Dernière minute ...
A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Fin des rentiers de sable à la pelle ?
 Les carrières, véritable pompe à fric qui fonctionne dans l’opacité totale, qu’elles soient à ciel ouvert ou sous-marine,  viennent d’être placées sous le contrôle du ministère de l’Intérieur via une commission présidée par le wali de région. Jusqu’ici dépendant du ministère de l’Equipement, l’exploitation de ce filon très juteux qui comporte le sable du littoral et des dunes ainsi que d’autres produits comme le marbre, l’argile et le granulat échappait au contrôle des pouvoirs publics et à toute réglementation du fait des gros bonnets qui profitent de ce business. Désireux d’introduire une bonne dose de transparence dans un secteur qui carbure au cash, le gouvernement Al Othmani a adopté récemment un décret n°2-17-369  abrogeant un texte qui date de 1914 (soit du temps du protectorat !). Avec la volonté affichée de mieux contrôler leur activité qui telle qu’elle est pratiquée dans l’informel est attentatoire à l’environnement mais aussi aux caisses de l’Etat. Car les carrières au Maroc c’est une belle économie de rente hautement enrichissante pour les détenteurs d’agréments d’exploitation. Mais sans valeur ajoutée, en ce sens que la filière n’a pas permis la création d’une industrie de transformation, se limitant juste au pompage des carrières. Initié sous le précédent gouvernement, le nouveau décret  introduit de nouvelles règles visant à mieux encadrer l’activité. D’abord l’ouverture du secteur aux investisseurs sur la base d’un cahier des charges, ce qui implique la fin du système des agréments à vie qui équivaut à une autorisation administrative pour s’enrichir sur le dos de la collectivité et de la nature. Ensuite, le souci de la préservation de l’environnement est plus présent dans la nouvelle réforme dont les initiateurs imposent aux exploitants des études d’impact sur l’environnement réalisés par des bureaux agrées. Véritable frein à la modernisation de l’économie nationale et son développement, instrument qui produit de l’inégalité par la création d’une caste de privilégiés, le système des agréments existe toujours dans plusieurs autres secteurs comme la pêche et le transport par taxis ou par autocars. Un système que les pouvoirs publics, qui en sont les ordonnateurs,  ont laissé prospérer  au point que le démantèlement de cet état des privilèges contre-productif est devenu ardu en raison des résistances des bénéficiaires.

à lire aussi :
Akhannouch ne perd pas le nord
 Le premier congrès régional du rassemblement national des Indépendants (RNI) qui s’est tenu dimanche dernier à Tanger, sous le thème « Nous...
Honoraires sup pour Bajaber
L’Union des consuls honoraires accré- dités au Maroc (UHCM) dont il est le secrétaire général, c’est le nouveau filon déniché par le...
Déficit avec l’Afrique
Les échanges commerciaux avec le continent africain ne sont pas en faveur du Maroc qui a accusé, selon les dernières statistiques de l’office des changes, un déficit...
Dopage des athlètes : le Maroc n’est plus en ligne de mire
 Le Maroc ne figure plus sur la liste de surveillance antidopage de l’Association internationale des fédérations d'athlétisme (IAAF). La bonne nouvelle a...