Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
Juan Goytisolo tire sa révérence
C’est à Marrakech, où il vivait depuis vingt ans, qu’est mort le 4 juin, à 86 ans, l’essayiste et romancier espagnol Juan Goytisolo. Il a été l’un des plus fervents défenseurs de la diversité comme source de richesse et de progrès, surtout intellectuels, de nos socié- tés, même si cela lui a valu des critiques à une certaine époque dans son propre pays, l’Espagne. Goytisolo a voué, tout au long de sa vie, passion, admiration, pour le Maroc, notamment pour les villes de Tanger et de Marrakech, au point de décider de s’installer définitivement, durant les années 1990, dans la cité ocre, pour lui symbole par excellence de la diversité et du métissage culturels. C’est d’ailleurs cette affection pour la ville des sept saints qui le poussa à lancer, aux côtés d’autres intellectuels marocains, l’initiative de la candidature de la place Jemaa El Fna pour être reconnue "patrimoine culturel immatériel de l’humanité" par l’Unesco, projet qui se concrétisa avec la proclamation de la place comme tel en 2001. Symbole du dialogue et de l’alliance entre les civilisations, il a incarné, jusqu’au dernier jour de sa vie, son rôle de trait d’union entre les deux rives du Détroit. Spécialiste du monde arabe, qu'il a fait connaître à travers ses œuvres, Goytisolo se voyait comme un citoyen du monde qui sert de trait d'union aussi entre l'Orient et l'Occident. Outre sa défense des valeurs de partage, d’échange et de l’inter-culturalité, l'écrivain et essayiste espagnol est considéré comme l’un des auteurs les plus engagés de son époque, notamment en faveur des droits de l’Homme. Son indépendance morale et intellectuelle est, en outre, reconnue par la sphère littéraire. Né en 1931 à Barcelone, Juan Goytisolo est l’un des écrivains espagnols les plus importants de la seconde moitié du 20ème siècle. D'une famille aristocratique, il a été un intellectuel opposé au franquisme. Son père a été emprisonné par les Républicains pendant la guerre d'Espagne et sa mère tuée dans un raid franquiste en 1938 sur Barcelone. Installé à Paris en 1956, il travaille chez Gallimard. Entre 1969 et 1975, il enseigne la littérature dans les universités de Californie, Boston et New York. Son regard critique l'a aidé à construire une œuvre d'une grande originalité idéologique et stylistique et à adopter une position politique originale devant le nouvel ordre mondial de la fin du 20ème siècle. Auteur d'une quinzaine de romans et de nombreux essais, il a reçu plusieurs prix internationaux, dont le prix Europalia en 1985 pour l'ensemble de son œuvre, le prix Octavio Paz (2002), le prix Juan Rulfo de littérature latino-américaine et caribéenne (2004) et le prestigieux prix Crevantes (2014).
 
 

à lire aussi :
La Banque Populaire mise sur l’art
L a Banque Populaire (BP) de RabatKénitra a récemment inauguré sa première galerie d'art consacrée à la promotion de la création artistique et...
«Arrêts sur mémoires», une invitation au rêve !
Jusqu’au 07 juin 2015, la galerie Espace Expressions CDG – Rabat accueillera l’exposition «Arrêts sur mémoires» de cinq artistes, photographes et...
La cuisine marocaine à la sauce télé espagnole
En Espagne, la cuisine marocaine a dé- sormais son émission. Le programme «Cocina Marroqui», présenté par Najat Kaanache, vient d’être lancé...
Noces d’argent de la Galerie Delacroix
En 1986, Georges Bousquet devint directeur du centre culturel, rebaptisé depuis «Institut français de Tanger». Il découvrit un lieu d’exposition...