Dernière minute ...
A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Edito
L'après-séisme politique
 Quatre membres du gouvernement en exercice limogés et autant d’ex-ministres tombés en disgrâce. Pour un séisme politique, c’en est un. De même magnitude ou presque que celui ayant secoué en 1972 le gouvernement de Ahmed Osman dont six ministres furent jugés et écroués pour corruption dans le cadre de la fameuse affaire de la Panam. L’histoire est-elle en train de bégayer ? Une chose est sûre : Plus de quarante ans après, S.M le Roi Mohammed VI ressent le même besoin que son défunt père de couper des têtes et non des moindres. Ces deux époques, celles de feu Hassan II et de son successeur, ont ceci de commun l’instauration, à force de laxisme et d’impunité, d’une ambiance très tendue dans le pays, provoquée sous la première par les deux tentatives de coups d’Etats de 1971 et 1972 et sous la seconde par la révolte du Rif engendrée par la mort tragique en octobre 2016 du poissonnier Mohcine Fikri. Or, force est de constater que la mise en détention de l’ex-ministre des Finances Mamoun Tahiri et compagnie qui seront graciés quelques années plus tard n’a pas véritablement servi d’exemple ni contribué à instaurer un cercle vertueux dans la gestion des affaires publiques puisque les pratiques qui démolissent merveilleusement une gouvernance et plombent l’avenir d’un pays (corruption, népotisme, passe-droits, privilèges...) ont repris de plus belle tout en poursuivant jusqu’à ce jour leur belle croissance alimentée par la victoire de l’impunité.

Résultat : Le citoyen lambda, longtemps habitué jusqu'au blasement à ne pas voir ses gouvernants assumer au moins leurs fautes en déposant leur démission et à se partager tel un gâteau les postes de responsabilité sans rendre de comptes, a petit à petit perdu confiance dans le système et ses gouvernants. Surtout qu’il ne voit expédier devant les tribunaux et à l’ombre que le menu fretin judiciaire ou s’ouvrir par intermittence des procès liés à des opérations d’assainissement à la carte. C’est cette confiance, sans laquelle aucune politique de développement ne saurait être viable, que S.M le Roi Mohammed VI, qui a à plusieurs reprises dénoncé les travers de l’administration, entend certainement restaurer en sanctionnant de hauts responsables ayant failli à leurs devoirs dans l’exécution du programme de développement de al Hoceïma. Agir également pour montrer que les dés ne sont pas pipés est une condition sine qua non pour relancer l’espoir d’un changement que seule l’institution royale en locomotive incontournable peut, vu l’état pitoyable de la plupart des partis, conduire par paliers et petites touches. Ce mardi 24 octobre est censé marquer une rupture avec l’ère de la responsabilité publique comme un privilège ou un cadeau que les partis distribuent en tenant compte de critères qui ont très peu à voir avec la compétence et la probité. Si on était dans un pays normalement constitué, nombre de personnes, tel Lahcen Haddad qui a été infligé au tourisme, ne seraient jamais devenus ministres. Voilà qui milite encore une fois pour la création d’une école du Royaume, à l’image de l’école de la république française qu’est l’ENA, dont la mission est de former les élites du pays appelées à alimenter les gouvernements, les cabinets ministériels et la haute administration. Il est temps d’en finir avec les circuits des nominations autant opaques qu’hasardeux qui ont montré suffisamment leurs limites dangereuses. Des circuits enrichis depuis quelques années par le fameux appel à candidatures instauré par le PJD au pouvoir qui propulse aux postes de commande en guise de récompense une flopée de profils tout simplement non méritants. Réhabiliter la responsabilité dans ce pays revient d’abord à faire preuve d’exigence en matière du recrutement du personnel de l’Etat. Avec un peu de fermeté et de transparence, le reste suivra. Les séismes politiques sont de saison. Encore faut-il qu’ils servent à reconstruire ce que des décennies de gabegie, d’imprévoyance et de léthargie ont démoli.

Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Un repenti nommé Al Othmani
 Jusqu’ici, les chefs de gouvernement et leurs ministres versent dans le déni de réalité tout en «écarquillant les yeux» comme on dit dans le...
La justice change de tutelle
 Le vendredi 6 octobre marque l’avènement d’une nouvelle ère pour la justice marocaine. Ce jour-là, le ministre de tutelle Mohamed Aujar a remis les clés...
Un séisme politique pour reconstruire
 Le discours d’ouverture de la première session de la deuxième année législative du vendredi 13 octobre est de la même tonalité que les...
Rendre Casablanca aux Casablancais…
 Enfin, les autorités de Casablanca ont déclaré la guerre à l’occupation du domaine public en faisant démolir les constructions érigées...