Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
Festival Gnaoua, une magie renouvelée
20 ans d’amour célébré dans l’amour, c’est ce qu’a proposé la 20e édition du Festival Gnaoua et Musiques du Monde du 29 juin jusqu’au 1er juillet à Essaouira. Entre concerts grandioses à la place Moulay hassan, à la scène de la Plage et les concerts intimistes de Borj Bab Marrakech, dar Loubane et Zaouia Issaoua, 300 000 festivaliers en ont eu pour tous les goûts en trois jours de festival. Ce sont aussi près de 300 journalistes du monde entier : Maroc, Espagne, Chine, Royaume Uni, France, Turquie, Allemagne, Russie, USA, Italie, Portugal et danemark, qui sont venus couvrir l’événement. Après une parade d’ouverture sublimée par trois jours de festivités dans la ville, le Festival Gnaoua et Musiques du Monde a proposé une ouverture sous le thème du Brésil à la rencontre de la musique Gnaoua, avec un Carlinhos Brown charismatique et plein de talent. Un spectacle bluffant né d’une résidence entre le musicien brésilien et les talentueux mâalems Saïd et Mohamed Kouyou qui permis la rencontre joyeuse et tant attendue du Maracatu avec son ancêtre le Karacatu. Autre moment d’émotion, celui de la scène pleine de charme du Borj Bab Marrakech, qui a proposé un concert plein de grâce avec la sulfureuse hindi Zahra. Bravant le froid, le public a communié avec la chanteuse jazz, indie, folk-berbère, sur les airs de ses succès. La soirée clôture, samedi, a tenu toutes les promesses du 20e anniversaire ! Avec une résidence aux couleurs de la Méditerranée, de l’Afrique et de l’Inde, proposée par Titi Robin et Mehdi Nassouli, le public incroyable de la scène Moulay hassan a voyagé à travers l’exploration intelligente des genres musicaux, grâce au mariage heureux du soufisme indopakistanais et de la tagnaouite. La légende du blues Lucky Peterson a pris ensuite les commandes pour livrer un concert à la fois jazzy, funky et groovy. Et depuis le Brésil et des origines tagnaouite de la musique du pays du Carnaval, avec l’incroyable Carlinhos Brown qui a transformé la scène Moulay hassan en piste de danse géante. Le percussionniste chanteur a offert un concert époustouflant, en dansant avec le public et en partageant la scène avec les photographes afin de mieux capter la magie des festivaliers, avant d’appeler sur scène le mâalem Mohamed Kouyou qui avait partagé le concert d’ouverture avec lui. «20 ans après, la magie continue d'opérer pour le bonheur du plus grand nombre. Que ce soit sur scène ou dans le public, la jeunesse prend la relève, ce festival est une fierté pour nous tous, une belle histoire marocaine à raconter » confie la fondatrice du Festival, Neïla Tazi
 
 

à lire aussi :
A Agadir,on a ri en amazigh...
 Les humoristes amazighes se sont pro- duits sur scène en fin de semaine à Agadir avec talent et beaucoup de gaieté, à l’occasion de la 11e édition du...
Comprendre le printemps arabe
"Quand le printemps est arabe" est le titre d'un ouvrage collectif qui vient de paraître aux Éditions la Croisée des chemins. Dirigé par Assia Belhabib, professeure...
Quand les virtuoses du piano s’affrontent
Au fil des ans, le Concours International de Musique du Maroc, organisé chaque année par l’Orchestre Philharmonique du Maroc (OPM), s’est imposé naturellement comme...
Meknès rend hommage à Eugène Delacroix
 L’Institut français de Meknès recevra, du 17 au 29 octobre, la première édition des Rencontres du carnet de voyage de Meknès. En hommage au peintre...