Dernière minute ...
Tanger Tech : BMCE Bank garant du projet dont l'investissement atteindra à terme 10 milliards de dollars Procès Gdim Izik: Des peines allant de 2 ans de prison ferme à la perpétuité La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Pour la 5e fois Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, annoncé pour mort Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco ONU: Un traité bannissant l'arme atomique adopté par 122 membres Le ministère des affaires étrangères marocain annonce jeudi 29/6 l'arrestation par la police hollandaise de l'ex parlementaire en fuite Said Chaou Le Qatar rejette les accusations de l'Arabie saoudite et ses alliés, Washington tente cde calmer le jeu Internet : Le Maroc in, l’Algérie out La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 Une tentative d'Algérie et du Venezuela de nuire au Maroc mise en échec au Comité de décolonisation de l’ONU L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU)  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Sissi veut mettre les ONG sous sa botte
En Egypte, l’étau se resserre de jour en jour sur la société civile et les rares voix encore indépendantes. Depuis qu’il s’est imposé en homme fort du pays, à l’été 2013, le président Abdel Fattah Al Sissi a, au nom de «la sécurité nationale», remis en cause une à une les libertés acquises à la faveur de la révolution de 2011. L’ancien général , devenu le nouveau Raïs, a promulgué, lundi 29 mai 2017, la loi qui encadre l’activité des organisations non gouvernementales (ONG). Ce texte, voté au Parlement en novembre 2016, condamne à la disparition les associations de défense des droits de l’homme et met de sérieuses entraves à l’action des groupes caritatifs, même apolitiques. Les membres des ONG égyptiennes devront limiter leurs activités aux secteurs du développement et des questions sociales, sous peine de cinq ans de prison. Une autorisation pré- alable est requise pour mener un travail de terrain ou une enquête d’opinion, ainsi que pour « coopérer de quelque manière que ce soit avec des instances internationales ». Les ONG étrangères seront, quant à elles, contrôlées par une instance composée de représentants de l’armée, du renseignement et du ministère de l’intérieur. «C’est la pire [loi] de l’histoire», a commenté à l’Agence France-Presse Mohamed Zaree, directeur de l’Institut pour les études des droits de l’homme du Caire, sous le coup d’une interdiction de sortie du territoire et dont l’organisation est poursuivie « pour avoir reçu des fonds d’entités étrangères nuisant à la sécurité nationale ». Les militants pour les droits civiques, nombreux à être inquié- tés par les autorités, s’attendent au pire. « On pourrait finir en prison (…) et voir disparaître toute la société civile bâtie au cours des trente dernières années », alertait, avant le vote, Hossam Bahgat, qui a fondé l’Initiative égyptienne pour les droits personnels. L’encadrement des médias et des réseaux sociaux devrait suivre. Il est à l’ordre du jour au Parlement. Le pouvoir n’a toutefois pas attendu que des lois soient votées pour mettre les médias en coupe réglée. La censure a été rétablie au nom de « la sécurité nationale » et des instances de contrôle créées. Soixante-deux journalistes sont emprisonnés, selon le Réseau arabe pour l’information sur les droits de l’homme (Anhri).

à lire aussi :
Al-Baghdadi, la mort d'un mythe...
L’ Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a affirmé, mardi 11 juillet 2017, détenir des informations de hauts responsables du groupe djihadiste Etat islamique (EI)...
Ben Laden en clair obscur
Ceux ou celles qui gardent encore de l’ex-premier ennemi public des Etats-Unis une image d’homme «vertueux» voire «saint» vont être choqués...
Egypte : Morsi sous l’ombre de l'échafaud
La justice égyptienne a confirmé mardi 16 juin la peine de mort prononcée en mai contre Mohamed Morsi, président égyptien déchu, au terme d’un...
L'Ecosse s’offre une «e-indépendance»
Le gouvernement écossais, à défaut d’obtenir la scission d’avec le Royaume-Uni au référendum de septembre dernier, a au moins pris son...