Dernière minute ...
7 Américains disparus après la collision entre un destroyer américain et un navire philippin le 17 juin Daesh et Hamas se disputent la revendication du meurtre d'une policière israélienne à Al Qods Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Incendie de la tour Grenfell: le bilan atteint 30 morts, 70 personnes portées disparues Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha Après avoir entendu le samedi 03/6 Zafzafi à Casablanca le juge demande le prolongement de sa garde à vue  Le nombre de candidats au bac à nouveau en baisse : 325.191 contre 431.934  en 2016 L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016 La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Le tourisme marocain se fait taper sur les doigts
Les images sont horribles, insoutenables. Des boursouflures énormes, une peau brûlée, des rougeurs terribles. Le tourisme marocain n’avait pas vraiment besoin de ça, de cette mauvaise publicité. Le cas de Sophie monté en épingle par « The Sun » montre les ravages du tatouage au henné dans certaines grandes villes touristiques. Au cours d’un séjour à Marrakech, la jeune britannique qui avait été tatouée avec vraisemblablement un produit contenant de la paraphénylènediamine doit plonger ses mains abimées plusieurs fois par jour dans des bains d'iode et appliquer une crème à base de cortisone. La fondation britannique de la peau, en collaboration avec la chanteuse Natasha Hamilton du groupe des Atomic Kitten, a lancé une opération de communication pour mettre en garde les touristes anglais contre ce genre de tatouage dangereux. Grande mode de l'été, les tatouages noirs éphémères au henné sont plus dangereux qu'ils n'en ont l'air. En France, suite à des cas recensés en 2016, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) avait rappelé, dans le cadre de sa campagne nationale lancée l’été dernier que la coloration noire de ces tatouages proposés aux vacanciers est obtenue par l'ajout illégal de la paraphénylènediamine, qui augmente par ailleurs la longévité du tatouage. Cette substance, plus habituellement utilisée pour colorer les textiles, est autorisée dans les produits cosmétiques, uniquement dans les teintures capillaires, mais à une concentration ne pouvant excéder 6 %. Ce produit peut être à l'origine de réactions allergiques graves. Survenant quelques heures, voire quelques semaines, après la réalisation du tatouage, la sensibilisation est définitive et irréversible. Ces réactions allergiques peuvent, par ailleurs, récidiver au contact de teintures pour cheveux, de vêtements ou d'objets en caoutchouc contenant le colorant. "Compte tenu des cas d'eczéma allergique signalés, des difficultés de contrôle du circuit de distribution des produits, et des lieux de réalisation des tatouages éphémères noirs à base de henné", l'ANSM préconisait aux vacanciers de se montrer vigilants. Une affaire qui doit interpeller le nouveau ministre du Tourisme Mohamed Sajid et les autorités locales des villes concernées pour soumettre au contrôle certains petits métiers informels comme les tatoueuses au henné qui, par ignorance, peuvent nuire gravement à l’image de tout un secteur. Moralité : il suffit qu’un maillon touristique soit défaillant pour que le dysfonctionnement rejaillisse sur toute la chaîne…
 

à lire aussi :
Procès Fikri : Les petits anchois paient pour les requins
Une quarantaine de mois de prison ferme ont été distribués dans l’affaire de Mohssine Fikri, le marchand de poisson mort el 28 octobre 2016 broyé dans une benne...
Très bis-arre article 8
Interdisant la saisie des biens de l’État et des collectivités locales suite à des décisions judicaires, l’article 8 bis, glissé subrepticement sous...
Une dosette de bakchich pour Hazim
Ses proches et ses amis tombent des nues en apprenant la nouvelle de son arrestation qui a fait l’effet d’une bombe dans le milieu de la santé et de la haute administration au...
Quand Alger martyrise les Syriens...
La situation humanitaire de quelque 41 ré- fugiés syriens, jetés par les autorités algé- riennes le 17 avril dernier dans un désert entre le Maroc et...