Dernière minute ...
Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse Des clients de la Société Générale Maroc délestés de 2000 DH, la direction parle d’erreur technique Selon l'Office des changes, au 30/06/17, le flux des IDE est en hausse mais  le déficit commercial s'aggrave Le Roi Mohammed VI dénonce les politiques israéliennes à Al-Qods Tanger Tech : BMCE Bank garant du projet dont l'investissement atteindra à terme 10 milliards de dollars Procès Gdim Izik: Des peines allant de 2 ans de prison ferme à la perpétuité La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Pour la 5e fois Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, annoncé pour mort Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco ONU: Un traité bannissant l'arme atomique adopté par 122 membres Le Qatar rejette les accusations de l'Arabie saoudite et ses alliés, Washington tente cde calmer le jeu La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 Une tentative d'Algérie et du Venezuela de nuire au Maroc mise en échec au Comité de décolonisation de l’ONU L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU)  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Pour qui carbure Mohamed El Krimi ?
Pour la 6e fois depuis le 21 mars 2016, date à laquelle le tribunal de commerce de Casablanca s’est prononcé pour la mise en liquidation de la Samir, la même juridiction a accordé, le 17 juillet dernier, un délai supplémentaire de 3 mois à Mohamed El Krimi, l’expert comptable qu’elle a désigné syndic judiciaire pour procéder à la liquidation de l’unique raffinerie pétrolière du pays. Or, au vu de la lenteur qui marque depuis le début cette affaire complexe qui tourne au feuilleton judiciaire, il n’est pas exclu que ce délai soit suivi par d’autres, ce qui risque de faire enliser et éterniser le dossier dans des procédures interminables. Hormis la dernière sortie médiatique de M. El Krimi qui n’a servi en fait qu’ajouter le flou au flou, aucune vision claire quant à l’avenir de la filiale marocaine de Corral Petroleum Holding ne semble se dessiner. Dernière péripétie mystérieuse en date : pour encourager les candidats au rachat de la société, la justice a décidé de les dispenser de la caution bancaire s'élevant à 1% du montant de l'offre globale ! Voilà qui fait peser une grosse incertitude sur l’issue de la transaction Samir. Presque 500 jours se sont écoulés depuis l’entrée en scène de Mohamed El Krimi sans que rien de concret sur le terrain ne soit vraiment réalisé. Pas de redémarrage de l’activité de la raffinerie, ardemment défendue par le mandataire judiciaire dès juin 2016, ni un début d’une négociation sérieuse pour la reprise de l’affaire par d’éventuels investisseurs, ni une liquidation effective de l’entreprise et ses actifs (composés notamment de certaines filiales solvables dans le tourisme et la distribution) pour permettre aux créanciers de récupérer ne serait-ce qu’une partie de leur dû. Or, le scénario de la liquidation n’emportait pas l’adhésion du directeur général de la Samir Mohamed Ba-amer qui a réussi, via un recours en rétraction déposé par avocat le 7 mars 2016 à faire privilégier l’option d'une cession qui n'englobe pas les actions détenues par la Samir dans d'autres sociétés. Parallèlement au recours introduit par la défense de la direction générale contre l'ordonnance du 30 janvier 2017 ouvrant une vente globale de la Samir, l’actionnaire principal, le milliardaire saoudo- éthiopien Mohamed Hussein Al Amoudi a pré- féré lambiner. Non seulement il n’a pas respecté son engagement de recapitaliser la boîte à hauteur de 10 milliards de DH pris lors du conseil d’administration extraordinaire de la Samir en octobre 2015, mais il s’est permis en plus de porter le conflit devant le Centre international pour le règlement des différends relatifs aux investissements de la Banque mondiale (Cirdi).
