Dernière minute ...
Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Driss El Yazami, président du CNDH a reçu, le 24 janvier 2017, la décoration civile d'Officier de l'Ordre de Léopold, la plus haute distinction de Belgique Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le Maigret du Canard
Akhannouch : Cap sur 2021
Le RNI nouveau est arrivé et il est en ordre de bataille pour les prochaines échéances. Cette renaissance, célébrée lors du 6ème congrès du parti organisé le 18 et 19 mai à El Jadida, se voulait l’aboutissement d’un processus de rénovation des instances du parti initié quelques mois plutôt. Au terme de deux jours d’échanges et de débats, parfois houleux en coulisses et dans les commissions a émergé une formation dotée pour la première fois d’organisations parallèles (jeunes, femmes, corps professionnels) et d’une feuille de route claire qui ne souffre aucune ambiguïté. Pour le premier congrès qu’il préside depuis son avènement en octobre 2016 à la tête du Rassemblement en plein recul électoral sous la pré- sidence de Salaheddine Mezouar, Aziz Akhannouch s’est posé en leader d’un parti qui affiche clairement ses ambitions, déterminé à mener la bataille sur le terrain. Un parti rénové, conscient de son potentiel militant et des enjeux du futur, qui ne veut plus jouer les forces d’appoint comme il l’a fait pratiquement depuis sa création en 1977. C’est pour cela que le ministre a sonné la mobilisation dès la prise de ses nouvelles fonctions en se lançant au pas de charge dans une grande tournée régionale clôturée en apothéose par son discours dans la capitale du Souss, son fief natal, organisé pas moins de 83 congrès provinciaux et désigné de nouveaux coordinateurs dans toutes les ré- gions du pays : Mohamed Boussaïd à Casablanca-Settat, Mbarka Bouaïda pour Guelmim-Oued Noun, Mohamed Kabbaj pour Marrakech-Safi… Un changement nécessaire, conscient qu’il est impossible de faire du neuf avec du vieux, assorti d’une innovation de taille : les coordinateurs version Akhannouch, loin d’être de simples représentants , sont appelés durant leur mandat dans le cadre de contrats de performance précis à œuvrer chacun dans sa région pour renforcer la présence du parti et contribuer à l’ancrage de la démocratie participative. La proximité, comme l’a bien expliqué le président, devra être au cœur de l’action des responsables du RNI : « Il faut que ce parti soit proche de tous les Marocains, de leurs problèmes et besoins », indique le président qui compte sur les nouvelles structures pour "encadrer et communiquer avec les citoyens". Les élus Rnistes sont invités à donner l’exemple. «Ils doivent plancher sur des programmes réalistes, destinés à améliorer les conditions de vie des citoyens», ajoute-t-il. «Les Marocains veulent du concret et de la droiture». Ce n’est pas un slogan creux mais mais une nouvelle démarche», conclut celui qui propose un pacte social aux populations sans oublier de s’adresser aux députés RNI qu’il veut assidus et studieux.
 
Parti-locomotive
 
C’est à ce prix, en donnant l’image d’un parti qui travaille toute l’année, un parti indépendant dans son pouvoir de décision, et qui ne complète pas les majorités", que les citoyens feront confiance dans le RNI et ses composantes. Les nouveaux statuts du parti validés, les membres du conseil national élus tout comme ceux du bureau politique, le parti ainsi ré- nové est dans les starting-blocks. Le RNI de Akhannouch, l’homme du slogan « Agharas, agharas » (sérieux et droiture) qui a fait sensation auprès des militants et même au-delà, sait l’immensité de la tâche qu’il attend. En effet, le vrai travail commence maintenant et le plus dur reste à venir. Dans la ligne de mire : les élections législatives de 2021 et les communales de 2020. Le défi pour le RNI est évidemment de réussir à remplacer le PJD dans le cœur des électeurs. Devenir un parti-locomotive, proche des préoccupations des gens et enraciné dans le pays, est possible. Avec un homme comme Aziz Akhannouch. C’est du moins l’espérance qu’il suscite parmi les siens.
 
Bureau politique, rajeunissement partiel

Il a fallu faire preuve d’un grand jeu d’équilibrisme et sacrifier au compromis pour accoucher du Bureau politique. Résultat : une équipe quelque peu rajeunie avec de nouveaux visages comme Hassan Benomar, Mohamed Boudrika, obligée cependant de cohabiter avec des baronnies usées à l’image de Mohamed Bouhdoud (Taroudant), Abdelkader Salama (Nador) et le très contesté Mohamed Bouhriz (Tanger). Tout comme Mustapha Mansouri, Mohamed Aoujjar et la secrétaire d’Etat au Tourisme Lamia Boutaleb, Moulahom Hafid a intégré le Bureau politique es-qualité. Mais le plus pathétique de tous aura été Khoukom Moncef qui a fait des mains et des pieds allant jusqu’à pleurnicher pour garder sa place au BP. Pour continuer à militer dans le business?
 
 
Jassim Ahdani

à lire aussi :
La Fiviar tord le cou aux contrevérités
Les viandes rouges fournissent des protéines, du fer, du zinc, des acides gras et des vitamines B, nécessaires au bon fonctionnement de l’organisme. Et pourtant, jamais elles...
Du Shit aux Schistes ?
Le Maroc ne cesse d’être promis à un bel avenir pétrolier sans qu’aucune découverte sérieuse ne vienne le confirmer jusqu’ici. Le Maroc futur...
Vélodrome de Casablanca : une autre course s'engage
Depuis septembre 2013, la société des courses de lévriers du Maroc a de nouveaux associés. Il s’agit de Geissmann Claude René qui possède une multitude d’affaires au...
La dernière traversée d’El Nene
 El Nene, le célèbre baron de drogue, aurait été abattu à bord de son yacht. Il était considéré comme le Pablo Escobar du shit. Retour sur...