Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Macron en marche vers le parti unique
Emmanuel Macron est en passe de réussir son deuxième pari, celui de gagner les législatives après la présidentielle. Avec plus de 32 % des voix, son parti se hisse nettement en tête de ce premier tour. Les candidats de La Ré- publique en Marche ! (REM) pourraient obtenir jusqu’à 430 sièges. Comme l’explique le politologue Jérôme Sainte-Marie (PollingVox), «les candidats En Marche ! qualifiés au second tour vont bénéficier partout de reports de voix puisque les autres candidats sont violemment incompatibles entre eux». La République en marche (LREM), le parti du Président, arrive ainsi largement en tête du premier tour des élections législatives avec des voix avec son allié Le Modem. Une abstention historique et un effondrement des partis traditionnels pourraient permettre à En marche, créé il y a à peine plus d’un an, de s’arroger de 390 à 430 sièges à l’issue du second tour dimanche prochain, d’après les premières projections. En revanche, le FN et la France Insoumise avec respectivement 13,5 % et 11 % ne sont pas parvenus à convertir localement leur bon score à la présidentielle. Le parti de Marine Le Pen peut espérer de 2 à 5 élus à l’Assemblée nationale et Jean-Luc Mélenchon ne pourrait constituer un groupe qu’avec les députés communistes. Le parti de la Rose ne recueille que 9,51% des voix (avec le PRG et les candidats divers gauche), une défaite à l’ampleur inédite sous la Ve République pour un parti de gouvernement. Emmanuel Macron devrait donc avoir les mains libres pour gouverner et appliquer son programme. Sauf retournement de situation entre les deux tours, cette élection devrait parachever la razzia de La République en marche sur le paysage politique français. «Les Français sont cohérents : ils nous donneront une majorité pour gouverner et légiférer», prédisait le président à la mi-avril. «Ce résultat nous amène à beaucoup d’humilité par rapport aux fractures de la société française», a réagi Jean-Paul delevoye, pré- sident de la commission d’investiture de LREM. Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, lui-même candidat, a souligné que « rien n’est joué », espérant mieux mobiliser au second tour pour légitimer davantage une victoire attendue.
 
 

à lire aussi :
Au Zimbabwe, Mugabe lâche enfin prise
 "Moment historique", «transfert de pouvoir pacifique», «coup d’Etat»… Les réactions se succèdent mais ne se ressemblent pas toujours, au...
Avec Macron, les expulsions ont de l'avenir !
 Le projet de loi sur l'immigration d’Emmanuel Macron fait craindre le pire aux associations d'aide aux réfugiés. Le texte vise à réduire les délais...
Tunisie : le bal des revenants
L'ex-ministre tunisien de l'intérieur Habib Essid, qui a occupé plusieurs postes sous le président déchu Ben Ali, a annoncé lundi avoir été...
Il plaque tout et part défier l’EI
Son choix n'a pas été dicté par la religion, mais plutôt par un choc télévisuel survenu l'été dernier lors de la prise par l'État...