Entourloupette
Une manœuvre grossière visant à faire suspendre toutes les procédures du recouvrement en réponse au refus de sa condition d’abandon d’une bonne partie des dettes de la Samir assortie d’un plan de rééchelonnement du reste. Depuis le début de la crise, le temps joue en faveur de Al Amoudi qui a exécuté, via son hommelige placé à la tête de la société, une politique de pompage des ressources de la raffinerie et non de gestion saine de son activité. Les difficultés de la Samir, qui ont toutes les caractéristiques d’une faillite frauduleuse, c’est évidemment tout benef pour Al Amoudi&consorts. Et s’ils peuvent gagner du temps en jouant les prolongations, c’est encore mieux ! Ce qui arrange au passage les affaires du personnel de la Samir qui, forcé à un chômage technique longue durée, continue à percevoir son salaire depuis la mise à l’arrêt de la raffinerie en août 2015. Une situation préjudiciable évidemment aux intérêts des créanciers qui réclament la bagatelle de 40 milliards de DH dont 13 rien que pour l’administration des douanes. Est-ce normal que le dossier prenne cette tournure ? Confortablement installé dans les bureaux du directeur général de la Samir à Mohammedia, entouré de certaines ex-collaboratrices très controversées de Jamal Ba-amer qu’il a rappelées auprès de lui, Mohamed El Krimi veille au grain, sans que l’on sache vraiment pour qui il carbure et quelle partition il joue vraiment. Ce qui est sûr c’est que la majorité des créanciers ne sont pas rassurés ni par sa démarche ni par ses méthodes ni par ses marchearrières. « J’ai l’impression que c’est Jamal Ba-amer qui est toujours à la manœuvre même si la justice lui a retiré la fonction de directeur général», lance le représentant d’une banque victime des agissements de la Samir dont l’expatron s’est visiblement rendu coupable de nombre de délits passibles de prison comme la captation de trésorerie. Une entourloupette qui lui a permis de faire facturer par une kyrielle de sociétés créées en son nom dans divers secteurs (tourisme, location de voitures, enseignement de langue, joaillerie de luxe) des prestations payées par les ressources de la Samir alors qu’il n’ignorait en rien la gravité de sa situation financière…Si cela n’est pas un pompage des fonds du raffineur, cela y ressemble beaucoup. Nombre d’observateurs ne comprennent d’ailleurs pas pourquoi le mandataire judiciaire a évité d’orienter son action sur les soupçons d’actes délictueux tels que le faux en écritures comptables, la distribution de dividendes fictifs et autres malversations qui pèsent sur la gestion de Ba-amer… Dans ces conditions, l’on comprend aisément l’avantage inestimable que représente pour Ba-amer et ses amis de ne pas aller vers la mise en liquidation judiciaire qu’il a réussie à casser en faisant appel. Le scénario de rechange retenu, la reprise de l’activité, permet, pendant le processus de dépôt de dossiers de rachat et des négociations qui en résultent, aux dirigeants frauduleusement défaillants, de continuer à vivre sur la bête…La Samir et ses deux filiales, TSPP et SDCC, bénéficient toujours des services d’une boîte spécialisée dans le travail intérimaire et le gardiennage. Finalement, le raffineur n’est pas en faillite pour tout le monde…
 
 
Ahmed ZOUBAIR

à lire aussi :
Dawajine, un salon qui déploie ses ailes
Dawajine 2015, qui s’est tenu du 24 au 26 novembre à Casablanca, a tenu toutes ses promesses. Ce salon, qui a gagné en maturité au fil des ans, est devenu un espace...
Le gâteau des régions fait saliver les partis
La cohésion de la majorité gouvernementale n’a pas résisté au choc des ambitions des membres la composant sur le dossier des présidences des conseils...
Qui veut abattre Laftit ?
Abdelouafi Laftit devait savoir qu’il était dans le collimateur du PJD depuis que le scandale impliquant le maire islamiste Mohamed Sadiki lié à sa troublante retraite...
Al Kindy : un partenariat pour une nouvelle vie
En 2005, avec la création de la Fondation Lalla Salma dédiée au traitement du cancer, la cadence de création de centres oncologiques publics s’est...