Dernière minute ...
A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Les frères à sabres tirés

Depuis que la crise et la division se sont invitées dans les rangs des islamistes,  les frères ne communiquent plus que par réseaux sociaux interposés. Dans ce sens, le dernier message posté par Mustapha Ramid sur son compte Facebook en dit long sur l’étendue de la fracture. Un message sous forme de mise au point publique qu’il n’a pas pu de son propre aveu transmettre  de vive  voix au principal concerné qu’est le patron du PJD.   Dans sa publication, M. Ramid s’est dit  « surpris par le discours du secrétaire général, Abdelilah Benkirane, lors de la rencontre nationale des élus communaux du PJD, au sujet de son rôle et celui de ses confrères lors de la campagne électorale de 2011". Le ministre d’Etat chargé des Droits de l’homme cite ensuite  un extrait du discours incriminé : « pour que nous soyons clairs, c'est moi qui étais le numéro 1 de la campagne. Certains sont partis en pèlerinage, certains ont fait une campagne modeste, certains ne voulaient pas faire campagne, et certains ne voulaient même pas participer à ces élections ».

Crise

Se sentant visé, Mustapha Ramid réplique qu'il était "le seul à avoir effectué le pèlerinage en 2011, lors du dépôt des candidatures" en indiquant qu'il était de retour "pour le début de la campagne électorale". Désormais, le chef qui entend le rester à vie  tombe le masque et attaque bille en tête : il veut engranger les dividendes de son travail dans la boutique PJD.  «Il s'agissait d'un événement pour discuter du travail des élus communaux du parti. Or, la prise de parole de Benkirane était totalement hors sujet, et il aurait fallu éviter tout ce qui pourrait aggraver les différends et asseoir les conflits», observer M. Ramid qui il n’y a pas encore longtemps s’entendaient comme larrons en foire. Mais la crise du blocage politique et la dispense  de Benkirane de la formation du gouvernement  sont passés par là. L’ex-ministre de la Justice et des Libertés, à l’étroit aussi bien au gouvernement qu’au PJD,  considère que "la manière dont Benkirane a parlé de sa propre implication lors des élections de 2011 a minoré celle des autres dirigeants du parti », tout en déplorant que Benkirane cherche à confondre le parti avec sa propre personne. Tout au long de ces dernières années, l’ex-Premier ministre n’a fait que cela, poussant à la manière du gourou d’une secte le culte de la personnalité à son paroxysme.  Etonnant que Ramid ne semble découvrir cela qu’aujourd’hui. Le ministre d’Etat aurait-il été ensorcelé par la magie du verbe benkiranien ?

à lire aussi :
Les ex-cocos royalement désavoués
 Le message royal transmis oralement aux dirigeants du PPS pour le maintien du parti au gouvernement est une gifle à Moulay Ismail Alaoui et Nabyl Benabdallah qui ont défendu la...
La CMR perd encore des points
 La plus haute juridiction financière du Royaume vient de clouer au pilori la gestion du régime de retraites de la CMR. Ce ne sont pas les reproches, ni les manquements, ni les...
Les effets désirables pour Moulay Hafid
 El Houssaine Louardi quitte le ministère de la Santé après avoir fait beaucoup de dégâts dans les milieux des professionnels qu’il a réussi...
Les frères à sabres tirés
Depuis que la crise et la division se sont invitées dans les rangs des islamistes,  les frères ne communiquent plus que par réseaux sociaux interposés. Dans ce...