suivi d’un  cocktail dînatoire. Il s’agit d’une manifestation culturelle qui vient créer et installer des passerelles de dialogue entre les communautés quelles que soient leurs cultures. C’est aussi une occasion pour présenter la richesse du patrimoine culturel hassani et le potentiel des trois régions du Sud du Maroc. Tout porte à croire que c’est dans le Grand Sud marocain que le Petit Prince, héros d’Antoine de Saint-Exupéry, est né. L’auteur a vécu pendant 18 mois à Tarfaya, Ex Cap Juby. Durant ces 18 mois de vie quasi-monacale, c’est là qu’il a commencé à écrire des romans. Il écrit son premier roman, «Courrier sud», «dont le titre a été suggéré par un autre grand homme, Jean Mermoz, un aviateur. Il y trouve également le décor du Petit Prince. Les décors naturels de la ville de Tarfaya, plantée à la lisière du désert du Sahara marocain, avec Côté face le fort construit par les Anglais et l’océan et le côté pile, le désert avec sa piste d’aviation, ont pu inspirer l’aviateur de l’Aéropostale. Charmé par cette ville, Antoine de Saint Exupéry y apprit l’arabe dans les tentes autour du thé. Il cherchait la valeur humaine avant tout et c’est dans le désert du Maroc qu’il a vraisemblablement pu la trouver. Ainsi, le Petit Prince voit le jour une décennie plus tard. Antoine de Saint-Exupéry se met en scène lui-même dans son œuvre et raconte l’histoire d’un aviateur qui, à la suite d’une panne de moteur, a dû  se poser en catastrophe dans le désert du Sahara et tente seul de réparer son avion.

à lire aussi :
Une histoire au fil des rails
 «Rêve de gares, une odyssée mondiale» est l’intitulé de l’ouvrage de l’historienne Marie-Pascale Rauzier, qui a été...
Les anges de Hanae El Ouadghiry
 La jeune artiste-peintre Hanae El Ouadghiry expose, jusqu’à fin septembre, ses dernières œuvres sur les cimaises de la galerie de l’Institut français de...
Quel enseignement de l’arabe voulons-nous ?
 Enseignement de la lecture en arabe : approches nouvelles" est l’intitulé d’un nouvel ouvrage du professeur Abdellah Chekayri, qui paraitra prochainement aux éditions...
Quand RAM célèbre l’art africain
 La Royal Air Maroc (RAM) est le transporteur officiel, pour la 2e fois, de la Biennale africaine de la photographie dont la 11e édition s’est ouverte samedi dernier Bamako....