Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Trumpgate : le président US sera-t-il éclaboussé
 Les murs de la Maison-Blanche ont tremblé quand le président américain a découvert sur écran géant l'ouverture d'un périlleux volet judiciaire dans l'enquête sur les interférences russes lors de l'élection présidentielle 2016.

L'avalanche de mauvaises nouvelles, soudain, ne provenait plus de ces «médias menteurs», qui depuis dix mois se nourrissent des crises internes à l'Administration Trump et des fuites innombrables au sein de la Maison- Blanche. Toutes systématiquement estampillées «fake news» par le milliardaire new-yorkais et ses loyaux sujets, prompts à dénoncer la partialité des journalistes, le côté «mauvais perdant» des démocrates. Si le ciel est tombé sur la tête de trois anciens collaborateurs de Donald Trump, Paul Manafort, Rick Gates et George Papadopoulos, la presse n'y est pour rien, cette fois, puisque leur pire cauchemar se nomme Robert Mueller, le procureur spécial chargé de mener les investigations sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle de 2016. Ancien chef du FBI entre 2001 et 2013, M. Mueller a décidé de mettre en examen l'ex-directeur de campagne du président américain, Paul Manafort, et son associé, Rick Gates, pour «complot contre les États-Unis». Un ex-conseiller de Donald Trump, George Papadopoulos, a pour sa part été mis en accusation et a plaidé coupable d'avoir menti aux enquêteurs du FBI. Il s'agit des premières inculpations dans ce dossier, qui pourraient en amener d'autres prochainement. Le président américain Donald Trump n’a pas trouvé mieux que de s’impliquer en réaffirmant lundi qu'il n'existait "aucune collusion" entre son équipe et la Russie après ces premières inculpations. "Il n'y a AUCUNE COLLUSION!", a-t-il tweeté. Mais peut-être s’est-il exprimé un peu trop tôt. Le président amércain a en effet publié ce tweet avant d’apprendre qu’il y avait un troisième inculpé, George Papadopoulos, un de ses conseillers de politique étrangère pendant la campagne. Or, Papadopoulos a reconnu avoir eu des contacts avec des intermédiaires du gouvernement russe, dont la nièce de Poutine. Il a ainsi essayé d’organiser une rencontre entre le président russe et le candidat, rencontre rejetée toutefois par l’équipe de Trump. Papadopoulos avait aussi tenté d’obtenir des emails compromettants pour Hillary Clinton. Il est donc difficile d’imaginer que d'autres membres de la campagne n’aient pas été au courant. L’ancien conseiller, qui coopère maintenant avec le FBI, donne des informations qui pourraient conduire à l’inculpation de proches du président, comme son fils Donald Junior, ou son gendre Jared Kushner. George Papadopoulos a plaidé coupable d’avoir menti à la police fédérale américaine, ce pourquoi il est inculpé. L’étau se resserre donc sur le président Trump qui, en tweetant, s’implique personnellement dans les évolutions de cette enquête

à lire aussi :
Ces vêtements qu’on télécharge…
Avec sa nouvelle entreprise, The Post-Couture Collective, le créateur néerlandais Martijn van Strien entend faire passer la mode dans une nouvelle dimension, davantage locale et en...
En Algérie, les pharmaciens crient famine
Le front social est en constante ébullition au Pays de Bouteflika. La contestation prend de l'ampleur et n'épargne pratiquement aucun secteur d'activité. Après les...
Les Tunisiens se défient de la politique
6 6,7 % des Tunisiens ne sont pas allés voter aux élections municipales. Un sévère avertissement. Et les islamistes d'Ennadha virent en tête. Sept ans après...
La Grèce, le temps du populisme
On l'attendait sur l’austérité, mais le nouveau pouvoir grec a choisi la politique étrangère pour son premier clash avec l'Union Européenne. À peine...