Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Edito
Un repenti nommé Al Othmani
 Jusqu’ici, les chefs de gouvernement et leurs ministres versent dans le déni de réalité tout en «écarquillant les yeux» comme on dit dans le langage populaire. C’est plus simple comme exercice pour eux de recourir à la dénégation que de devoir reconnaître leur responsabilité dans tel ou tel problème. Cette façon de faire, érigée en mode gouvernance, a eu comme conséquence de vider la parole publique de toute crédibilité. C’est ainsi que le citoyen lambda, abreuvé jusqu’à satiété de fausses promesses et de discours tricotés à la langue de bois,  ne voit plus dans ses représentants que des comédiens qui lui racontent des salades. L’actuel Premier ministre semble, lui,  avoir trouvé une belle technique pour évacuer ou pétrifier les problèmes urgents qui se posent. Celle de reconnaître la responsabilité du gouvernement tout en faisant son mea culpa au nom de l’exécutif. Saadeddine Al Othmani l’a fait récemment devant le Parlement sur deux dossiers brûlants du moment : celui des  fameuses émeutes de la soif de Zagora qui ont conduit récemment un groupe de jeunes manifestants devant la justice puis à la prison. Sur ce drame qui a défrayé la chronique,  M. Al Othmani a présenté ses excuses à la population locale tout en reconnaissant clairement la responsabilité du gouvernement dans la crise de l’eau qui a frappé cette belle province saharienne sans pour autant mentionner la cause qui a conduit à cette catastrophe : la culture intensive de la pastèque que les autorités de tutelle ont curieusement laissé prospérer et se développer depuis des années alors même qu’elle n’est nullement adaptée au climat de cette contrée pauvre en ressource hydrique.    

Ce repentir n’a pas empêché le tribunal local d’infliger des peines d’emprisonnement ferme aux jeunes accusés. Le deuxième mea culpa de la même eau porte sur une fournée d’enseignants, recrutés sous contrat par le gouvernement précédent. Le successeur de M. Benkirane a reconnu sans détour que ces recrues ne justifiaient pas de la formation nécessaire qui leur aurait permis  d’exercer correctement  ce métier très sensible. Ce qui n’a pas empêché les sergents-recruteurs de l’Education nationale de leur ouvrir la porte des écoles au risque d’aggraver le cas d’un corps scolaire déjà  très malade. Faut-il voir dans la nouvelle démarche de Al Othmani  l’effet «séisme politique» qui a détruit la carrière politique de quatre de ses ministres et autant de l’ancien gouvernement ? Une chose est sûre : Il ne suffit pas que le chef du gouvernement assume officiellement tel ou tel ratage pour être quitte. Loin s’en faut.

Or, l’autocritique othmanienne ressemblera au mieux à une position esthétique et au pis à un subterfuge politicien si elle n’est pas suivie d’un questionnement judiciaire des responsables de la soif de Zagora et du recrutement de profs qualifiés. C’est cela le plus important. Là commencent  en effet, au-delà des formules incantatoires ou des clauses de style, l’Etat de droit et la responsabilisation des gouvernants. Mais tout le monde aura compris que M. Al Othmani, que l’on peut soupçonner de tout sauf de défaut de sincérité, n’a rien à offrir que ses mea culpa sur les mille et une défaillances de la gouvernance dans  ce pays. A ce rythme-là, il ne risque pas de connaître de chômage, tant les motifs de s’excuser auprès d’une population blasée sont légion.  Désormais ; suivez les discours tièdes  de M. Al Othmani, il a beaucoup de choses à confesser à défaut de pouvoir les régler.

Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Köhler est-il cool ?
Une nouvelle séquence s’est ouverte dans le sempiternel pseudo-conflit du Sahara marocain avec la relance à Lisbonne  des négociations avec les parties...
Trump, c’est Trump
Un adage bien marocain dit : faire le fou permet de gagner. Et c’est cet adage qui s’applique bien à Donald Trump. Il est certain que le président américain...
Les fake news font la loi
Il a fallu près de deux semaines pour que le gouvernement Al Othmani sorte de son silence dans l’affaire du boycott des produits de trois entreprises marocaines. Quand il a...
Musulmans en quête de leadership…
 C’est le même scénario qui se répète à chaque humiliation de la nation arabe : La rue arabe se met en effervescence en scandant des slogans hostiles aux...