Dernière minute ...
ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Le 22 décembre 2017, le bitcoin chute de 25 %, de 20.000 $ à 14.445 $ Catalogne-21 Décembre : Majorité absolue des indépendantistes mais former un gouvernement n’est pas garantie Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
En Algérie, l’or noir ne paie plus le Ketchup
 Ketchup, mayonnaise, pizzas, articles de robinetterie, tapis et même chocolat. L’Algérie vient de suspendre l’importation de 24 types de produits alimentaires ou industriels. Dans une lettre du 9 juillet, l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF) relaie une demande des autorités algé- riennes. Elle invite ainsi les banques du pays «à surseoir à toute domiciliation d’importation» de 24 types de produits, 16 alimentaires et huit non alimentaires. Objectif ? Endiguer la baisse des réserves de changes. La mesure signifie clairement «l’interdiction d’importation de ces produits jusqu’à nouvel ordre». La liste des produits concernés est longue. On y trouve les «préparations pour soupes, potages ou bouillons», les «sauces préparées (mayonnaise, ketchup, harissa etc.)» ou la «moutarde préparée». dans l’index figure aussi le pain, les pizzas, les pâtes alimentaires, les fruits secs et arachides, les jus de fruits, les eaux «y compris minérales ou gazéifiées», ou encore les confitures. Certains produits non alimentaires sont également touchés par cette mesure : les articles de robinetterie, les transformateurs électriques, les briques et tuiles, les tapis, les produits finis en plastique, ou les meubles. «Le gouvernement n’a pas d’autre choix que de réduire les importations après des années de gabegie dans ce secteur», a indiqué l’économiste Smaïl Lalmas. La chute des prix du pétrole, qui représente 95 % des sources de devises du pays, aurait motivé la décision des autorités algériennes. Le gouvernement est en effet contraint de piocher dans des réserves de change qui ne cessent de se réduire. Estimées à 108 milliards de dollars à fin juin 2017, elles s’élevaient à 177 milliards à la fin 2014. L’Algérie, passée à l’économie de marché dans les années 90, avait déjà mis en place ces dernières années un système de licences d’importation qui fixent un quota d’entrée pour un certain nombre de produits, des véhicules à certains fruits et légumes en passant par l’électroménager ou certains produits de construction.

à lire aussi :
Arabie saoudite : Une purge pour renflouer les caisses ?
 Onze princes et des dizaines de ministres, anciens et actuels, ont été arrêtés le week-end dernier en Arabie saoudite au cours d'une purge sans...
Trump joue à la roulette russe
Une semaine après le limogeage controversé du directeur du FBI, James Comey, la MaisonBlanche est de nouveau rattrapée par "l’affaire russe". Cette fois, c’est Donald...
États-Unis : de bavure en bavure…
Un officier de police de North Charleston, en Caroline du Sud, a été arrêté et inculpé mardi après-midi pour le meurtre de Walter Scott, un homme noir d'une...
Migrants : Amnesty épingle l’Europe
Le Vieux continent indigne devant la crise migratoire qui le touche. C’est en tout cas ce qui ressort du rapport annuel d’Amnesty International, publié mercredi 24 février,...