Dernière minute ...
SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte 9e circonscription : La presse algérienne s'indigne du retrait de candidature de Leila Aichi Après l'abandon de la Suède des poursuites contre lui, Julian Assangeva demanderait l'asile politique à la France L'adjoint de l'ambasssadeur du Maroc à Sainte Lucie agrésé physiquement par un diplomate algérien lors d'une réunion d'un comite onusien  Macron élu avec  20.753.797  voix soit 66,10% des suffrages exprimés  contre 10.664.118 pour Le Pen (33,90%)  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Trump se dit « honoré » de rencontrer Kim Jong-un « si les conditions sont réunies » Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Le programme Al Othmani approuvé mercredi 26 avril par 208 voix, 91 députés ont voté contre et 40 se sont abstenus Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le transport et le résidentiel, principaux consommateurs d'énergie avec un total de 59,8  Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016 Donald Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute à la Trump Tower La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Le migrateur
Trump joue à la roulette russe
Une semaine après le limogeage controversé du directeur du FBI, James Comey, la MaisonBlanche est de nouveau rattrapée par "l’affaire russe". Cette fois, c’est Donald Trump luimême qui est accusé d’avoir communiqué des informations ultra-secrètes au chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, et à l’ambassadeur de Russie à Washington, Sergueï Kislyak, lors d’une rencontre mercredi dernier dans le Bureau ovale. Des informations concernant la lutte contre l’Etat islamique (EI), les nouvelles menaces que l’organisation terroriste fait planer et, plus particulièrement, le danger que représenteraient dé- sormais les ordinateurs emmenés en cabine dans les avions. Après quelques heures d’un cafouillage homérique durant lesquelles plusieurs responsables de l’Administration pré- sidentielle en tête desquels le conseiller à la Sécurité nationale, le général McMaster, ont tenté d’apporter un démenti aux révélations du "Washington Post", donald Trump a paru confirmer celles-ci dans deux tweets. "En tant que Pré- sident, je voulais partager avec la Russie (lors d’une réunion ouvertement programmée à la Maison-Blanche), comme j’ai parfaitement le droit de le faire, des faits liés au terrorisme et à la sécurité aérienne", s’est-il ainsi justifié. "Pour des raisons humanitaires, et aussi parce que je veux que la Russie renforce significativement sa lutte contre l’EI et le terrorisme." Le président des Etats-Unis a parfaitement le droit de transmettre ou de rendre publiques des informations a priori confidentielles. Il n’y a donc rien d’illégal dans ce que donald Trump a fait, s’empressent de souligner les commentateurs américains, et l’intéressé n’a pas manqué de le rappeler dans ses tweets. Ce qui, en revanche, suscite le malaise et nourrit tantôt interrogations, tantôt condamnations chez les dé- mocrates et les Républicains, c’est d’avoir, ce faisant, trahi la confiance de l’allié des EtatsUnis ("un pays du MoyenOrient", selon le "New York Times") qui leur aurait fourni les informations en s’opposant à leur divulgation. Et de mettre en danger la source de ces informations, Donald Trump ayant précisé l’endroit où elle est censée opérer ("une ville de Syrie sous le contrôle de l’Etat islamique", toujours selon le "NYT").
 

à lire aussi :
Berlin frappée au cœur
La chancelière Angela Merkel s’est exprimée mardi 20 décembre, sur l’attentat qui a endeuillé Berlin. Dans un discours sobre et solennel, elle a adressé...
Fallait-il renverser Kadhafi ?
 En renversant le régime de Mouammar Kadhafi en 2011, les Libyens rêvaient d'un avenir meilleur. Trois ans plus tard, ils craignent le scénario somalien dans un pays...
Daech, les origines du mal
L’État islamique en Irak et au Levant (EI) contrôle aujourd’hui un territoire grand, à cheval sur deux pays, la Syrie et l’Irak. Sa fortune est comparable...
Migration : L'Europe inhospitalière
La route des Balkans s'est fermée mercredi après la décision de la Slovénie de ne plus laisser passer de réfugiés par son territoire, une mesure...