Dernière minute ...
Né à Barcelone, Mnauel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Quand Alger martyrise les Syriens...
La situation humanitaire de quelque 41 ré- fugiés syriens, jetés par les autorités algé- riennes le 17 avril dernier dans un désert entre le Maroc et l’Algérie, se dégrade de jour en jour. Un drame qui a poussé le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) à réagir pour presser les deux pays à mettre fin au calvaire de ces personnes livrées à ellesmêmes devenues à leur corps défendant l’objet d’un bras de fer politique insidieux entre Alger et Rabat. Normalement, c’est au pays de Bouteflika de les rapatrier sur son sol puisqu’il est à l’origine de leur expulsion. Ce n’est pas d’ailleurs la première fois que l’Algérie refoule des migrants qu’ils soient syriens ou subsahariens et que le Maroc accepte par humanisme de recevoir sur son territoire. Allergiques aux étrangers en situation vulnérable, dépourvu de toute politique d’accueil de citoyens des candidats à l’émigration, ce pays refuse obstinément d’assumer sa part de responsabilité dans les drames humanitaires et le premier réflexe de ses gouvernants est de jeter les migrants comme des malpropres à la frontière terrestre algé- ro-marocaine. Tout l’inverse du Royaume qui s’est doté depuis quelques années d’une véritable stratégie migratoire, saluée à l’international, qui lui a permis de régulariser plus dizaines de milliers d’étrangers, notamment africains et syriens. Se disant « profondément préoccupé » par la détérioration rapide des conditions de vie de ces nouveaux damnés de la terre, le HCR a appelé « l’Algérie et le Maroc à répondre d’urgence aux besoins humanitaires, à faciliter l’accès pour ces réfugiés et à leur permettre de rejoindre un lieu sûr et/ou d’être réunis avec leurs familles.» L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés réclame « d’urgence » un passage sûr et une admission qui faciliterait le transit immédiat des 41 infortunés composés de femmes, enfants et bébés. Une dame enceinte a besoin rapidement d’une césarienne. « C’est une question de vie et de mort pour cette femme et son enfant à naître. », alerte le communiqué du HCR qui aurait dû pour être plus juste de pointer la responsabilité d’Alger dans cette tragédie au lieu de s’adresser « aux deux pays » pour régler cette crise humanitaire. « Nous avons une politique migratoire, nous avons régularisé la situation de plus de 5 000 Syriens. Mais nous n’accepterons jamais que des gens arrivent via des frontières fermées, car si demain il y a un relâchement, tout le monde va être débordé » déclarait Abdelkrim Benatiq, ministre délégué chargé des MRE et des Affaires de la migration, le 5 mai dernier à l'AFP, à propos de la situation dramatique de ces syriens. Du côté algérien, c’est le silence radio. Rien à signaler ?
 
 

à lire aussi :
Avocat receleur
C’est l’histoire rocambolesque d’un avocat du barreau de Ouarzazate. L’homme qui avait l’habitude de prendre son congé avant l’été pour...
Quand le Jihad devient une affaire de famille
Si l’on peut facilement comprendre la fascination des jeunes pour le prétendu Etat Islamique, on imagine mal des parents envoyer leurs enfants en Syrie, devenue depuis quatre ans, un...
MDMA, la nouvelle drogue de l’amour qui fait rage au Maroc
C’est la nouvelle coqueluche de la jeunesse casablancaise et tangéroise en particulier : La « drogue de l’amour », plus connu sous le nom de MDMA...
Juppé fait campagne à Casablanca
Le maire de Bordeaux, Alain Juppé, se rendra au Maroc avant le ramadan. Pour donner toutes ses chances à celui qui se présente comme le fils spirituel de Chirac , candidat...