Dernière minute ...
ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Le 22 décembre 2017, le bitcoin chute de 25 %, de 20.000 $ à 14.445 $ Catalogne-21 Décembre : Majorité absolue des indépendantistes mais former un gouvernement n’est pas garantie Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Liban : Un front chiite contre Hezbollah
 Au Liban, des personnalités chiites d’horizons très variés ont créé début octobre un mouvement d’opposition au Hezbollah. C’est la première fois qu’un front aussi large se forme au sein de cette communauté, contre cette formation qui détient le quasi-monopole de la représentation des chiites dans les instances de l’Etat. Ce collectif déploie de grands efforts pour plaider en faveur d'un retour «à la légitimité et aux constantes souverainistes de l'intifada de l'Indépendance», face à ce qu'ils perçoivent comme «l'hégémonie du Hezbollah sur le Liban». Les responsables de cette initiative veulent profiter des prochaines élections législatives, prévues en mai 2018, pour entamer, ou du moins ébrécher, cette hégémonie, partagée avec le parti Amal, un autre parti chiite.  L’acte fondateur du mouvement, qui s’est tenu le 4 octobre dans un hôtel de Beyrouth, a réuni une cinquantaine de figures chiites indépendantes. Des ex-communistes, des dissidents du Hezbollah, des libéraux, des intellectuels et des représentants de grandes familles de la vallée de la Bekaa ou du sud du Liban, les deux principales zones d’implantation de la communauté chiite, avec la banlieue sud de Beyrouth. Mais il reste que les sujets d'actualité brûlante n'ont pas pu faire l'unanimité des membres de collectif, comme la question iranienne. Ainsi, les propos tenus récemment par le président iranien Hassan Rohani, et selon lesquels, aucune décision n'est prise au Liban sans tenir  compte du point de vue de l'Iran, ont provoqué un tollé autour de la nécessité – ou non – de convoquer l'ambassadeur de Téhéran pour des clarifications. Certains ont même accusé le chef de l'État, Michel Aoun, et le ministre des Affaires étrangères, GebranBassil, de manquement à leurs responsabilités dans ce domaine. D’autres appellent à la tenue d'un sit-in devant l'ambassade iranienne à Beyrouth, pour exprimer l'opposition des Libanais au discours du président de la République islamique.

à lire aussi :
Trump joue la carte de la peur
À 50 jours de l’élection présidentielle, Donald Trump a sonné l'alarme sur la menace terroriste après l'attentat de New York du week-end, appelant les...
Trumpgate : le président US sera-t-il éclaboussé
 Les murs de la Maison-Blanche ont tremblé quand le président américain a découvert sur écran géant l'ouverture d'un périlleux volet judiciaire...
Algérie : la Kabylie s’enflamme à nouveau
 L'onde de choc provoquée par le rejet d'une proposition d'amendement au profit de tamazight par la commission juridique du parlement algérien a rallumé...
Puigdemont entonne le chant du cygne
 Les rebondissements se succèdent dans la crise qui déchire l'Espagne depuis le référendum d'autodétermination de la Catalogne le 1er octobre dernier. À...