Dernière minute ...
A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Sissi veut mettre les ONG sous sa botte
En Egypte, l’étau se resserre de jour en jour sur la société civile et les rares voix encore indépendantes. Depuis qu’il s’est imposé en homme fort du pays, à l’été 2013, le président Abdel Fattah Al Sissi a, au nom de «la sécurité nationale», remis en cause une à une les libertés acquises à la faveur de la révolution de 2011. L’ancien général , devenu le nouveau Raïs, a promulgué, lundi 29 mai 2017, la loi qui encadre l’activité des organisations non gouvernementales (ONG). Ce texte, voté au Parlement en novembre 2016, condamne à la disparition les associations de défense des droits de l’homme et met de sérieuses entraves à l’action des groupes caritatifs, même apolitiques. Les membres des ONG égyptiennes devront limiter leurs activités aux secteurs du développement et des questions sociales, sous peine de cinq ans de prison. Une autorisation pré- alable est requise pour mener un travail de terrain ou une enquête d’opinion, ainsi que pour « coopérer de quelque manière que ce soit avec des instances internationales ». Les ONG étrangères seront, quant à elles, contrôlées par une instance composée de représentants de l’armée, du renseignement et du ministère de l’intérieur. «C’est la pire [loi] de l’histoire», a commenté à l’Agence France-Presse Mohamed Zaree, directeur de l’Institut pour les études des droits de l’homme du Caire, sous le coup d’une interdiction de sortie du territoire et dont l’organisation est poursuivie « pour avoir reçu des fonds d’entités étrangères nuisant à la sécurité nationale ». Les militants pour les droits civiques, nombreux à être inquié- tés par les autorités, s’attendent au pire. « On pourrait finir en prison (…) et voir disparaître toute la société civile bâtie au cours des trente dernières années », alertait, avant le vote, Hossam Bahgat, qui a fondé l’Initiative égyptienne pour les droits personnels. L’encadrement des médias et des réseaux sociaux devrait suivre. Il est à l’ordre du jour au Parlement. Le pouvoir n’a toutefois pas attendu que des lois soient votées pour mettre les médias en coupe réglée. La censure a été rétablie au nom de « la sécurité nationale » et des instances de contrôle créées. Soixante-deux journalistes sont emprisonnés, selon le Réseau arabe pour l’information sur les droits de l’homme (Anhri).

à lire aussi :
McDo : Indigestion à Paris
«McDo escroc, faut partager le magot!»: en France, une cinquantaine de personnes ont bloqué mercredi 26 octobre 2016 plusieurs McDonald's du nord de Paris pour demander un salaire...
Washington, Ankara et les Kurdes…
"Terroristes" pour Ankara, "rempart" contre l’Etat islamique pour Washington: la Turquie et les Etats-Unis s’affrontent à propos des combattants kurdes de Syrie, un dossier qui...
Texas : Nadir Soofi, un «Elvis» devenu terroriste
Adolescent "charismatique", populaire auprès des filles et fréquentant l'un des lycées les plus prestigieux du Pakistan: Nadir Soofi, l'un des assaillants d'un concours de...
Menace d'escalade au Proche-Orient
La tension montre en Proche-Orient. Le Hezbollah libanais a lancé son opération dans le secteur contesté des fermes de Chebaa. L'attaque au missile contre le convoi...