Dernière minute ...
10 ans de plus au Gabon pour Maroc Telecom La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 Une tentative d'Algérie et du Venezuela de nuire au Maroc mise en échec au Comité de décolonisation de l’ONU L’organisme onusien de lutte contre la désertification (CLD) : 60 millions de réfugiés "marcheront" sur l’Afrique du Nord et l’Europe d’ici 2020 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha Le nombre de candidats au bac à nouveau en baisse : 325.191 contre 431.934  en 2016 L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Du faux miel à Casablanca
Interdit en Europe, les miels asiatiques, essentiellement chinois, inondent nombre de marchés y compris marocain. Pour échapper aux droits de douane et à la vigilance des services sanitaires, les Apiculteurs chinois sont passés maîtres en matière de dissimulation de l’origine de leurs miels. Au moins 1/3 du miel consommé aux États-Unis provient de Chine. Introduit par les filières de la contrebande, il est pollué par des métaux lourds comme le plomb et des tétracyclines, des antibiotiques bannis. Sans oublier la présence répétée dans les miels chinois du chloramphénicol, un antibiotique interdit par l’OMS depuis 1995. Fabriqué en Inde, cette substance est susceptible de provoquer des mutations dans l’ADN humain avec risque de cancer. Selon les observateurs «l’Inde n’a ni la capacité, ni assez d’abeilles pour produire plus de 20 millions de kg de miel. Donc il ne peut venir que de Chine. Ce qui signifie que beaucoup de pots de miels vendus dans le monde notamment au Maroc étiquetés miel indien renferment en réalité du miel chinois. La Chine est le principal exportateur de miel dans le monde, et elle propose les prix les plus bas. De goût agréable et doux, les vertus antibactériennes, anti-inflammatoires et anti-oxydantes du miel en font un produit estimé et recherché ! Des séries de tests menés en Union européenne, fin 2015, ont ré- vélé que 32 % des miels analysés présentaient une « non-conformité soupçonnée ou avérée.» Le puissant et excellent magazine français Que Choisir révélait en septembre 2014 que sur 20 miels « premier prix » achetés dans diverses enseignes de la grande distribution, 6 présentent des ajouts de sucre. A cause de son déficit de production apicole, la France est un marché ciblé par les exportateurs du miel chinois. Dans ce pays européen, «la production en 2016 n’a été que d’environ 10.000 tonnes, soit au moins trois fois moins qu’il y a trente ans. La consommation, elle, se maintient aux alentours de 40.000 tonnes. La différence a été comblée par le doublement des importations de miel depuis 2004.» Selon les statistiques rassemblées par Norberto Garcia le pré- sident de l’Organisation internationale des exportateurs de miel, «depuis 2007, les exportations de miel d’Asie auraient augmenté de 196 %, alors que dans le même temps le nombre de ruches n’aurait grimpé que de 13%.» Et la journaliste Marie Astier, l’auteur d’un article paru dans le quotidien Reporterre du 04 janvier 2017, cite le professeur argentin Garcia qui remarque avec humour que « à moins que les abeilles asiatiques, et en particulier chinoises, soient devenues très productives, la différence est probablement « couverte par la dilution avec des sirops». Ce qui n’a pas empêché la proportion de la Chine dans les volumes importés de croître pour atteindre 22 % du miel importé en France en 2015. Le Maroc où la disparition des races pures d’abeilles et la chute des rendements des ruches sont une réalité, devient une cible de choix pour les exportateurs du miel chinois. Excepté quelques marque de miel où l’origine chinoise est mentionnée sur l’étiquette comme c’est le cas par la marque Ennassr, la plupart des produits commercialisés dans le royaume sont présentés comme un produit local alors que la réglementation en vigueur oblige les importateurs (au nombre d’une dizaine) de mentionner la provenance de produit si bien que les autorités sanitaires marocaines ont décidé récemment d’intervenir pour mettre de l’ordre dans ce business opaque : de grandes quantités de miel sont importées dans des fûts avant d’être conditionnées localement en dehors de tout contrôle et écoulées sur le marché national comme étant un produit du terroir.
 
 

à lire aussi :
Nouveau ticket gagnant pour Thalès
Comme on pouvait s’y attendre, le groupe fran- çais Thales l’a emporté face à l'américain Xerox en empochant le contrat de billettique sur les prochaines...
Dell Maroc vend (encore) son personnel…
Dell SAS installé à Casa Nearshore a encore frappé. L’entreprise, spécialisée dans la fourniture des prestations informatiques à distance, a...
Les perles de Benkirane
Abdelilah Benkirane a pris une drôle d’habitude. Celle de ne jamais se séparer de son chapelet (tsabih) y compris lorsqu’il reçoit des personnalités locales ou...
«L’autre victime de chaâbi» sous les verrous
Le calvaire de Jean-Marie Périchcot, l’homme qui a déposé plainte contre Miloud Chaâbi pour escroque-rie et dont le Canard a relaté la mésaventure,...