Dernière minute ...
Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Canard +
Mes états drame Par Benky (2)

Depuis mon nouveau lieu de séjour temporaire de la Mecque où j’accomplis le rite de la Omra en compagnie de ma chère moitié, j’appelle mes ouailles survoltés au calme et de cesser leur passe d’armes via ces diaboliques réseaux sociaux. Si entre moi et Al Othmani c’est la guerre froide, entre mes ouailles c’est un début de la guerre civile qui s’installe à ciel ouvert. Je prie jour et nuit pour le retour de la paix au PJD. Je sens la colère monter crescendo des tréfonds du parti. Depuis que mon tombeur malgré lui a été propulsé avec la puissance d’un missile nucléaire à la tête du gouvernement pour me réduire à néant, nous sommes devenus les lampistes de la lampe. D’une humeur massacrante, les militants brûlent de bouffer du Othmani… Mais c’est moi qui les retiens. D’ailleurs, j’ai demandé à mon adjoint Soulaimane Al Amrani de monter au créneau à l’occasion de la Fête du Travail pour appeler les frères à afficher ne serait-ce qu’une union de façade et cesser leur pilonnage du gouvernement et de son sous-petit chef en désordre de bataille. Et de garder leurs cartouches pour la prochaine réunion des instances du parti pour procéder à une «évaluation institutionnelle» de la situation. Un euphémisme car mon successeur sans gloire ni panache aura droit aux semons de sa vie et en prendra pour son grade de petit soldat des Afarit. J’ai toujours été présent aux festivités du 1er Mai et ce depuis 2008. Pas Al Othmani qui commence très mal son mandat de Dernier ministre en ne se faisant pas inviter à cette fête symbolique pour prononcer son speech que je devine raide comme un piquet à l’adresse des pauvres travailleurs travaillés par trop de démagogie. Après tout, pas besoin qu’il assiste aux défilés: il a l’art de se défiler. La fête du travail est associée dans le monde entier au retour du beau temps et la joie des plaisirs retrouvés. Au Maroc, cette année, elle marque la fin du printemps benkiranien et le début de la descente aux enfers des islamistes. Pas muguet pour nous, juste des bouquets de cactus! J’ai toujours soupçonné que le PJD était truffé de sous-marins. Outre le Soussi d’Inezgane cornaqué par les forces du flouse, il y a le Aroubi de Kenitra qui vient de se dénoncer de manière flagrante en montrant son côté makhzénien. «Malgré l’absence de Benkirane du gouvernement, le PJD ne laissera pas tomber son peuple», a déclaré à l’occasion du 1er mai à Agadir Abdelaziz Rabbah qui s’est vu confier le sale boulot de la débenkiranisation. Regardez juste sa tronche et vous comprendrez que Rabbah le bien nommé est un faux islamiste. C’est un vrai tueur. Mais Benkirane ne va pas se laisser trucider, il sera le Frankenstein du quartier des Orangers qui hantera les nuits des traîtres.

à lire aussi :
France 3 en fera-t-elle une enquête ?
Un journaliste interdit de couvrir une manifestation, un chanteur interdit de spectacle. Ce n’est pas au Maroc ni dans un quelconque autre pays tiers-mondiste que ces censures ont eu lieu. Mais...
Pollution, Casablanca championne
Le dernier rapport de l’Organisation mondiale de la santé sur la qualité de l’air en milieu urbain à travers le monde est particuliè- rement accablant pour...
La Prairie, une école sans classe
Les écoles privées au Maroc ont vraiment une haute idée de leur personnel enseignant. L’exemple nous vient de l’école la Prairie à Casablanca qui...
L’Istiqlal, le retour à la case départ
Comme annoncé par le Canard, Hamid Chabat terminera son mandat à la tête de l’Istiqlal, qui arrive à échéance en avril 2016. Ainsi en a...