Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Le Mossad au Rif ?
Faut-il voir dans l’agitation rifaine la main du Mossad ou s’agirait-il d’une énième thèse farfelue qui sent bon la théorie du complot? Mais quand des voix autorisées comme Jacob Cohen connu pour son combat antisioniste et son engagement pour la cause palestinienne le clame haut et fort, on ne regarde plus les événements d’El Hoceïma avec les mêmes lunettes. Dans une vidéo mise en ligne consacrée à la situation de tension qui prévaut à Al Hoceima depuis plusieurs mois, intitulée «des forces étrangères sèment le trouble et la division au Maroc», le chercheur et écrivain marocain de confession juive persiste et signe, expliquant avec force arguments que l’un des objectifs du Mossad en particulier est de promouvoir les intérêts d’Israël par le biais d’intermédiation entre des populations supposées être rebelles aux thèses arabo musulmanes et les services de renseignement israéliens. Il montre comment le Mossad a mis à «contribution» ses relais dans la région pour tisser patiemment et profondément des liens entre les responsables israéliens et des hommes politiques, des militants associatifs et même des journalistes arabes en général, et marocains en particulier, pour favoriser ce qu’on appelle euphémiquement « une meilleure compréhension entre les peuples », mais en réalité pour ancrer la présence israélienne dans ces cercles arabes, la rendre normale, utile même, et finalement incontournable. Les affirmations de Jacob Cohen corroborent en tout cas les révélations faites récemment par l’ancien chef des renseignements militaires israé- liens et, de surcroît responsable de l’Institut israélien de recherche sur la sécurité nationale, le général Amous Yadlin à propos du «placement» d’agents d’infiltration et de manipulation dans 11 pays arabes, grâce à «de nombreux collaborateurs locaux» issus des mêmes pays. C’est une thèse que défend d’ailleurs le journaliste Algérien, Said Sahnoune qui après avoir obtenu le droit d'asile en Espagne a fait des révélations troublantes sur le rôle qu’il a joué quand il a été recruté en tant qu’espion par les services secrets israéliens.
Recrutements
En effet, dans un entretien accordé, il y a quelques semaines au quotidien espagnol El Pais, Sahnoune est revenu sur son recrutement à Tel-Aviv en 1998 après avoir subi plusieurs tests avant d'être enrôlé par les services de renseignement israéliens. A ce propos, il a confié que son premier voyage en Israël a eu lieu quand l’ambassadeur à Bangogk lui a demandé de participer à un séminaire de la section arabe de la Histadrout (le syndicat des travailleurs en Israël) pour lui offrir un travail en tant que journaliste d'investigation. Selon le journaliste algérien, les services du Département du renseignement et de la sécurité (DRS) étaient informés de sa collaboration avec le Mossad. Le DRS était également informé de cette collaboration avec les Espagnols. Intercepté au Maroc après y avoir pénétré illégalement en décembre 2005, Sahnoune, qui prétendait enquêter sur l'immigration clandestine sub-saharienne, avait été ensuite remis aux autorités algériennes. A en croire ce drôle de journaliste, les Espagnols l'avaient approché pour leur fournir des informations sur les terroristes algériens en contrepartie d'un salaire mensuel de 900 euros plus les frais et les primes. Quand le recrutement n’est pas aussi direct, les israéliens usent d’autres techniques comme l’invitation de journalistes, de députés ou des militants de la société civile, voire des étudiants à venir visiter l’Etat hébreu aux frais de la princesse. Objectif de ces voyages spéciaux : montrer aux «invités» un autre visage d’Israël, plus sympathique qui tranche avec sa réputation d’Etat terroriste et assassin. La presse algérienne s’est d’ailleurs émue d’apprendre que de nombreux jeunes kabyles qui étudient en France souhaitent s’installer en Israël ou y faire carrière. D’après le site d'information Tamurt, les universités et les entreprises israéliennes ont ouvert au cours de ces dernières années leurs portes aux kabyles et aux berbères du Maghreb. Dans une ambiance conviviale ou Mossad ?
 
 

à lire aussi :
Un maire propre sur soi ?
 La mairie de Casablanca a mis fin au contrat de collecte des ordures ménagères la liant depuis 2004 à Sita Blanca. Une décision unilatérale votée ce 15...
Le sport national perd l’une de ses filles prodiges
Figure du sport national et militante associative, l’ex-athlète Fatima Aouam est décédée dans la soirée du samedi 27 décembre à Casablanca,...
Birrou accuse les ministres PJD
Le ministre chargé des relations avec le MRE et les Affaires de la migration Anis Birrou a jeté un grand pavé dans la mare lors du conseil du gouvernement en...
Yatim ou la tête de l’emploi
 Avec le ministre PJD de l’Emploi qui a pré- senté récemment son plan de promotion de l’emploi en conseil de gouvernement, le Maroc est bien parti pour...