Dernière minute ...
ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Le 22 décembre 2017, le bitcoin chute de 25 %, de 20.000 $ à 14.445 $ Catalogne-21 Décembre : Majorité absolue des indépendantistes mais former un gouvernement n’est pas garantie Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Le Mossad au Rif ?
Faut-il voir dans l’agitation rifaine la main du Mossad ou s’agirait-il d’une énième thèse farfelue qui sent bon la théorie du complot? Mais quand des voix autorisées comme Jacob Cohen connu pour son combat antisioniste et son engagement pour la cause palestinienne le clame haut et fort, on ne regarde plus les événements d’El Hoceïma avec les mêmes lunettes. Dans une vidéo mise en ligne consacrée à la situation de tension qui prévaut à Al Hoceima depuis plusieurs mois, intitulée «des forces étrangères sèment le trouble et la division au Maroc», le chercheur et écrivain marocain de confession juive persiste et signe, expliquant avec force arguments que l’un des objectifs du Mossad en particulier est de promouvoir les intérêts d’Israël par le biais d’intermédiation entre des populations supposées être rebelles aux thèses arabo musulmanes et les services de renseignement israéliens. Il montre comment le Mossad a mis à «contribution» ses relais dans la région pour tisser patiemment et profondément des liens entre les responsables israéliens et des hommes politiques, des militants associatifs et même des journalistes arabes en général, et marocains en particulier, pour favoriser ce qu’on appelle euphémiquement « une meilleure compréhension entre les peuples », mais en réalité pour ancrer la présence israélienne dans ces cercles arabes, la rendre normale, utile même, et finalement incontournable. Les affirmations de Jacob Cohen corroborent en tout cas les révélations faites récemment par l’ancien chef des renseignements militaires israé- liens et, de surcroît responsable de l’Institut israélien de recherche sur la sécurité nationale, le général Amous Yadlin à propos du «placement» d’agents d’infiltration et de manipulation dans 11 pays arabes, grâce à «de nombreux collaborateurs locaux» issus des mêmes pays. C’est une thèse que défend d’ailleurs le journaliste Algérien, Said Sahnoune qui après avoir obtenu le droit d'asile en Espagne a fait des révélations troublantes sur le rôle qu’il a joué quand il a été recruté en tant qu’espion par les services secrets israéliens.
Recrutements
En effet, dans un entretien accordé, il y a quelques semaines au quotidien espagnol El Pais, Sahnoune est revenu sur son recrutement à Tel-Aviv en 1998 après avoir subi plusieurs tests avant d'être enrôlé par les services de renseignement israéliens. A ce propos, il a confié que son premier voyage en Israël a eu lieu quand l’ambassadeur à Bangogk lui a demandé de participer à un séminaire de la section arabe de la Histadrout (le syndicat des travailleurs en Israël) pour lui offrir un travail en tant que journaliste d'investigation. Selon le journaliste algérien, les services du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) étaient informés de sa collaboration avec le Mossad. Le DRS était également informé de cette collaboration avec les Espagnols. Intercepté au Maroc après y avoir pénétré illégalement en décembre 2005, Sahnoune, qui prétendait enquêter sur l'immigration clandestine sub-saharienne, avait été ensuite remis aux autorités algériennes. A en croire ce drôle de journaliste, les Espagnols l'avaient approché pour leur fournir des informations sur les terroristes algériens en contrepartie d'un salaire mensuel de 900 euros plus les frais et les primes. Quand le recrutement n’est pas aussi direct, les israéliens usent d’autres techniques comme l’invitation de journalistes, de députés ou des militants de la société civile, voire des étudiants à venir visiter l’Etat hébreu aux frais de la princesse. Objectif de ces voyages spéciaux : montrer aux «invités» un autre visage d’Israël, plus sympathique qui tranche avec sa réputation d’Etat terroriste et assassin. La presse algérienne s’est d’ailleurs émue d’apprendre que de nombreux jeunes kabyles qui étudient en France souhaitent s’installer en Israël ou y faire carrière. D’après le site d'information Tamurt, les universités et les entreprises israéliennes ont ouvert au cours de ces dernières années leurs portes aux kabyles et aux berbères du Maghreb. Dans une ambiance conviviale ou Mossad ?
 
 

à lire aussi :
El Hafi, l’homme qui veut s’enraciner
L’imbroglio se poursuit autour du Haut commissariat aux Eaux et Forêts. Alors qu’il a assisté à la cérémonie de passation de pouvoirs avec le...
Les confessions de Benkirane
Les observateurs n’ont pas bien compris ma démission du Parlement que j’ai justifiée par « le noncumul des mandats», puisque j’ai été...
Mecca Cola réapparaît en Algérie
Après avoir perdu beaucoup de temps et (bien peu d’argent) à essayer de commercialiser au Maroc son fameux «Mecca Cola», après une implantation avortée...
L’assurance outre-tombe de Moulahom
 Dommage que les morts ne peuvent pas souscrire une assurance-vie ! Sinon Moulahom Hafid leur aurait vendu volontiers une police Saham outre-tombe. Mais Moulahom n’est pas du genre...