Dernière minute ...
Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Drame d'Essaouira : Pour une pincée de farine…
 Au-delà de l’émotion suscitée aux quatre coins du pays et des enquêtes diligentées pour déterminer les responsabilités des uns et des autres, la bousculade mortelle d’Essaouira, qui a fait 15 morts, toutes des femmes,  dimanche 19 novembre  lors d’une opération de distribution de denrées alimentaires, vient nous rappeler une triste réalité : Malgré tous les efforts de solidarité déployés à divers niveaux, depuis plusieurs années, la pauvreté frappe encore d’importants pans de la population, aussi bien du Maroc des villes que des campagnes. La situation est telle qu’il suffit d’annoncer la nouvelle d’une opération de charité pour que les nécessiteux accourent frénétiquement  de partout pour être les premiers à en bénéficier.  C’est la ruée vers l’aumône. Les candidats à l’assistanat deviennent tellement hystériques qu’ils se bousculent, les uns marchant sur les pieds des autres dans une absence totale de respect et de discipline. C’est connu, la file n’est pas marocaine. Tout le monde veut être le premier à être servi. Un trait de culture sans doute. Et quand l’irrationnel s’invite dans l’affaire sur fond d’absence d’une bonne sécurisation de l’opération par les autorités locales, il faut s’attendre au pire. Il paraît  en effet que notre mécène, un prédicateur célèbre de Casablanca qui officie dans une mosquée du quartier huppé de Californie,   ne distribue pas seulement des paniers de vivres à 150 pièces via son association Aguissi de mémorisation du Coran et des œuvres  sociales. Il donne aussi la baraka à ceux qui le touchent! C’est ce qui expliquerait l’importance de l’affluence (près de 3.000 personnes alors que les organisateurs s’attendaient à un millier tout au plus) les gens étant venus des douars alentours et même des villes avoisinantes comme Safi, Chichaoua et Agadir. C’est la cinquième opération caritative annuelle du genre que l’association Aguissi réalise dans cette contrée d’ou est issu la star de l’imamat. Ce sera certainement la dernière en raison des dégâts immenses qu’elle a provoqués.

   

 Pauvreté, indiscipline, ignorance : une trilogie mortelle

 

C’est ce contexte,  se nourrissant aussi d’une absence de l’encadrement juridique de la charité dans ce pays en ce sens que n’importe qui peut s’improviser bienfaiteur, qui a enfanté, un jour de souk, le drame ayant endeuillé la bourgade poussiéreuse de Sidi Boulaalam. Elles étaient venues chercher de la farine, du sucre et de l’huile pour nourrir leur famille pendant quelques jours ; elles ont rencontré la mort par étouffement. Terrible coup du sort.

Vu du Maroc utile, mourir pour 150 DH d’aliments de base paraît incroyable. En effet, moins de 200 DH, ce n’est pas grand-chose. Pas même le prix d’une entrée dans un restaurant ordinaire de Casablanca. Mais cela représente beaucoup pour les femmes pauvres de  Sidi Boulaalam et leurs consœurs  qui sont légion dans le Maroc profond.

Justement, il y a ce mystère qui appelle cette question :   Pourquoi les candidats à la charité de Aguissi étaient exclusivement composés de femmes et pas d’hommes ? Cela rappelle le mode opératoire de nombre d’associations islamistes à l’image de Al Hidn à Casablanca affiliée au PJD dont la «clientèle» est exclusivement féminine. Appréciée pour sa capacité de mobilisation des électeurs dans l’entourage familial et du voisinage, cette dernière se rend régulièrement au siège de l’association qui a pignon sur rue où elle récupère différentes aides.  La charité politique avec des visées électoralistes a-t-elle frappé à Essaouira ? Seule l’enquête, qui a conduit le gouverneur d’Essaouira et une brochette d’agents d’autorité  devant la justice, est en mesure de déterminer si l’action caritative de Sidi Boulaalam relevait de la pure charité ou  elle était menée pour le compte d’une tierce parti (e) sachant que cette commune est dirigée par un élu PJD. Seule les investigations judiciaires   pourront faire la lumière sur les circonstances de ce drame qui a choqué plus d’un. A commencer par le souverain qui a demandé au gouvernement de pallier rapidement le vide réglementaire qui caractérise le domaine de la charité publique. Ce qui laisse la voie ouverte aux marchandages les moins avouables.

à lire aussi :
L’Etang Schneider bientôt prêt
 Les travaux de réhabilitation de l’Etang El Oufa dans le quartier El Firdaous à Casablanca seront achevés vers la mi-février 2018. Victime d’un abandon...
Al Walid, prince-maille ?
 Le prince saoudien Al Walid Ibn Talal a été libéré samedi 27 janvier ; sans que rien ne filtre sur les conditions de sa relaxe. Si le montrant de la transaction...
Agadir se moulahimise
 On s’attendait à ce que les conventions de développement signées devant le souverain dimanche 28 janvier à Agadir soient orientées vers le tourisme,...
Mdina bus va droit dans le mur
 Aors que des rumeurs persistantes courent sur le retrait de la CDG du capital Mdina Bus,  la société délégataire de transport par bus à Casablanca dont...