Dernière minute ...
Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
L’articulation
 J’emprunte le concept de l’articulation  à P.P Rey développé dans son ouvrage « les alliances de classes : sur l’articulation des modes de production » pour l’appliquer aux instances politique et économique. En effet,  dans un pays donné, l’équilibre sociétal suppose une meilleure articulation, voire une adéquation, entre ces deux instances. L’une ne peut évoluer indépendamment de l’autre. Puisque dans les faits,  une instance est toujours en avance sur l’autre, il s’agit là d’une tendance et non d’une situation figée.

L’adéquation entre les deux instances pourrait se produire de deux manières  :  d’une part via des mécanismes  spontanés et autorégulateurs,  qui risqueraient d’être lents et pourraient générer des tensions voire  des blocages plus ou moins durables ; d’autre part via des actions volontaristes dans  un sens progressif ou  dégressif en fonction de la volonté des acteurs politiques et du rapport des forces entre ces derniers. Par conséquent, tout changement n’est pas automatiquement positif.

Qu’en est- il du Maroc ? Quel type d’articulation est dominant ? Quelle instance est en avance sur l’autre ? L’analyse de la formation sociale marocaine - au sens marxiste du terme- nous incite à soutenir l’hypothèse du retard de l’instance politique sur l’instance économique.

Ainsi, le pays  a connu une évolution remarquable sur le plan économique au cours des trois dernières décennies. Bien que ce progrès économique soit visible à tous les niveaux, il a généré des contradictions et créé de multiples frustrations : La fracture entre les différentes couches sociales s’est élargie et le clivage entre les régions du pays s’est accentué. Les données sont connues pour ne pas s’y appesantir outre mesure.

En revanche,  l’instance politique est restée quasiment inchangée si l’on excepte l’adoption de la nouvelle constitution de 2011 dont certaines dispositions ne sont pas encore totalement mises en œuvre. Aussi, le mode de gouvernance demeure traditionnel, la qualité des acteurs politiques est d’un niveau qui laisse à désirer, les partis politiques, préoccupés par la gestion du court terme, jouent mal leur rôle d’encadrement de la population, l’élite politique se renouvelle timidement, l’administration reste attachée à des  pratiques ancestrales. Contrairement à certaines idées reçues, le politique est déterminant en dernière instance,  il constitue  un frein voire un blocage au développement économique qui lui est conditionnel.

Par conséquent, il faut agir sur le politique pour sortir de  la  léthargie dominante et libérer les initiatives en tirant la pratique politique vers le haut. Les mesures annoncées dernièrement suite aux discours adressés par le Souverain à la Nation  à l’occasion de la célébration du peuple marocain de la fête du trône (29 juillet) et de l’ouverture de la session parlementaire (13 octobre) s’inscrivent bel et bien dans ce sens. Elles visent à mettre à niveau le champ politique et à rendre irréversible le principe de la reddition des comptes. Cette mise à niveau va donner sûrement un coup de fouet à l’économie qui commence à montrer des « signes de fatigue ».

Le processus du changement est lancé. Il faut le conduire jusqu’à son terme pour le rendre plus perceptible par tout un chacun. Les Marocains  adhérent dans leur ensemble à cette révolution déclenchée  par la plus Haute Autorité du pays  et  sont convaincus  que « rien ne sera désormais comme avant ». C’est une nouvelle ère qui s’ouvre devant nous. Elle est porteuse de beaucoup d’espérance mais aussi d’incertitudes.

Par : Abdeslam Seddiki

à lire aussi :
Le pamphlet qui révèle le vrai visage du PJD
Il est informaticien. Il a passé onze ans au sein du PJD qu’il quitta en 2008. Aujourd’hui, il est acteur associatif et vient de publier un brûlot sur le Parti de la lampe....
Un martyr nommé Louardi
El Houssaïne Louardi s’est retrouvé soudainement propulsé au-devant de la scène après avoir été pris à partie au Parlement par un groupe de...
Moulay Hafid, l’assureur qui soigne ses affaires
Les appétits de Moulay Hafid pour le secteur de la santé au Maroc procèdent-ils de son ambition de bien soigner les Marocains ou d’une volonté farouche de doper son...
Moulahom champion du pluralisme affairiste
 Et si on offrait à Moulahom Hafid en plus de son portefeuille officiel de l’industrie, de l’investissement, du Commerce et de l’Economie numérique les autres...