Dernière minute ...
SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte 9e circonscription : La presse algérienne s'indigne du retrait de candidature de Leila Aichi Après l'abandon de la Suède des poursuites contre lui, Julian Assangeva demanderait l'asile politique à la France L'adjoint de l'ambasssadeur du Maroc à Sainte Lucie agrésé physiquement par un diplomate algérien lors d'une réunion d'un comite onusien  Macron élu avec  20.753.797  voix soit 66,10% des suffrages exprimés  contre 10.664.118 pour Le Pen (33,90%)  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Trump se dit « honoré » de rencontrer Kim Jong-un « si les conditions sont réunies » Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Le programme Al Othmani approuvé mercredi 26 avril par 208 voix, 91 députés ont voté contre et 40 se sont abstenus Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le transport et le résidentiel, principaux consommateurs d'énergie avec un total de 59,8  Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016 Donald Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute à la Trump Tower La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Canard +
Les confessions de Benkirane
Les observateurs n’ont pas bien compris ma démission du Parlement que j’ai justifiée par « le noncumul des mandats», puisque j’ai été déchargé de ma fonction de Premier ministre. Logique. Alors le cumul de quoi ? La réponse est simple : le cumul des votes en faveur d’un gouvernement que je considère comme illé- gal. Et puis, être ravalé au rang de simple député après avoir été Premier ministre plein galon doté d’une tribune ouverte sous la coupole est pour moi synonyme de déchéance. Mes concitoyens de Salé méritent désormais un second couteau. Pour m’extraire de mon quotidien devenu ennuyeux depuis que j’ai perdu la primature au profit du soussi de service, je projette inchallah de m’envoler en compagnie de ma chère moitié pour la Mecque en vue de l’accomplissement du rite de la Omra. Ici, au moins je ne risque pas d’être renvoyé même si je ne réussis pas à former…des vœux pieux pour ma pauvre formation désorientée. Après avoir été ministre des Affaires étrangères, le voilà promu au rang de Premier ministre étrange! Mais pourquoi lui et pas moi ? Pourquoi Al Othmani a-t-il été choisi à ma place alors qu’il n’est pas, pour paraphraser Chirac, « le meilleur d’entre nous» ? Cette question n’arrête pas de me turlupiner. Enfin, j’ai trouvé lé réponse : Al Othmani, guindé et sérieux comme un pape, est une punition pour le petit peuple de mes sympathisants que j’ai payé de blagues et autres hâbleries à défaut de pouvoir améliorer ses conditions de vie. Tout ressentiment mis à part, je constate que le Soussi peu soucieux de mon triste sort, d’habitude avare, ne l’a pas été avec l’USFP à laquelle il a accordé des portefeuilles entiers. C’est le comble pour un Soussi connu pour être près de ses sous. Si la Guerre froide est terminée depuis belle lurette, elle vient de s’installer au PJD. Je la livre à mon tombeur malgré lui. Elle sera digne de la belle époque soviétique. Sans fausse modestie, je considère que mon limogeage est un prélude à la fin de l’islamisme d’apparence BCBG, foncièrement populiste et structurellement incompétent. Dans ce sens, on veut nous faire gober que le PJD reste la locomotive du gouvernement sous le mandat de Al Othmani. C’est aussi faux que Bassima Hakkaoui est une bonne vivante. J’avais déclaré que le gouvernement Al Othmani était un «séisme politique». En fait, la victime principale n’est autre que le PJD. J’espère pouvoir compter sur notre ministre de l’Habitat Nabyl Benabdallah qui a longtemps relayé mes salades sur Tahakkoum avant de se faire tout petit après le fameux recadrage sévère du cabinet royal pour m’aider à reconstruire notre parti. Pour lui, ce sera le chantier d’un mandat si tant est que les architectes de la vie politique nationale ne s’avisent pas de dé- molir ses plans. Entre nous, le Mur n’est pas non plus à l’abri d’un grand coup de massue. Aux abris !
 
Limogeage
 
Pour calmer la colère des enragés du PJD que j’attise sans me forcer, mon petit successeur les a assurés de sa détermination à ne pas renoncer à ses prérogatives et à poursuivre les réformes que j’avais déjà initiées au cours de mon premier mandat. Quoi? L’homme d'Inezgane pense-til qu’il est un vrai Premier ministre, et qu’il peut comme j’ai su le faire avec maestria, embobiner le citoyen lambda en lui faisant oublier qu’il a besoin de tout ? Mission impossible pour celui qui -le comble pour un psychiatre- n’est que le symptôme du grand trouble dont souffre le corps politique national. Sur un autre plan, j’ai remarqué que les Marocains ne savent sortir dans la rue que pour crier leur ras-le-bol à l’image des manifestants d’El Hoceïma. Pas pour me témoigner leur sympathie après mon limogeage brutal. Et moi qui croyais que j’étais populaire et très aimé…C’était juste une illusion d’optique ? Les journaux amis ne courent pas les kiosques. Merci Akhbar al Yaoum qui a administré la preuve que la presse de révé- rence a encore de l’avenir. Merci Bouachrine qui se fait l’écho de la moindre de mes éructations et révèle même mes états d’âme cachés. Si j’étais encore Premier ministre, je l’aurais bombardé ministre de ma communication personnelle. Pour ma première sortie après mon limogeage, j’ai déclaré que concéder une manche ne signifie pas perdre une bataille et lever le drapeau blanc. En fait, c’est juste un coup de bluff. Je n’ai aucun moyen d’en découdre. Après avoir diffusé une lueur de faux espoirs, notre emblème, la lanterne, est en train de prendre feu. Malheureusement, au PJD, nous n’avons pas de pompiers, que des gens comme Afatti le fou qui savent souffler sous les braises. Abdelaziz Rabbah et Mustapha El Khalfi sont des opportunistes de la pire espèce. Ces deux-là particulièrement dont je suis le principal bienfaiteur auraient dû refuser de rempiler dans le gouvernement du petit Soussi en guise de solidarité avec leur mentor un peu menteur. C’est la moindre des choses à attendre de mes deux créatures politiques qui hélas ont muté. Au secours, de futurs crocodiles en perspective ! Lors de sa rencontre avec les dé- putés de notre parti, Al Othmani a déclaré que les négociations avec le PAM et l’acceptation de l’USFP au sein du gouvernement ont été validés par le secrétariat national du parti. Ce qui n’est pas faux. Mais Al Othmani doit apprendre à mentir un peu et éviter de dénoncer notre petit jeu hypocrite interne. Autrement, il aura droit de ma part à de la politique-friction.
 
 

à lire aussi :
El Hafi, l’homme qui veut s’enraciner
L’imbroglio se poursuit autour du Haut commissariat aux Eaux et Forêts. Alors qu’il a assisté à la cérémonie de passation de pouvoirs avec le...
Quand Boulif dérape
Mohamed Najib Boulif n’est pas seulement un ministre relégué au transport terrestre meurtrier, c’est aussi un metteur au point hors pair qui signe lui-même ce...
Chabat vit ces derniers jours
Le tonitruant secrétaire géné- ral de l'Istiqlal est en train de vivre ses derniers jours (politiques). Les ultimes estocades portées à hamid Chabat sont venues des...
L’Istiqlal se victimise
Pas un seul mot au lendemain de l’annonce des résultats des communales et régionales du 4 septembre dans les organes de presse de l’Istiqlal (L’Opinion et Al Alam). Ni...