Dernière minute ...
A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Le Bitcoin déclaré monnaie non grata
 L’interdiction de la monnaie virtuelle par l’Office des changes, qui est tombée comme une douche froide, a calmé les ardeurs de certains traders et de quelques entreprises. Ce mode de paiement qui a le vent en poupe dans l’univers digital n’aura pas droit de cité dans les transactions financières au Maroc.

Que se passe-t-il quand le langage binaire épouse la monnaie ? Cela donne le bitcoin, une monnaie numérique dont le nom est un mariage entre bit (unité informatique) et coin (pièce de monnaie). Cette monnaie devenue à la mode qui fait fureur en Europe et aux Etats-Unis vient d’être interdite par l’Office des changes. Ce dernier considère l’utilisation des monnaies virtuelles par les Marocains comme étant une infraction. Dans une mise au point publiée le 20 novembre, l’Office des changes a tenu « à informer le grand public que les transactions effectuées via les monnaies virtuelles constituent une infraction à la réglementation des changes, passible à des sanctions et amendes prévues par les textes en vigueur. Aussi, l’Office des Changes, exhorte-t-il les personnes concernées à se conformer aux dispositions de la réglementation des changes qui stipulent que les transactions financières avec l’étranger doivent être effectuées via les intermédiaires agréés et avec les devises étrangères cotées par Bank Al-Maghrib ». Cette sortie fait suite à l’utilisation par certaines personnes physiques et morales de la monnaie virtuelle dans leurs transactions financières ». L’office a justifié cette interdiction par le fait qu’il s’agit « d’un système de paiement occulte et non adossé à un organisme financier, le recours aux monnaies virtuelles comporte d’importants risques pour leurs utilisateurs ».

Le communiqué diffusé par l’Office des changes fait notamment allusion à l’annonce par la société d’ingénierie informatique MTDS de son utilisation, pour la première fois au Maroc, du bitcoin. Cette entreprise avait fait savoir le 14 novembre dernier l’acceptation de cette monnaie virtuelle comme moyen de paiement. Le directeur de MTDS, Karl Stanzick, avait motivé l’adoption du bitcoin comme monnaie virtuelle par le souci de son entreprise d’adopter  « l’un des modes de paiement innovant et à fort potentiel de croissance pour permettre à nos clients, notamment internationaux, de régler nos prestations directement par Bitcoin à côté des autres méthodes de recouvrement traditionnels …". Jusqu’à présent, le volume des transactions réalisé dans cette monnaie demeure l’objet de bien des spéculations, sans pour autant dégager un chiffre précis. D’aucuns parlent de transactions se chiffrant à plus de 200.000 dollars,  un chiffre qui reste à vérifier.

Rappelons que le taux de change d’un bitcoin est de plus de 4000 euros. Utilisé dans un premier temps par les sites internet, le bitcoin est aujourd’hui utilisé de plus en plus par les entreprises et les commerçants à l’étranger. La société MTDS prévoyait lors de l’adoption de cette e-monnaie le paiement virtuelle de l’ensemble de ses prestations notamment les solutions de stockage de données, les services internet, la sécurité des réseaux etc.…

La société MTDS avait lancé en 2017 le premier point d’échange internet (IXP) « Marix » (Maroc Internet Exchange Point), qui permet d’échanger le trafic local des opérateurs télécoms sans passer par le transit international. Créée en 1993, MTDS est une société de conseil spécialisée dans les technologies de l’information et le développement. Elle a aussi contribué à la mise en œuvre d’activités centrées sur les technologies de l’information dans plus de 20 pays d’Afrique et dans plusieurs autres pays en développement dans le monde.

Qu’est-ce qu’un Bitcoin ?

Le bitcoin est «une monnaie cryptographique et un système de paiement pair-à-pair inventé par Satoshi Nakamoto, qui annonce l'invention en 2008 et publie le logiciel open-source en 2009». Son unité de compte est limitée à 21 millions d'unités et divisible jusqu'à la huitième décimale. Les transactions sont vérifiées par les nœuds du réseau et enregistrées dans un registre public réputé infalsifiable appelé blockchain. Le système fonctionne sans autorité centrale, ni administrateur unique, mais de manière décentralisée grâce au consensus de l'ensemble des nœuds du réseau. Bitcoin est la plus importante monnaie cryptographique décentralisée avec une capitalisation supérieure à 102 milliards de dollars fin octobre 2017.

Abdelali Darif Alaoui

à lire aussi :
Le foutoir des observatoires
Sur le papier, ils jouent le rôle d’outils d’aide à la décision publique en produisant une masse de données et d’indicateurs sur divers secteurs. Mais...
La sécurité dans toutes ses formes
 Assurer la sécurité économique d’un pays,  c’est mettre à la disposition de la population les moyens à même de satisfaire ses besoins...
Comment Free distille son Niel au Maroc
 L’émission de France 2 consacrée aux centres d’appel du groupe Iliad Free en France et au Maroc a révélé par le texte, l’image et les...
Benkirane répudié par les siens
 Avec le vote du conseil national du PJD réuni récemment à Salé, les militants islamistes ont mis fin à l’ambition de leur chef sortant de faire ...