Dernière minute ...
7 Américains disparus après la collision entre un destroyer américain et un navire philippin le 17 juin Daesh et Hamas se disputent la revendication du meurtre d'une policière israélienne à Al Qods Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Incendie de la tour Grenfell: le bilan atteint 30 morts, 70 personnes portées disparues Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha Après avoir entendu le samedi 03/6 Zafzafi à Casablanca le juge demande le prolongement de sa garde à vue  Le nombre de candidats au bac à nouveau en baisse : 325.191 contre 431.934  en 2016 L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016 La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Les leçons d’une présidentielle
L'élite marocaine, tout comme sa consœur algérienne et tunisienne, s’est passionnée des semaines durant pour la présidentielle française. Une manière de vivre par procuration la démocra- tie que l’état des partis locaux, profondément usés, fripés et frappés depuis longtemps de dis- crédit, ne permet pas d’offrir au citoyen-élec- teur, qui se voit infliger à son corps défendant, à chaque consultation électorale, le même spectacle désolant, ni programmes dignes de ce nom, ni candidats charismatiques porteurs de projets de société crédibles, ni débat qui permet de choisir en connaissance de cause… Rien d’excitant. Juste des promesses très peu sérieuses débitées dans un climat violent do- miné par un échange d’invectives et d’accu- sations de recours à l’argent sale pour l’achat des voix. Vue du Maghreb, cette présidentielle fran- çaise qui s’est achevée sur la victoire au se- cond tour d’Emmanuel Macron a réuni tous les ingrédients d’une élection démocratique qui a mis en compétition, arguments contre arguments, idées contre idées, deux visions antagonistes de la France de demain. Résul- tat: Défaite de Marine Le Pen, la marchande du repli sur soi et de la haine de l’autre, digne représentante du populisme qui se nourrit des peurs des plus fragiles, face au candidat nou- veau, héraut pour ses partisans d’un certain renouveau, adepte d’une France de l’ouver- ture, qui refuse de faire de l’Europe le bouc émissaire de la crise multiforme qui mine son pays. Du choc des idées, les unes bâties sur la dé- tresse des accidentés de la mondialisation qui ne se voient offrir aucune alternative concrète et crédible et les autres prônant le rejet du dé- faitisme et le retour à «l’esprit de conquête» français, a jailli la lumière qui a permis au peuple français dans un sursaut admirable de faire barrage au lepénisme alors même que le front républicain qui avait fonctionné en 2002 s’est effrité quinze ans plus tard. Moralité : Seul un peuple instruit, doté d’une véritable conscience politique et suffisamment éveillé pour ne pas céder facilement aux sirènes du populisme, représente un vrai rempart contre les promoteurs des extrêmes. Le Maroc a les siens et ils ont réussi, à coups de carita- tif politisé sur fond de promesses illusoires, à se poser en seul alternative politique crédible pour finalement prendre les commandes du pouvoir communal et législatif. Sans que les partis classiques, discrédités et affaiblis, ne soient capables de leur faire pièce en appor- tant une vraie réponse aux problèmes de fond des citoyens. Le Maroc paie ainsi le défaut structurel de renouvellement de sa classe politique restée longtemps recroquevillée sur de vieux ré- flexes du passé devenus aujourd’hui contreproductifs, voire pénalisants. En France, l’avènement du jeune Macron a bousculé les codes politiques traditionnels tout en donnant un coup de vieux énergique à la droite et au Parti socialiste qui ont mono- polisé le pouvoir depuis plus de 50 ans. Audelà de son ascension politique fulgurante, le nouveau président, qui était encore inconnu des Français il y a trois ans, a su capter mieux que ses adversaires le désir de changement de ses compatriotes profondément lassés par une bipolarisation partisane devenue stérile. Mais le plus dur commence pour lui. Mettre en mu- sique dans la cohésion et le consensus son pro- gramme de rupture sur lequel il a rassemblé un large électorat. Ce qui est loin d’être acquis. La fronde a déjà commencé avant même qu’il ne soit officiellement investi… La France vat-elle encore tourner en Mac-ron ?
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Une gouvernance en faillite
Cela fait des années que le Maroc est confronté de manière de plus en plus préoccupante à la faillite d’une certaine gouvernance incapable d’apporter...
Les femmes de Benkirane
Ce qui est bien avec Abdelilah Benkirane c’est qu’il se lâche en public, ce qui lui permet d’exprimer le finfond de sa pensée au risque de se mettre en...
L'USFP dans la tourmente
Il serait salutaire pour le Maroc de voter d’abord une loi autorisant l’euthanasie politique, histoire d’abréger les souffrances de certains partis politiques. C’est...
Débat stupéfiant…
Il a suffi qu’un parti, le PAM en l’occurrence, évoque sous la coupole la dépénalisation du cannabis à des fins thérapeutiques, pour que le débat...