Dernière minute ...
Trump a suggéré « un mur le long du Sahara » pour freiner l'émigration !! A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Le Conseil des ministres approuve le projet de loi sur le service militaire Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
Jacques Majorelle vu par Chantal Destrez
 «Dans ces rues, le soir, et dans ces souks, le maxillaire contracté et les yeux brillants, je reste ivre et frémissant, délirant sous la douceur des formes qui passent, de la lumière magique qui s’irise dans les gerbes de poussière que soulève la foule. Quelle volupté, quelle splendeur que ces jaunes puissants soulignés des violets tendres des ombres s’étalant en arabesques mouvantes. Savantes harmonies des blancs nuancés où s’enchâssent des rouges cerise et des verts grinçants. Valeurs puissantes et simples des noirs profonds et limpides déchirés et sabrés de flaques ensoleillées» écrivait un jour Jacques Majorelle décrivant la vie à Marrakech. C’est au contact de sa belle-famille, les Majorelle, que Chantal Destrez (1940-2016) découvrit l’œuvre d’Auguste, de Louis et celle de Jacques à laquelle elle s’attacha plus particulièrement. Pendant quarante ans, elle a épluché correspondance, albums photographiques et collections privées pour livrer une étude magistrale et passionnante de la vie et de l’œuvre de Jacques Majorelle. Le résultat est sublime : «Jacques Majorelle - un rêve jamais atteint», un beau-livre qu’elle a signé chez SensoUnico édition. On peut dire aujourd’hui que Chantal Destrez a réussi son défi ; celui de rendre à l’œuvre immense du peintre toute sa place. Avec « Jacques Majorelle - un rêve jamais atteint », Chantal Destrez  nous plonge dans le monde de cet artiste hors-norme, décorateur et ébéniste. De 1918 à 1921, Jacques Majorelle se consacre exclusivement à Marrakech et à ses environs. Les mosquées, les souks, les remparts, les petits métiers, les foules sont ses motifs préférés. Les portraits, eux, sont rares. En 1924, il acquiert un terrain qui va devenir le jardin Majorelle, lieu fascinant et mystérieux présentant une surabondance de formes et d'essences végétales. « Vivre intensément dans l'éternelle poursuite d'un rêve jamais atteint », tel était le vœu de Jacques Majorelle. D’où le titre de ce beau-livre qui comprend qui réunit quelques 174 œuvres et 47 illustrations.

à lire aussi :
« Derb Al Maâguiz », un récit fabuleux
Avec « Derb Al Maâguiz » (le quartier des paresseux), Saïd Chaffaj nous livre une œuvre littéraire sensible et enthousiasmant. Une œuvre, écrite en...
Le Prix du Maroc du Livre revient
Le ministère de la Culture et de la Communication vient d’annoncer le coup d’envoi des candidatures pour le Prix du Maroc du Livre 2018. Cette année, les organisateurs ont...
Prix littéraires : Les surprises des sélections…
 Des auteurs omniprésents comme Alice Zeniter ou Philippe Jaenada, ou l'encore peu connu François-Henri Désérable, seul écrivain en lice pour tous les prix:...
Attijariwafa bank au service de l’art
La Fondation Attijariwafa bank a remis à niveau l’ancien espace d’art du siège Hassan II en y déployant une exposition de photographies d’objets d’art...