Dernière minute ...
Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse Des clients de la Société Générale Maroc délestés de 2000 DH, la direction parle d’erreur technique Selon l'Office des changes, au 30/06/17, le flux des IDE est en hausse mais  le déficit commercial s'aggrave Le Roi Mohammed VI dénonce les politiques israéliennes à Al-Qods Tanger Tech : BMCE Bank garant du projet dont l'investissement atteindra à terme 10 milliards de dollars Procès Gdim Izik: Des peines allant de 2 ans de prison ferme à la perpétuité La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Pour la 5e fois Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, annoncé pour mort Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco ONU: Un traité bannissant l'arme atomique adopté par 122 membres Le Qatar rejette les accusations de l'Arabie saoudite et ses alliés, Washington tente cde calmer le jeu La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 Une tentative d'Algérie et du Venezuela de nuire au Maroc mise en échec au Comité de décolonisation de l’ONU L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU)  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Très bis-arre article 8
Interdisant la saisie des biens de l’État et des collectivités locales suite à des décisions judicaires, l’article 8 bis, glissé subrepticement sous forme d’un amendement par les élus PJD dans le projet de loi de finances 2017, n’en finit pas de créer la polémique et de diviser les groupes parlementaires. Anti-constitutionnel ! crie l’opposition emmenée par le PAM qui menace de saisir le conseil constitutionnel si le gouvernement ne retirait pas cette disposition que nombre de juristes désapprouvent. "Les créanciers détenant des obligations ou des décisions judiciaires définitives contre l’État ou les collectivités locales ne doivent demander l’exécution que devant les ordonnateurs auprès de l’administration publique ou des collectivités concernées", stipule l’article incriminé. Du coup, l’Etat ou les collectivités s’autorisent en vertu de cette disposition de ne verser une indemnité (dans les 60 jours suivant le jugement définitif), que dans la limite "des crédits ouverts dans le cadre du budget". Par ailleurs, "les fonds et les biens de l’État et des collectivités locales ne peuvent en aucun cas faire l’objet de saisie", précise le même article. Et c’est là où réside tout le problème. Le plus cocasse dans l’histoire c’est que les députés islamistes, à l’origine de cette bizarrerie juridique, s’y étaient opposés de toutes les forces en 2015. Alors qu’est ce qui a changé depuis pour que les représentants du PJD adorent subitement ce qu’ils ont brûlé hier ? Le PJD a mis la main sur pratiquement toutes les communes urbaines du pays y compris des grandes villes (Casablanca, Rabat, Tanger, Fès, Tétouan, Agadir, Marrakech, etc.…). Certaines municipalités et nom des moindres, à l’instar de celle de Tanger, sont menacées de saisies de leurs biens. A cet égard, le cas de la ville de Tanger est très significatif puisque ses comptes bancaires ont subi des saisies pour des montants avoisinant les 500 millions de DH. La dernière saisie en date s’est faite à hauteur de 15 millions de DH par une entité étatique qui n’est autre que Barid Bank. Pour une commune dont le budget annuel n’excède de pas 700 millions de DH, on est pas loin de la faillite…C’est justement pour éviter à l’avenir ces situations cauchemardesques pour les villes qu’ils gèrent que les islamistes ont eu recours à cet artifice imaginé par son chef de groupe Driss Azami, quitte à prendre beaucoup de libertés avec le droit. Les élus PJD sans foi … ni loi ? Très bis-arre article 8 «Le Canard Libéré» vend
 
 

à lire aussi :
Procès Fikri : Les petits anchois paient pour les requins
Une quarantaine de mois de prison ferme ont été distribués dans l’affaire de Mohssine Fikri, le marchand de poisson mort el 28 octobre 2016 broyé dans une benne...
Le tourisme marocain se fait taper sur les doigts
Les images sont horribles, insoutenables. Des boursouflures énormes, une peau brûlée, des rougeurs terribles. Le tourisme marocain n’avait pas vraiment besoin de ça,...
Quand Alger martyrise les Syriens...
La situation humanitaire de quelque 41 ré- fugiés syriens, jetés par les autorités algé- riennes le 17 avril dernier dans un désert entre le Maroc et...
Avocat receleur
C’est l’histoire rocambolesque d’un avocat du barreau de Ouarzazate. L’homme qui avait l’habitude de prendre son congé avant l’été pour...