Dernière minute ...
A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Les ratages de Damancom
Dans certains pays, quand l'administration se plante, elle le reconnaît et s'excuse. Chez nous, elle vous engueule et peut même vous facturer son erreur. S.F qui possède une start-up spécialisée dans des solutions et des services dans le domaine des NTIC l’a appris à ses dépens. Il y a un an, l’entreprise a recruté deux collaborateurs séniors afin de développer  son activité encore au stade embryonnaire. Une opération risquée, mais surtout coûteuse pour une strat-up de la taille d’une TPE. Ce qui l’a encouragé à renforcer son encadrement, c’est le programme Tahfiz qui prévoit notamment l’exonération de l’IR et la prise en charge par l’Etat de la part patronale des cotisations sociales. Mal lui en a pris. S.F s’est fait finalement embarquer dans une galère dont elle n'arrive pas à sortir. Afin de bénéficier de ce dispositif censé encourager l’emploi, la société devait tout simplement s’inscrire comme employeur chez l’ANAPEC, tout comme ses nouveaux collaborateurs qui doivent être recrutés en CDI. Puis, il suffisait de se connecter à la CNSS pour recalculer le montant des charges en tenant compte des incitations du programme Tahfiz. Mais c’est là où ça dysfonctionne : le système plante de manière formidable car Damancom, qui a coûté pourtant bonbon, ne reconnaît pas le dispositif de l’Anapec. Résultat : l’entreprise est appelée à  payer plein pot toutes les cotisations à sa charge. Pour une TPE, ce sont évidemment des frais supplémentaires et non des moindres qui viennent assécher davantage une trésorerie déjà maigre. Notre société a beau s’en plaindre auprès de la CNSS et des responsables de Damancom, rien n’y est fait. Pour toute solution à son calvaire, la sécurité sociale lui demande gentiment de calculer manuellement les cotisations, sauf que l’excellent système de la télédéclaration Damancom ne donne pas la main pour faire valider manuellement  les prélèvements dus à la CNSS. Un véritable piège virtuel qui manque de vertus  se referme sur le client. S.F n'est pas un cas isolé puisque  plusieurs entreprises dans sa situation se coltinent chaque jour à leur corps défendant les complications d’un dispositif qui n'est incitatif que sur le papier. 
 

à lire aussi :
Nuisances urbaines
 L'apparition et la multiplication de nouvelles activités commerciales dans les zones résidentielles au Maroc commencent et leurs cortèges de nuisances sonores et...
Benatiq mobilise les compétences marocaines d’Allemagne
 Suite à la mise en place de la 13e région de la CGEM dédiée aux MRE, le ministère délégué chargé des Marocains résidant...
Laiteries bombes urbaines
 I ls prolifèrent comme des champignons si bien qu’il n’y a pas un quartier qu’ils n’ont pas envahi. Parfois en pagaille dans une seule rue. Les snacks, laiteries...
La résidence Baylone de Marrakech toujours prise en otage
 Le cauchemar continue... La cour d’appel de Marrakech a fait son travail. Elle a confirmé le 18 septembre 2017 la peine de 18 mois de prison ferme prononcée à...