Dernière minute ...
Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social Le Roi Mohammed VI a décidé mercerdi 1er août 2018 de mettre fin aux fonctions de Mohamed Boussaid, en tant que ministre de l'Economie et des finances La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Bonjour la francaphonie !
 Grève lundi 27 novembre dans les établissements d’enseignement français au Maroc et dans nombre de pays africains francophones. Organisé à l’initiative des organisations syndicales des personnels et des enseignants, soutenu par les fédérations et associations des parents d’élèves, ce débrayage est venu en guise de protestation contre la décision du gouvernement français de procéder à des coupes importantes de l’ordre de 33 millions d’euros dans la dotation allouée à l’Agence pour l’Enseignement du Français à l’Etranger (AEFE) qui  va encore devoir se serrer  une ceinture déjà trop serrée. Ce  nouveau tour de vis budgétaire va se traduire par une suppression des postes d’enseignants détachés et  une réduction des ressources dédiées aux programmes pédagogiques. Ce qui fait craindre aux parents d’élèves une baisse de la qualité de l’enseignement dispensé surtout que le choix a été fait de recourir comme remplaçants à des enseignants locaux dont la formation laisse à désirer mais qui ont l’avantage de coûter moins cher. Cette réduction drastique du budget de l’AEFE, qui compte un réseau de plus de 400 écoles à travers le monde,  va s’accompagner d’une révision à la hausse des frais de scolarité déjà exorbitants pratiqués par les écoles de la mission française.  En fait, le gouvernement français actuel ne fait là que poursuivre une politique initiée par les gouvernements précédents. Une politique qui cache mal la décision de la France de faire payer de plus en plus l’enseignement et le rayonnement de  moins en moins de sa culture par les ressortissants de ses ex-colonies. Adieu la francophonie,  bonjour la francaphonie.

à lire aussi :
Ayouch désavoué
Il semble que l’incorporation de quelques expressions en dialecte marocain (darija) dans certains manuels scolaires n’est qu’un ballon d’essai destiné à...
Jouahri plane
 En réaction aux prévisions pessimistes de JP Morgan selon lesquelles le dirham pourrait perdre jusqu’à 7% de sa valeur d’ici un an, Abdellatif Jouahri a...
Belmokhtar, l’homme qui se barre
Là où il va, le ministre de l’Education nationale Rachid Belmokhtar brosse un tableau très sombre de l’école publique au point même de gêner son...
L’accréditation CLIP pour OCP
En reconnaissance de la pertinence de sa stratégie en matière de gestion de ses ressources humaines, l’institut d’entreprise d’OCP vient d’être...