Dernière minute ...
10 ans de plus au Gabon pour Maroc Telecom La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 Une tentative d'Algérie et du Venezuela de nuire au Maroc mise en échec au Comité de décolonisation de l’ONU L’organisme onusien de lutte contre la désertification (CLD) : 60 millions de réfugiés "marcheront" sur l’Afrique du Nord et l’Europe d’ici 2020 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha Le nombre de candidats au bac à nouveau en baisse : 325.191 contre 431.934  en 2016 L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Le mélange Mélenchon
Vous avez aimé le Macron qui joue la danse du ventre, version marocaine? Vous allez adorer Jean Luc Mélenchon en fils du terroir. Sauf que le Mélenchon, lui est un malin qui jusqu’à présent n’a jamais dit que sa première visite à l’étranger s’il est élu chef d’etat serait consacrée au royaume, encore moins qu’il démarrerait sa campagne à Tanger dont il est natif mais dont il n’a que rarement fat état. Le Maroc, le transfuge du PS y va régulièrement en vacances mais pour les élections, c’est autre chose, le candidat de « La France insoumise » qui monte dans les sondages a retenu la leçon. Pas question de refaire la même chose qu’il y a cinq ans. Au lieu de mettre en avant, sous les vivats de la foule, son enfance au Maroc et de vanter le « mé- tissage», cette «chance» et cette croyance martelée «qu’il n’y a pas d’avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb», l’enfant terrible de la politique française fait «cette promesse à ceux qui nous écoutent de l’autre côté de la Méditerranée : vous avez ici ce peuple français, fraternel, bigarré, composite qui vous ouvre les bras». Ce discours de campagne sur le thème de l’immigration était mal passé malgré le traumatisme provoqué par le quinquennat de Nicolas Sarkozy qui a multiplié les provocations sur les migrants. Ce qui a poussé Jean-Luc Mélenchon à faire marche arrière puisqu’il s’est contenté de faire de la poésie. «Vous voici vous autres, le peuple central, celui qui aspire à vivre de son travail, de ses inventions, de ses poèmes, de son goût d’amour pour les autres. et vous avez maintenu allumée sous la cendre la braise qui dorénavant incendie de nouveau nos clameurs et nos enthousiasmes», a lancé celui qui avait déjà porté les couleurs du Front de gauche lors de l’élection présidentielle de 2012 (11,10% des voix). et le Maghreb, le Maroc natal, la 9ième circonscription, ce réservoir utile de votes français ? et bien, tout simplement, le renard de la politique hexagonale a opté pour une stratégie particulière, un double discours, une ligne dure pour les Français du cru, auprès desquels il joue volontiers les offusqués pour critiquer l’installation de Renault à Tanger, une décision motivée par des salaires inférieurs à ceux des ouvriers français qui sont les dindons de la farce et pour l’électorat français du Maroc, il vante la politique de régularisation des immigrés adoptée par le Royaume. Mais ce qui menace le plus la présidentielle, vu du Maroc, c’est la perspective d’un taux d’abstention important (de 80% chez les français expatriés au Maroc, contre 42% en France pour les Présidentielle de 2012). d’où la mobilisation de nombreux Fran- çais qui ont créé un mouvement soutenu par un site « Allonsvoter.org» pour casser la spirale de cette désaffection qui touche traditionnellement les Français de l’étranger.
 
 

à lire aussi :
Ambiance bon enfant au Canard
La rédaction du Canard Libéré et sa consoeur de Maroc Hebdo International ont reçu dans la matinée du jeudi 27 novembre la visite de trois classes de la 4e...
Le Maroc, future monarchie pétrolière ?
Le Maroc future monarchie pétro-lière ? C’est ce que laisse croire «Longreach Oil and Gas Ltd» qui opère à Sidi Mokhtar, dans la province...
Benkirane à Madrid
Même depuis l’étranger, Abdelilah Benkirane n’oublie pas de décocher des messages à ses détracteurs politiques en adoptant un ton ironique. A...
Allô, c’est Samsung boum, boum !
Si plusieurs compagnies aé- riennes ont déconseillé de voyager avec le Samsung Galaxy Note 7, la RAM a, elle, tout simplement décidé d'interdire son utilisation...