Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Algérie : la Kabylie s’enflamme à nouveau
 L'onde de choc provoquée par le rejet d'une proposition d'amendement au profit de tamazight par la commission juridique du parlement algérien a rallumé l’étincelle de la contestation populaire en Kabylie.

Un mouvement de contestation a touché plusieurs villes et villages de Kabylie pour protester contre le rejet par l’Assemblée nationale algérienne (APN) d’un amendement visant à promouvoir la langue et la culture berbère (Tamazight). Des manifestations ont drainé lundi 11 décembre des dizaines de milliers de personnes à TiziOuzou, Béjaia et Bouira, les trois principales villes de Kabylie. À Bouira, des heurts ont opposé ces deux derniers jours des manifestants à des dispositifs anti-émeutes, contribuant à entretenir davantage la tension dans cette région d’Algérie connue pour être frondeuse. Le rejet de cet amendement n’est sans doute qu’un prétexte. La nouvelle génération de Kabyles, biberonnée aux réseaux sociaux, se sent de plus en plus frustrée par le manque d’empressement du pouvoir à promouvoir l’identité berbère, bien que le Tamazight soit promue langue officielle depuis la révision constitutionnelle de 2016.  Tout a commencé en novembre 2017. Les députés de l’Assemblée nationale débattent de la loi de Finances 2018. Nadia Chouitem, députée du PT (Parti des travailleurs, opposition), propose un amendement pour renforcer l’enseignement de Tamazight dans les établissements scolaires. Déposé au bureau de l’Assemblée nationale, conformément au règlement intérieur, l’amendement est accepté. Il atterrit donc devant la Commission des Finances et du Budget, où on examine les propositions de loi avant leur passage en plénière. Devant les membres de cette Commission, la députée du PT argumente sa proposition qui sera finalement rejetée, au prétexte qu’un tel amendement n’a pas sa place dans la loi de Finances et que le budget alloué au HCA est largement suffisant. Les règlements de l’Assemblée permettent en effet aux députés d’inscrire à nouveau un amendement en plénière, bien que celui-ci ait été rejeté par la Commission présidée par Toufik Torche, député du FLN. Le 26 novembre, donc, les députés sont appelés à voter la loi de Finances 2018. Soumis au vote par le président de l’Assemblée nationale, comme le reste des textes de cette loi, le fameux amendement est rejeté par les députés de la majorité dite présidentielle. Tous les autres amendements proposés par les partis de l’opposition sont également passés à la trappe. L’adoption de la loi de Finances 2018 se fait presque dans l’indifférence générale.

à lire aussi :
Quand Nidaa Tounes se donne en spectacle
Le premier parti politique de Tunisie est aujourd'hui en pleine crise, miné par une lutte de clan et une guerre de succession. Nidaa Tounes, c'est ce parti hétéroclite,...
Al-Baghdadi, la mort d'un mythe...
L’ Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a affirmé, mardi 11 juillet 2017, détenir des informations de hauts responsables du groupe djihadiste Etat islamique (EI)...
Al Sissi dans l'enfer du Sinaï
 L’attentat sanglant qui a fait 305 morts le 27 novembre dans une mosquée du Sinaï signe l’échec de la stratégie répressive du président Al...
Ça se corse pour Trump !
Le FBI a perquisitionné les bureaux à New York de Michael Cohen, l'avocat personnel du président américain Donald Trump, et a saisi des documents. Cette opération...