Dernière minute ...
A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
La CMR perd encore des points
 La plus haute juridiction financière du Royaume vient de clouer au pilori la gestion du régime de retraites de la CMR. Ce ne sont pas les reproches, ni les manquements, ni les dysfonctionnements qui manquent. Pour sauver ce régime de la faillite qui le guette, la Cour des comptes propose quelques solutions. Décryptage.

Il y a péril en la demeure. Le Régime de la Caisse marocaine des retraites est très mal en point. Saisie par le président de la Chambre des conseillers pour effectuer un diagnostic de sa situation, la cour des comptes a dressé un constat alarmant qui appelle des actions rapides, concertées, graduelles et énergiques. Et pour cause, le déficit a atteint à fin décembre 2016, quelque  4,7 milliards de DH et devrait se dégrader au fur et à mesure pour se hisser à 7 milliards en 2020, puis 21 milliards en 2028, si rien n’est fait pour renverser la vapeur.

Mis en ligne le 7 novembre sur le site institutionnel de la Cour, le rapport n’y va pas par quatre chemins pour décréter que le navire de la CMR est en train de prendre l’eau et de couler à la vitesse grand V. Structurels, les problèmes dont souffre la caisse sont divers. Le premier est le déficit financier désormais structurel qui mine la structure. Cantonné à 936 millions de DH en 2014, il a grimpé à 4,76 milliards de DH à fin 2016 et la tendance n’est pas près de s’inverser. A cette situation, la Cour avance plusieurs explications. Si dans plusieurs pays, la liquidation se fait sur la base du salaire moyen au cours d'une période suffisamment longue en général, dans le cas de la CMR et avant la réforme de 2016, « la pension est liquidée sur la base du dernier salaire d'activité. Cette situation est à l'origine d'une disproportionnalité entre les cotisations payées et les pensions servies». Fait  plus aggravant, la CMR se montre magnanime avec ses affiliés en étant généreuse, trop généreuse. Depuis la réforme de 2016, l’annuité offerte équivaut à 2% du dernier salaire pour toute année de cotisation, tandis qu’avant la réforme ce pourcentage était de 2,5%. Néanmoins, les forts abattements fiscaux combinés à l’élargissement de l’assiette de liquidation à la totalité de la rémunération font que le taux de remplacement dépasse le dernier salaire perçu. En somme, le déséquilibre entre l’assiette des cotisations et les pensions menace donc la pérennité de la caisse. Si de surcroît, les départs à la retraite prennent l’ascendant sur les actifs cotisants avec un rapport actuel de 2,23 actifs pour un retraité et qui devrait diminuer pour s’établir à l’horizon 2024 aux alentours de 1,74 actif pour un retraité, cette disproportionnalité est appelée à se creuser davantage.

Contrairement aux auteurs de la réforme de 2016, les juges de la Cour des comptes ne voient pas l’avenir en rose. Selon eux, cette réforme n’aura d’impact que sur le court terme, sans permettre de sortir de ce déficit structurel.

Pérennité

Elle « insiste sur le fait qu'au regard de l'ampleur des dysfonctionnements que connait le régime et leur caractère structurel, l'impact de ces réformes ne pourra être que de court terme. Le déséquilibre du régime persistera tant qu'il n'aura pas connu un processus de réforme en profondeur". Cette dernière devra être volontariste, graduelle et ménager les catégories socioprofessionnelles vulnérables. Elle devra aussi permettre l’émergence d’un pôle public de prévoyance sociale viable et pérenne avec des règles de liquidation unifiées pour les fonctionnaires. Les magistrats de Jettou préconisent également l’adoption d’une tarification des prestations qui prenne en compte les réalités démographiques, sociales et économiques marocaines et l’institution de mécanismes de pilotage adaptés en vue de remédier aux déséquilibres de manière rapide et opportune. Dans ce sens, la Cour  plaide pour la mise en place d’un système de retraite plafonné avec l’introduction d’une part de capitalisation pour alléger le fardeau porté par les générations futures. Ce qui n’empêche pas les hauts fonctionnaires de souscrire à des compléments de couverture-retraite sous forme de capital ou de rente viagère selon leurs capacités.

Par ailleurs, l’institution a pointé du doigt d’autres dysfonctionnements qui menacent la pérennité de la CMR comme la composition actuelle du Conseil d’administration dont certains membres utilisent leur statut d’administrateur « pour défendre les intérêts des parties qu'ils représentent, et non la pérennité des régimes » et où il n’y a pas d’administrateur indépendant. « … le choix des membres se fait encore sur la base de leur qualité et non de leurs compétences et expertises. Ajouter à cela que le conseil n'a pas encore instauré la pratique d'évaluation de son action », déplorent les juges de la Cour des comptes. Bref, les magistrats de la Cour sont loin de sonner la retraite.

Abdelali Darif Alaoui

à lire aussi :
Les effets désirables pour Moulay Hafid
 El Houssaine Louardi quitte le ministère de la Santé après avoir fait beaucoup de dégâts dans les milieux des professionnels qu’il a réussi...
Les frères à sabres tirés
Depuis que la crise et la division se sont invitées dans les rangs des islamistes,  les frères ne communiquent plus que par réseaux sociaux interposés. Dans ce...
Pourquoi l’assureur a perdu son assurance
Pour sa première vraie sortie publique depuis sa nomination comme ministre du Commerce, de l’Industrie, de l’Investissement et de l’Economie numérique, Moulay Hafid...
Kia maroc fait fausse route
Malgré le matraquage publicitaire, les extensions de garanties et les options supplémentaires, Kia a du mal à redémarrer même si les repreneurs de la marque...