Dernière minute ...
Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Le Bitcoin déclaré monnaie non grata
 L’interdiction de la monnaie virtuelle par l’Office des changes, qui est tombée comme une douche froide, a calmé les ardeurs de certains traders et de quelques entreprises. Ce mode de paiement qui a le vent en poupe dans l’univers digital n’aura pas droit de cité dans les transactions financières au Maroc.

Que se passe-t-il quand le langage binaire épouse la monnaie ? Cela donne le bitcoin, une monnaie numérique dont le nom est un mariage entre bit (unité informatique) et coin (pièce de monnaie). Cette monnaie devenue à la mode qui fait fureur en Europe et aux Etats-Unis vient d’être interdite par l’Office des changes. Ce dernier considère l’utilisation des monnaies virtuelles par les Marocains comme étant une infraction. Dans une mise au point publiée le 20 novembre, l’Office des changes a tenu « à informer le grand public que les transactions effectuées via les monnaies virtuelles constituent une infraction à la réglementation des changes, passible à des sanctions et amendes prévues par les textes en vigueur. Aussi, l’Office des Changes, exhorte-t-il les personnes concernées à se conformer aux dispositions de la réglementation des changes qui stipulent que les transactions financières avec l’étranger doivent être effectuées via les intermédiaires agréés et avec les devises étrangères cotées par Bank Al-Maghrib ». Cette sortie fait suite à l’utilisation par certaines personnes physiques et morales de la monnaie virtuelle dans leurs transactions financières ». L’office a justifié cette interdiction par le fait qu’il s’agit « d’un système de paiement occulte et non adossé à un organisme financier, le recours aux monnaies virtuelles comporte d’importants risques pour leurs utilisateurs ».

Le communiqué diffusé par l’Office des changes fait notamment allusion à l’annonce par la société d’ingénierie informatique MTDS de son utilisation, pour la première fois au Maroc, du bitcoin. Cette entreprise avait fait savoir le 14 novembre dernier l’acceptation de cette monnaie virtuelle comme moyen de paiement. Le directeur de MTDS, Karl Stanzick, avait motivé l’adoption du bitcoin comme monnaie virtuelle par le souci de son entreprise d’adopter  « l’un des modes de paiement innovant et à fort potentiel de croissance pour permettre à nos clients, notamment internationaux, de régler nos prestations directement par Bitcoin à côté des autres méthodes de recouvrement traditionnels …". Jusqu’à présent, le volume des transactions réalisé dans cette monnaie demeure l’objet de bien des spéculations, sans pour autant dégager un chiffre précis. D’aucuns parlent de transactions se chiffrant à plus de 200.000 dollars,  un chiffre qui reste à vérifier.

Rappelons que le taux de change d’un bitcoin est de plus de 4000 euros. Utilisé dans un premier temps par les sites internet, le bitcoin est aujourd’hui utilisé de plus en plus par les entreprises et les commerçants à l’étranger. La société MTDS prévoyait lors de l’adoption de cette e-monnaie le paiement virtuelle de l’ensemble de ses prestations notamment les solutions de stockage de données, les services internet, la sécurité des réseaux etc.…

La société MTDS avait lancé en 2017 le premier point d’échange internet (IXP) « Marix » (Maroc Internet Exchange Point), qui permet d’échanger le trafic local des opérateurs télécoms sans passer par le transit international. Créée en 1993, MTDS est une société de conseil spécialisée dans les technologies de l’information et le développement. Elle a aussi contribué à la mise en œuvre d’activités centrées sur les technologies de l’information dans plus de 20 pays d’Afrique et dans plusieurs autres pays en développement dans le monde.

Qu’est-ce qu’un Bitcoin ?

Le bitcoin est «une monnaie cryptographique et un système de paiement pair-à-pair inventé par Satoshi Nakamoto, qui annonce l'invention en 2008 et publie le logiciel open-source en 2009». Son unité de compte est limitée à 21 millions d'unités et divisible jusqu'à la huitième décimale. Les transactions sont vérifiées par les nœuds du réseau et enregistrées dans un registre public réputé infalsifiable appelé blockchain. Le système fonctionne sans autorité centrale, ni administrateur unique, mais de manière décentralisée grâce au consensus de l'ensemble des nœuds du réseau. Bitcoin est la plus importante monnaie cryptographique décentralisée avec une capitalisation supérieure à 102 milliards de dollars fin octobre 2017.

Abdelali Darif Alaoui

à lire aussi :
Les stocks de sang dans le rouge
 Le stock de sang au Maroc est au plus bas. A peine 4 jours de réserves au lieu de 12, notamment dans les grandes villes comme Casablanca et Rabat. La cote d’alerte largement...
Assurer la relève
 Pour les spécialistes de la démographie, on devrait, jusqu’en 2060, assister à l’accélération de la tendance du vieillissement de la population...
Plaidoyer pour une défense commune
 Le second Forum des avocats MRE qu’a abrité la ville d’Agadir du 24 au 25 novembre 2017 a tenu toutes ses promesses. Animés d’une volonté certaine, les...
Benkirane sans voile
  Abdelilah Benkirane veille à cultiver en toute circonstance l’image du Robin des bois qui prend aux riches pour donner aux pauvres. Ce n’est qu’une stratégie et elle ne...