Dernière minute ...
Marathon des sables 2018: Rachid El Morabity remporte son 6ème titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Samedi 14 avril,  00h55 GMT : de fotes explosions entendues à Damas, Trump a ordonné des frappes contre la Syrie avec la participation de la France et la Grande Bretagne Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc CAF 2018: Le WAC remporte sa première super coupe Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
L’articulation
 J’emprunte le concept de l’articulation  à P.P Rey développé dans son ouvrage « les alliances de classes : sur l’articulation des modes de production » pour l’appliquer aux instances politique et économique. En effet,  dans un pays donné, l’équilibre sociétal suppose une meilleure articulation, voire une adéquation, entre ces deux instances. L’une ne peut évoluer indépendamment de l’autre. Puisque dans les faits,  une instance est toujours en avance sur l’autre, il s’agit là d’une tendance et non d’une situation figée.

L’adéquation entre les deux instances pourrait se produire de deux manières  :  d’une part via des mécanismes  spontanés et autorégulateurs,  qui risqueraient d’être lents et pourraient générer des tensions voire  des blocages plus ou moins durables ; d’autre part via des actions volontaristes dans  un sens progressif ou  dégressif en fonction de la volonté des acteurs politiques et du rapport des forces entre ces derniers. Par conséquent, tout changement n’est pas automatiquement positif.

Qu’en est- il du Maroc ? Quel type d’articulation est dominant ? Quelle instance est en avance sur l’autre ? L’analyse de la formation sociale marocaine - au sens marxiste du terme- nous incite à soutenir l’hypothèse du retard de l’instance politique sur l’instance économique.

Ainsi, le pays  a connu une évolution remarquable sur le plan économique au cours des trois dernières décennies. Bien que ce progrès économique soit visible à tous les niveaux, il a généré des contradictions et créé de multiples frustrations : La fracture entre les différentes couches sociales s’est élargie et le clivage entre les régions du pays s’est accentué. Les données sont connues pour ne pas s’y appesantir outre mesure.

En revanche,  l’instance politique est restée quasiment inchangée si l’on excepte l’adoption de la nouvelle constitution de 2011 dont certaines dispositions ne sont pas encore totalement mises en œuvre. Aussi, le mode de gouvernance demeure traditionnel, la qualité des acteurs politiques est d’un niveau qui laisse à désirer, les partis politiques, préoccupés par la gestion du court terme, jouent mal leur rôle d’encadrement de la population, l’élite politique se renouvelle timidement, l’administration reste attachée à des  pratiques ancestrales. Contrairement à certaines idées reçues, le politique est déterminant en dernière instance,  il constitue  un frein voire un blocage au développement économique qui lui est conditionnel.

Par conséquent, il faut agir sur le politique pour sortir de  la  léthargie dominante et libérer les initiatives en tirant la pratique politique vers le haut. Les mesures annoncées dernièrement suite aux discours adressés par le Souverain à la Nation  à l’occasion de la célébration du peuple marocain de la fête du trône (29 juillet) et de l’ouverture de la session parlementaire (13 octobre) s’inscrivent bel et bien dans ce sens. Elles visent à mettre à niveau le champ politique et à rendre irréversible le principe de la reddition des comptes. Cette mise à niveau va donner sûrement un coup de fouet à l’économie qui commence à montrer des « signes de fatigue ».

Le processus du changement est lancé. Il faut le conduire jusqu’à son terme pour le rendre plus perceptible par tout un chacun. Les Marocains  adhérent dans leur ensemble à cette révolution déclenchée  par la plus Haute Autorité du pays  et  sont convaincus  que « rien ne sera désormais comme avant ». C’est une nouvelle ère qui s’ouvre devant nous. Elle est porteuse de beaucoup d’espérance mais aussi d’incertitudes.

Par : Abdeslam Seddiki

à lire aussi :
Le coup de bluff de Moulahom
 Saham Immobilier est finalement sortie de son silence pour démentir formellement,  via un long communiqué de presse, la vente à des conditions avantageuses d’un...
Assurer la relève
 Pour les spécialistes de la démographie, on devrait, jusqu’en 2060, assister à l’accélération de la tendance du vieillissement de la population...
Faux sahraoui, vrai djihadiste
est le feuilleton de l’été qui a tenu en haleine les médias français et (un peu) américains : «Rachid Rafaa», ce djihadiste marocain...
L’homme qui veut plumer le canard
Miloud Chaâbi a décidé d’intenter au Canard Libéré un procès en diffamation par le biais d’une citation directe déposée devant la...