Dernière minute ...
68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Budget 2018 : l’Algérie taxe ses pauvres
 La loi de Finances 2018 votée dimanche en Algérie prévoit une augmentation des dépenses sociales malgré la baisse des recettes due à la chute des prix du brut, que des créations ou hausses de taxes visent à compenser. Les députés algériens ont par ailleurs confirmé le rejet de la création d'un impôt sur la fortune, proposée par le gouvernement. La Commission des Finances de l'Assemblée nationale avait argué de difficultés d'application et de craintes d'une fuite de capitaux vers le secteur informel ou l'étranger. L'Algérie subit de plein fouet depuis 2014 la chute des prix du brut, qui assure 95 % de ses recettes extérieures, faisant fondre ses revenus budgétaires et ses réserves de changes. Mais la loi de Finances budgète une hausse de 7,9 % des dépenses liées au généreux système social (subvention de nombreux produits de base, aides aux logements, éducation et soins gratuits). Une réforme des divers "transferts sociaux" avait pourtant été envisagée plus tôt dans l'année. Ces dépenses sociales représenteront en 2018 quelque 12,8 milliards d'euros soit 8,4 % du PIB et environ 20 % des dépenses de l'État, estimées à 62,8 milliards d'euros. Les Algériens seront lourdement touchés au portefeuille par la création ou la hausse de taxes. Le budget 2018, établi sur la base d'un baril à 50 dollars (pour un cours actuel de 58 à 60 dollars), prévoit une hausse de 9,8 % des recettes fiscales, pour des recettes totales établies à environ 47,3 milliards d'euros, soit un déficit budgétaire d'environ 15,5 milliards d'euros. La Taxe sur les produits pétroliers (TPP) augmentera notamment de plus de 17 % pour l'essence et d'environ 11,5 % pour le gazole. Une nouvelle taxe sera en outre appliquée au tabac, en plus d'une hausse de 10 % d'une taxe déjà existante. Une taxe de 1 % sur toutes les importations est également créée.

à lire aussi :
Algérie, la presse au garde-à-vous
Journaliste algérien, Saïd Djerbal, a été mardi interpellé devant le siège de la télé Ennahar dont il est l’un des rédacteurs en...
Dopage : Poutine contre-attaque
«Faites du sport! Si vous le pratiquez de façon subtile, le succès viendra…» Tel était le conseil donné par le chef du Kremlin, Vladimir Poutine,...
L'Iran, meilleur "allié" des États-Unis ?
Téhéran a lancé, selon le Pentagone, des frappes contre le groupe Etat islamique dans l'est de l'Irak. La détermination de l’Iran contre l’EI est un appui...
La Grèce n'est pas sortie de l'auberge
Non, il n'y aura pas de "Grexit". Après des négociations interminables, les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro sont finalement parvenus à un compromis sur un...