Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Fin des rentiers de sable à la pelle ?
 Les carrières, véritable pompe à fric qui fonctionne dans l’opacité totale, qu’elles soient à ciel ouvert ou sous-marine,  viennent d’être placées sous le contrôle du ministère de l’Intérieur via une commission présidée par le wali de région. Jusqu’ici dépendant du ministère de l’Equipement, l’exploitation de ce filon très juteux qui comporte le sable du littoral et des dunes ainsi que d’autres produits comme le marbre, l’argile et le granulat échappait au contrôle des pouvoirs publics et à toute réglementation du fait des gros bonnets qui profitent de ce business. Désireux d’introduire une bonne dose de transparence dans un secteur qui carbure au cash, le gouvernement Al Othmani a adopté récemment un décret n°2-17-369  abrogeant un texte qui date de 1914 (soit du temps du protectorat !). Avec la volonté affichée de mieux contrôler leur activité qui telle qu’elle est pratiquée dans l’informel est attentatoire à l’environnement mais aussi aux caisses de l’Etat. Car les carrières au Maroc c’est une belle économie de rente hautement enrichissante pour les détenteurs d’agréments d’exploitation. Mais sans valeur ajoutée, en ce sens que la filière n’a pas permis la création d’une industrie de transformation, se limitant juste au pompage des carrières. Initié sous le précédent gouvernement, le nouveau décret  introduit de nouvelles règles visant à mieux encadrer l’activité. D’abord l’ouverture du secteur aux investisseurs sur la base d’un cahier des charges, ce qui implique la fin du système des agréments à vie qui équivaut à une autorisation administrative pour s’enrichir sur le dos de la collectivité et de la nature. Ensuite, le souci de la préservation de l’environnement est plus présent dans la nouvelle réforme dont les initiateurs imposent aux exploitants des études d’impact sur l’environnement réalisés par des bureaux agrées. Véritable frein à la modernisation de l’économie nationale et son développement, instrument qui produit de l’inégalité par la création d’une caste de privilégiés, le système des agréments existe toujours dans plusieurs autres secteurs comme la pêche et le transport par taxis ou par autocars. Un système que les pouvoirs publics, qui en sont les ordonnateurs,  ont laissé prospérer  au point que le démantèlement de cet état des privilèges contre-productif est devenu ardu en raison des résistances des bénéficiaires.

à lire aussi :
Ça gaze pour les explosions
 Moins de trois mois après l’explosion de plusieurs bonbonnes de gaz butane dans une laiterie nichée sous un immeuble d’habitation sur boulevard Yacoub El Mansour...
Anam : Jilali Hazim condamné
 Le verdict est tombé dans la soirée du lundi 4 décembre dans l’affaire du directeur général de l’Anam Jilali Hazim et le journaliste de...
Akhannouch ne perd pas le nord
 Le premier congrès régional du rassemblement national des Indépendants (RNI) qui s’est tenu dimanche dernier à Tanger, sous le thème « Nous...
Hicham Alaoui dézingue MBS
 Le cousin du Roi Mohammed VI Moulay Hicham, qui a déclaré récemment avoir renoncé à son titre de prince, a signé une contribution critique,...