Dernière minute ...
ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Le 22 décembre 2017, le bitcoin chute de 25 %, de 20.000 $ à 14.445 $ Catalogne-21 Décembre : Majorité absolue des indépendantistes mais former un gouvernement n’est pas garantie Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

7ème Can’ART
Il était une fois Miloud Labied...
A partir du 9 novembre 2017 et jusqu’au 31 mars 2018, le Musée de Bank Al-Maghrib rendra un vibrant hommage au peintre autodidacte Miloud Labied. L’exposition rétrospective « Miloud Labied: un art magistral de l’ellipse » réunit une cinquantaine d’œuvres majeures de l’artiste, qui compte parmi les figures emblématiques de l’art plastique marocain. Né en 1939 à KalaâtSraghna, d’une mère – Radia Bent Lhoussine – devenue artiste peintre aux alentours de la cinquantaine, Miloud Labied a toujours été attiré par la peinture. Il confiait que « c’était un moyen d’expression vital» pour lui. En 1969, il fait un passage déterminant à l’atelier de Jacqueline Brodskis qui encadrait l’atelier de peinture du ministère de la Jeunesse et des Sports. Il étudie également à l’Ecole des Beaux-arts de Paris en 1974 et, plus tard en 1999, il effectue une résidence de six mois à la Cité internationale des arts de Paris. Depuis sa première exposition collective en 1958 au Musée des Oudayas à Rabat, puis personnelle en 1963 à BabRouah, jusqu’à son décès en 2008, Miloud Labied n’a eu de cesse de renouveler constamment son style et d’explorer différentes formes. Il débute sa carrière par un art taxé à l’époque de « naïf » par ce qu’on appellera plus tard le Groupe de Casablanca (Belkahia, Chebaâ, Hariri…). Miloud comprend rapidement que « la figuration ne mène à rien », et se met à développer dans les années 70 du siècle dernier, en tant que « peintre chercheur » comme il se définissait, un style qui aboutira à une abstraction de type d’abord géométrique proche du cubisme, puis lyrique avec des formes courbes, circulaires récurrentes. Connu surtout comme peintre, Miloud Labied s’est également adonné à la sculpture (des peintures en relief) et à la photographie. On recense à sa mort quelque 4.000 négatifs figurant des portraits d’artistes, d’intellectuels de tous bords, mais aussi de chats et de poupées qu’il affectionnait particulièrement. L’exposition proposera une traversée de l’oeuvre de Miloud en illustrant les périodes les plus saillantes de sa création : naïve/ figurative, géométrique dite américaine, gestuelle et informelle, puis celle dans laquelle il s’était le plus exprimé, l’abstraction lyrique

à lire aussi :
L’Europe fait son cinéma à Marrakech
A Marrakech, le cinéma Colisée accueille jusqu’au 16 novembre les Semaines du film européen organisées en collaboration avec les ambassades et instituts culturels...
Chaibia revit à l'écran
Projeté au Festival National du Film (FNF) de Tanger, "Chaibia, la paysanne des arts", un long-métrage du jeune réalisateur Youssef Britel, dresse un portrait haut en couleurs de...
Quand ciné rime avec migration
 Le Festival international Cinéma et migrations d'Agadir qui se tient, du 14 au 18 novembre 2017, vient de dévoiler une programmation riche et éclectique pour sa...
Ces films marocains primés aux USA
La société de production Dounia Productions s’est illustrée lors de la 50e édition de l’US International Film & Video Festival en remportant plusieurs...