Dernière minute ...
A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Une dosette de bakchich pour Hazim
Ses proches et ses amis tombent des nues en apprenant la nouvelle de son arrestation qui a fait l’effet d’une bombe dans le milieu de la santé et de la haute administration au Maroc. Il s’agit du patron de l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) Jilali Hazim. «Ce n’est pas possible !», lâchent, incrédules, ceux qui connaissent celui qui vient de tomber piteusement dans une affaire de corruption d’un montant de 440.000 DH liée à un marché public…D’autres croient sentir les relents du coup monté par les détracteurs de l’intéressé sans citer lesquels. Mais les faits sont têtus. Les preuves sont en effet contre le présumé corrompu qui se trouve dans une situation d’autant plus accablante qu’il a été arrêté le weekend dernier en compagnie de son complice, un ex-présentateur télé de TVM qui a joué les rabatteurs, pour le compte de celle qui était censée payer rubis sur l’ongle pour obtenir le règlement de la transaction qu’elle a déjà exécutée. Pour se faire payer, il faut payer ! Pratique courante dans l’administration. Entendu par le juge d’instruction près la cour d’appel de Rabat qui a ordonné aussitôt sa mise en détention à la prison de Salé sur la base d’enregistrements d’une conversation supposée compromettante, l’accusé cachait bien son jeu, s’employant à montrer à ses interlocuteurs le visage d’un homme intègre et incorruptible qui ne cède jamais à la tentation malgré sa supervision directe du budget pharamineux de l’assurance maladie notamment des pauvres (le Ramed). L’intéressé s’est même targué en public à plusieurs reprises de n’avoir jamais été tenté de mettre le doigt dans le pot de confiture. Hâblerie, quand tu nous tiens ! Or, il paraît que M. Hazim, dont les marchés publics qu’il lance sont loin d’être un modèle transparence, a chopé il y a longtemps le virus du bakchich qui mine l’administration du temps où il était directeur des ressources financières et de la planification au ministère de la Santé où il a fait l’essentiel de sa carrière avant d’être bombardé à la tête de l’ANAM il y a quelques années. L’accusé, qui soignait en catimini son petit business douteux, vient du monde politique connu pour les magouilles de la plupart de ses acteurs. Jilali Hazim est de surcroît un opportuniste de la politique. Militant USFP, il n’hésitera pas à abandonner son parti pour rejoindre le PAM en 2009 avant de revenir à sa formation initiale en 2015. Membre du Conseil économique, social et environnemental, il officie également en tant que vice-président de la région de Béni-Mellal-Khénifra. Cette affaire de corruption tombe à un moment où le gouvernement Al Othmani a annoncé la mise en place d’une commission visant la moralisation de la vie publique. Un énième machin magnifiquement inopérant destiné juste à la consommation populaire puisque la corruption se porte toujours comme un charme. La preuve par Ba Jilali ! Ce dernier, qui risque de voir les investigations étendues à son patrimoine, a tout loisir de méditer sur son triste sort. Moralité : Il ne faut pas jouer aux pudiques quand on fraude sur les marchés publics.

à lire aussi :
Très bis-arre article 8
Interdisant la saisie des biens de l’État et des collectivités locales suite à des décisions judicaires, l’article 8 bis, glissé subrepticement sous...
Avocat receleur
C’est l’histoire rocambolesque d’un avocat du barreau de Ouarzazate. L’homme qui avait l’habitude de prendre son congé avant l’été pour...
La guerre du bac
Les fraudeurs du bac ont eu raison de la fermeté affichée du ministre de l’Education national Rachid Belmokhtar. Celui-ci avait assuré que le bac 2015 sera...
Code de la mutualité : Un coup de bistouri dans le dos
Récemment adopté par la Chambre des conseillers, le projet de loi 109-12 du code de la mutualité vise à améliorer le fonctionnement des mutuelles. Noyés dans...