Dernière minute ...
SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte 9e circonscription : La presse algérienne s'indigne du retrait de candidature de Leila Aichi Après l'abandon de la Suède des poursuites contre lui, Julian Assangeva demanderait l'asile politique à la France L'adjoint de l'ambasssadeur du Maroc à Sainte Lucie agrésé physiquement par un diplomate algérien lors d'une réunion d'un comite onusien  Macron élu avec  20.753.797  voix soit 66,10% des suffrages exprimés  contre 10.664.118 pour Le Pen (33,90%)  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Trump se dit « honoré » de rencontrer Kim Jong-un « si les conditions sont réunies » Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Le programme Al Othmani approuvé mercredi 26 avril par 208 voix, 91 députés ont voté contre et 40 se sont abstenus Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le transport et le résidentiel, principaux consommateurs d'énergie avec un total de 59,8  Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016 Donald Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute à la Trump Tower La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Confus de Canard
Faire bouger les lignes…
En cette moitié de 2017, le Maroc renvoie toujours l’image d’un avion en instance de décollage. Immobilisé sur le tarmac, victime d’avaries insidieuses qui l’empêchent de prendre enfin son envol. En fait, beaucoup de dysfonctionnements (éducatifs, politiques et sociaux…) en se conjuguant occultent quelque peu les performances remarquables réalisées (infrastructures, solidarité, conquête de l’Afrique, lutte contre le terrorisme…) et concourent à plomber ce décollage alors même que sont réunies les conditions objectives qui militent pour le contraire. Le paradoxe ! En cause, la panne structurelle de la machine à écrémer les élites qui permet le renouvellement régulier de la classe dirigeante. Chose qu’on n’a pas vu dans le nouveau gouvernement reconduit pratiquement aux 3/4 de ses membres. Très peu de nouveaux visages, beaucoup de chaises musicales et finalement une lassitude grandissante de l’opinion. Le même scénario se répète depuis des lustres dans la haute fonction publique comme les offices et l’administration du territoire. Tout se passe comme si le pays était frappé de stérilité dès qu’il s’agit d’injecter du sang neuf dans le service de l’Etat et la classe politique figés dans des sché- mas anciens. Après cela, on trouve le moyen de s’étonner du divorce entre gouvernants et citoyens et que ces derniers se désintéressent de la politique et désertent les bureaux de vote le jour de scrutin. Comment voulez-vous que les Marocains ne se sentent pas frustrés en découvrant l’ampleur du rajeunissement des cadres provoqué dans le sillage de l’arrivée à l’Elysée, grâce à sa jeune startup politique, d’Emmanuel Macron? Pourquoi eux et pas nous ? A l’heure de la communication instantanée de masse facilitée par les chaînes satellitaires et les réseaux sociaux, les gens commencent à s’interroger en comparant… Sommes-nous condamnés à subir en permanence ce décalage générationnel entre les hommes au pouvoir et une population essentiellement jeune ? Or, les uns ne peuvent par la force des choses qu’être déconnectés par rapport aux aspirations des autres. La situation s’aggrave lorsque les premiers, qui conçoivent généralement la responsabilité comme un privilège, ne sont pas vraiment soumis à la reddition des comptes. En somme, il convient, tout en sauvegardant ce qui représente le socle de valeurs de la nation, de faire bouger les lignes et bousculer certains codes pour libérer les énergies et donner des raisons d’espérer dans un Maroc meilleur. Pas de sang neuf non plus dans la démocratie locale engluée dans les pratiques du passé avec des élus éloignés des vrais problèmes des citoyens et qui continuent à reproduire les mêmes réflexes contre-productifs. La régionalisation avancée, qui aurait pu être la solution aux disparités entre régions en réduisant le sous-développement territorial, a du mal à se déployer sur le terrain, du moins telle qu’elle est célébrée dans le discours officiel, même si les présidents de région ont gagné en attributions. La raison? L’essentiel du pouvoir demeure concentré entre les mains des walis et il faut toujours s’en référer à Rabat pour obtenir le feu vert pour la mise en œuvre de tel ou tel projet. Comment est-il concevable par exemple que le ministre du Pôle Education Mohamed Hassad puisse, avec toutes les compétences qui lui sont reconnues, gérer objectivement depuis son bureau de Rabat plus 350.000 fonctionnaires de ce secteur vital ? Le début de la réforme de l’école publique réside peut-être dans une vision régionalisée de l’enseignement dans le cadre d’une véritable autonomie. La même démarche vaut pour la mise à niveau de l’administration qui reste depuis plusieurs décennies prisonnière de professions de foi sans aucune prise sur la réalité, faute d’une vision régionalisée de la réforme. La vérité c’est que le Maroc, malgré l’existence de collectivités locales ou territoriales élues, reste un Etat très centralisé, peu décentralisé et déconcentré en raison d’une haute administration qui ne veut rien lâcher de ses prérogatives. Osons le changement en adoptant des stratégies de rupture susceptibles de sortir le pays et ses forces vives des canevas sclérosés du passé. L’avenir se construit aujourd’hui.
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
La COP 22, une simple parenthèse ?
Marrakech de la COP 22 n’a rien à voir avec celle d’avant la COP 22. La métamorphose est remarquable. En plus de s’être parée de ses plus beaux atours, la...
Les morts de Louardi
Les drames des dysfonctionnements de la santé au Maroc, dont sont victimes principalement les démunis aux quatre coins du pays, sont fréquents. Il ne se passe pas un jour sans...
Guergarate pour faire diversion
Le Maroc a-t-il commis une erreur d’appréciation en se retirant de Guergarate dimanche 26 février conformément à la recommandation du secrétaire gé-...
Le temps des ectoplasmes
Le décès de M’hamed Boucetta, un nationaliste de la première heure doublé d’un animal politique distingué, projette une lumière crue sur la...