Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Laiteries bombes urbaines
 I ls prolifèrent comme des champignons si bien qu’il n’y a pas un quartier qu’ils n’ont pas envahi. Parfois en pagaille dans une seule rue. Les snacks, laiteries (mahlabas), gargotes et autres boulangeries traditionnelles forment un ré- seau qui croît en dehors de tout contrôle. Une librairie ferme et c’est une sandwicherie qui prend sa place. Il faut savoir que c’est le secteur où le gain est maximum pour un investissement minimum. Pour une mise de départ de 100.000 DH, le bénéfice est substantiel. Quelques tabourets et tables bas de gamme plus un réfrigérateur, une poêle et une petite cuisinière au gaz et le tour est joué ! Pour l’obtention de l’autorisation auprès du service de la commune concerné c’est un jeu d’enfant. L’enquête pré- alable, effectuée par les services d’hygiène et les sapeurs pompiers, est une simple formalité. Il faut juste se montrer concret pour commencer à vendre tout et n’importe quoi, sans respect d’aucune norme que ce soit. D’où les problèmes de sécurité que représentent ces commerces à haut risque pour les clients et les riverains. Rien que pour les risques liés à l’utilisation en chaîne des cuisinières à gaz, (sans parler des problèmes d’hygiène), le danger est réel. Imaginons les ravages d’une explosion due à une fuite de gaz dans un endroit exigu bourré de clients. La dernière en date a eu lieu mardi 26 septembre dernier dans une laiterie à Casablanca, du côté de la galerie commerciale Al Anfal sur le boulevard Yaacoub El Mansour. La forte déflagration d’une bonbonne de gaz a provoqué un incendie et fait une dizaine de blessés souffrant de brûlures de deuxième et de troisième degré. Il y aurait même un mort. Cet accident remet sur le tapis le problème de sécurité que représente ce type d’activité qui échappe à tout contrôle. De vraies bombes urbaines. Qui est responsable de ce drame ? Qui doit rendre des comptes ? La commune, la préfecture ou les services économiques de la wilaya ? Dans un contexte dominé par la dilution des responsabilités et la confusion des prérogatives, c’est l’impunité qui est la règle. A Casablanca, qui connaît la plus grande concentration de laiteries du pays, la dernière grande campagne de contrôle menée par les services de la wilaya remonte à 15 ans ! Elle a concerné des snacks, laiteries, hôtels et salles de jeu. Les irrégularités constatées se comptaient à la pelle et les décisions de fermeture ont ciblé une soixantaine de laiteries et snacks. Combien parmi ces dernières devraient être fermées aujourd’hui mais ne le sont pas ? Surtout que la réglementation qui régit les laiteries ne les autorisent à commercialiser, en principe, que le lait et produits dérivés, jus et sucreries avec l’interdiction formelle de cuisiner, frire ou préparer de la nourriture sur place. Même la vente de sodas leur est interdite, assure-t-on au service économique et social de la wilaya qui ne fait pas grand chose pour désamorcer ces bombes urbaines. Boum !

à lire aussi :
Benatiq mobilise les compétences marocaines d’Allemagne
 Suite à la mise en place de la 13e région de la CGEM dédiée aux MRE, le ministère délégué chargé des Marocains résidant...
La résidence Baylone de Marrakech toujours prise en otage
 Le cauchemar continue... La cour d’appel de Marrakech a fait son travail. Elle a confirmé le 18 septembre 2017 la peine de 18 mois de prison ferme prononcée à...
Khoukoum Moncef en conflit d’intérêt
Moncef Zougari Belkhayat est en phase avec lui : il ne respecte jamais ce qu’il dit. A l’occasion du lancement de son nouveau business en communication WB Africa fin mai dernier, il a...
Le potentat d'Aguelmam Azegza
Drôle de décision prise par le président istiqlalien de la commune rurale d'Aguelmam Azegza contre l'avis des parents, consistant à envoyer les petits écoliers dans...