Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Can'art et Culture
Kohen Mohamed et son bloc…
"Le Bloc des Contradictions" de Kohen Mohamed est un roman à lire d’une seule traite et se laisser agréablement emporter par la tendresse de la plume et la fermeté du bistouri. Tantôt, fondre dans un bloc de glace chavirant aux remparts de l’amour, tantôt se heurter aux contradictions d’un bloc de pierre harponnant la massue de l’adversité. Puis, entre émotion, passion et plaisir, découvrir que ce roman est un baume, un pacte acté intelligemment avec une société schizophrène voguant entre strass, religion, sabre et goupillon… Une socié- té injuste et arrogante, fauve des libertés individuelles… Et l’on reste perplexe, assoiffés, désireux et impatients. C’est ainsi que vint la chute. Un suspens vertigineux et surprenant couronné par un doux tableau, d’une infinie tendresse, une reconnaissance qui damne le pion à la faucheuse. « Le Bloc des Contradictions » est une leçon de vie habile qui a su apprivoiser toute sorte d’alchimie moléculaire». Eros, Agape et Philia opèrent. La symphonie commence, le banquet s’installe et l’on retrouve le philosophe. C’est le roman à lire … ici et maintenant… Kohen Mohamed est chirurgien en exercice à Casablanca, enfant d’une culture franco-marocaine et modeste dépositaire de ce double héritage qu’il cherche à restituer et à exalter en partie, en écrivant. Il semble trouver dans l’écriture une exultation des énergies positives et la consolation, qu’apportent la musicalité des mots et la profondeur des propos contre les imperfections de la vie. Avec un malin plaisir, il transcrit la spontanéité de l’idée brute pour prendre le futur en témoin du passé déjà mort et du présent qui se meurt. Il écrit pour que la mémoire triomphe du vécu et de l’indifférence et pour que les réminiscences ne se dissolvent pas dans la faillibilité de la mémoire sous la voracité du temps qui coule. Il écrit pour vanter la vie, dénoncer ses travers, conjurer les démons de la solitude et faire coïncider les vœux des amitiés et de l’amour au quotidien. Il écrit pour ne pas oublier
 
 

à lire aussi :
Mohammed Kettani et le patrimoine arabe
Dans le cadre du cycle préparatoire de sa 45e session, prévue du 24 au 26 avril 2018 sur le thème «L’Amérique latine comme horizon de pensée»,...
Jawhara revient en force
Le festival Jawhara d’El Jadida revient, du 6 au 8 août prochain pour une 5e édition qui s’annonce prometteuse. Pas moins d’une vingtaine d’artistes et de...
Du théâtre pour les MRE
 Pour une première, c’en est vraiment une. Quarante troupes de théâtre du Maroc entameront en mars 2018 une tournée autour du monde pour aller à la...
Carte blanche à Amina Benbouchta
Dans le cadre de ses actions de promotion des talents artistiques du Maroc contemporain, la Fondation CDG donne Carte Blanche à l’artiste Amina Benbouchta pour le montage d’une...