Dernière minute ...
Le parquet de Tokyo a décidé vendredi 11 Janvier 2019 de retenir deux nouvelles inculpations contre Carlos Ghosn Les ménages marocains pessimistes pour l'année 2019 (HCP) 13,75 tonnes de résine de cannabis saisis samedi 05 Janvier 2019 au Port Tanger Med  Des données personnelles de centaines de responsables allemands, dont Merkel, divulguées sur internet Meurtres d'Imlil : le BCIJ arrête 17 complices (Le ministre de l'Intérieur le 24/12/2018) La crise des Gilets jaunes aura coûté 0,2 point de PIB à la croissance en France  à fin 2018 (Insee) Guides touristiques non formés : la phase transitoire passera à 6 ans Agriculture: 18 milliards de DH pour booster les produits du terroir 68% des Marocains contre GMT+1  Taoufik Bouachrine condamné à 12 ans d'emprisonnement Le Roi participe à Paris aux cérémonies du centenaire de l'armistice  Pas d'augmentation des tarifs de la vignette auto en 2019 au Maroc (Gouvernement) Le PIB agricole a augmenté en moyenne de 5,25% depuis le lancement, il y a 10 ans, du Plan Maroc Vert pour s'établir à 125 milliards de DH en 2018 A fin août 2018, 54.000 tentatives d'émigration ont été avortées au Maroc (gouvernement) L'INDH-III dotée de 18 milliards de dirhams pour plus d'efficience La Cour de cassation confirme la liquidation de Samir Mohamed Benchaâboun est depuis le 20 août 2018 le nouveau ministre de l'Economie et des Finances Le portefeuille du secrétariat d'Etat à l'Eau détenu par Charafat Afailal a été supprimé du gouvernement Al Othmani  le 20 août 2018 Fouzi Lekjaa, président de la FRMF: «Hervé Renard reste à la tête des Lions de l'Atlas au moins jusqu'à la CAN 2019 avec l'objectif de la gagner» Le discours du Trône 2018, une « feuille de route » axée sur le social   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Laiteries bombes urbaines
 I ls prolifèrent comme des champignons si bien qu’il n’y a pas un quartier qu’ils n’ont pas envahi. Parfois en pagaille dans une seule rue. Les snacks, laiteries (mahlabas), gargotes et autres boulangeries traditionnelles forment un ré- seau qui croît en dehors de tout contrôle. Une librairie ferme et c’est une sandwicherie qui prend sa place. Il faut savoir que c’est le secteur où le gain est maximum pour un investissement minimum. Pour une mise de départ de 100.000 DH, le bénéfice est substantiel. Quelques tabourets et tables bas de gamme plus un réfrigérateur, une poêle et une petite cuisinière au gaz et le tour est joué ! Pour l’obtention de l’autorisation auprès du service de la commune concerné c’est un jeu d’enfant. L’enquête pré- alable, effectuée par les services d’hygiène et les sapeurs pompiers, est une simple formalité. Il faut juste se montrer concret pour commencer à vendre tout et n’importe quoi, sans respect d’aucune norme que ce soit. D’où les problèmes de sécurité que représentent ces commerces à haut risque pour les clients et les riverains. Rien que pour les risques liés à l’utilisation en chaîne des cuisinières à gaz, (sans parler des problèmes d’hygiène), le danger est réel. Imaginons les ravages d’une explosion due à une fuite de gaz dans un endroit exigu bourré de clients. La dernière en date a eu lieu mardi 26 septembre dernier dans une laiterie à Casablanca, du côté de la galerie commerciale Al Anfal sur le boulevard Yaacoub El Mansour. La forte déflagration d’une bonbonne de gaz a provoqué un incendie et fait une dizaine de blessés souffrant de brûlures de deuxième et de troisième degré. Il y aurait même un mort. Cet accident remet sur le tapis le problème de sécurité que représente ce type d’activité qui échappe à tout contrôle. De vraies bombes urbaines. Qui est responsable de ce drame ? Qui doit rendre des comptes ? La commune, la préfecture ou les services économiques de la wilaya ? Dans un contexte dominé par la dilution des responsabilités et la confusion des prérogatives, c’est l’impunité qui est la règle. A Casablanca, qui connaît la plus grande concentration de laiteries du pays, la dernière grande campagne de contrôle menée par les services de la wilaya remonte à 15 ans ! Elle a concerné des snacks, laiteries, hôtels et salles de jeu. Les irrégularités constatées se comptaient à la pelle et les décisions de fermeture ont ciblé une soixantaine de laiteries et snacks. Combien parmi ces dernières devraient être fermées aujourd’hui mais ne le sont pas ? Surtout que la réglementation qui régit les laiteries ne les autorisent à commercialiser, en principe, que le lait et produits dérivés, jus et sucreries avec l’interdiction formelle de cuisiner, frire ou préparer de la nourriture sur place. Même la vente de sodas leur est interdite, assure-t-on au service économique et social de la wilaya qui ne fait pas grand chose pour désamorcer ces bombes urbaines. Boum !

à lire aussi :
Tacos de Lyon, le sourire en moins
Casablanca se vante toujours d’être la ville du Royaume la plus animée et pourtant… Une fois qu’on a fait le tour, eh bien on l’a vite fait ! Le Bec Tranchant,...
Just Burger… Casser la croûte de manière digeste…
 S e promenant le long du boulevard Abdelmoumen de Casablanca, Le Bec Tranchant se fît une remarque dans son for intérieur: malgré une immense diversité...
Saveurs du Palais… Le Maroc bien dans son assiette
Dimanche, les rues sont quasi vides, les boulevards casablancais ne sont plus ceux qu’on connaît en semaine, à croire que nous avons changé de ville. Au sein du quartier...
Un vrai coup de food nommé Le Médina
 Le Bec Tranchant vit des jours pénibles. Tel une cigogne, besace en bec, il survole les restaurants de la ville. Boutons, infections, malaises… font partie de son quotidien. Et...