Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Quand Alger martyrise les Syriens...
La situation humanitaire de quelque 41 ré- fugiés syriens, jetés par les autorités algé- riennes le 17 avril dernier dans un désert entre le Maroc et l’Algérie, se dégrade de jour en jour. Un drame qui a poussé le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à réagir pour presser les deux pays à mettre fin au calvaire de ces personnes livrées à ellesmêmes devenues à leur corps défendant l’objet d’un bras de fer politique insidieux entre Alger et Rabat. Normalement, c’est au pays de Bouteflika de les rapatrier sur son sol puisqu’il est à l’origine de leur expulsion. Ce n’est pas d’ailleurs la première fois que l’Algérie refoule des migrants qu’ils soient syriens ou subsahariens et que le Maroc accepte par humanisme de recevoir sur son territoire. Allergiques aux étrangers en situation vulnérable, dépourvu de toute politique d’accueil de citoyens des candidats à l’émigration, ce pays refuse obstinément d’assumer sa part de responsabilité dans les drames humanitaires et le premier réflexe de ses gouvernants est de jeter les migrants comme des malpropres à la frontière terrestre algé- ro-marocaine. Tout l’inverse du Royaume qui s’est doté depuis quelques années d’une véritable stratégie migratoire, saluée à l’international, qui lui a permis de régulariser plus dizaines de milliers d’étrangers, notamment africains et syriens. Se disant « profondément préoccupé » par la détérioration rapide des conditions de vie de ces nouveaux damnés de la terre, le HCR a appelé « l’Algérie et le Maroc à répondre d’urgence aux besoins humanitaires, à faciliter l’accès pour ces réfugiés et à leur permettre de rejoindre un lieu sûr et/ou d’être réunis avec leurs familles.» L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés réclame « d’urgence » un passage sûr et une admission qui faciliterait le transit immédiat des 41 infortunés composés de femmes, enfants et bébés. Une dame enceinte a besoin rapidement d’une césarienne. « C’est une question de vie et de mort pour cette femme et son enfant à naître. », alerte le communiqué du HCR qui aurait dû pour être plus juste de pointer la responsabilité d’Alger dans cette tragédie au lieu de s’adresser « aux deux pays » pour régler cette crise humanitaire. « Nous avons une politique migratoire, nous avons régularisé la situation de plus de 5 000 Syriens. Mais nous n’accepterons jamais que des gens arrivent via des frontières fermées, car si demain il y a un relâchement, tout le monde va être débordé » déclarait Abdelkrim Benatiq, ministre délégué chargé des MRE et des Affaires de la migration, le 5 mai dernier à l'AFP, à propos de la situation dramatique de ces syriens. Du côté algérien, c’est le silence radio. Rien à signaler ?
 
 

à lire aussi :
Une dosette de bakchich pour Hazim
Ses proches et ses amis tombent des nues en apprenant la nouvelle de son arrestation qui a fait l’effet d’une bombe dans le milieu de la santé et de la haute administration au...
Dell Maroc vend (encore) son personnel…
Dell SAS installé à Casa Nearshore a encore frappé. L’entreprise, spécialisée dans la fourniture des prestations informatiques à distance, a...
Mondial 2026 : Le Maroc décroche une défaite glorieuse
C’est la douche froide dans le camp marocain. Mercredi 13 juin, la déception se lisait sur les visages de Moulahom Hafid et compagnie qui s’efforçaient de faire contre...
Qui a peur d’Al Jazeera ?
Alors que des pressions énormes se font exercer sur le Qatar pour accepter- entre autres conditions surréalistes de ses voisins- la fermeture définitive de la chaîne Al...