Dernière minute ...
La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Côté Basse Cour
Le mélange Mélenchon
Vous avez aimé le Macron qui joue la danse du ventre, version marocaine? Vous allez adorer Jean Luc Mélenchon en fils du terroir. Sauf que le Mélenchon, lui est un malin qui jusqu’à présent n’a jamais dit que sa première visite à l’étranger s’il est élu chef d’etat serait consacrée au royaume, encore moins qu’il démarrerait sa campagne à Tanger dont il est natif mais dont il n’a que rarement fat état. Le Maroc, le transfuge du PS y va régulièrement en vacances mais pour les élections, c’est autre chose, le candidat de « La France insoumise » qui monte dans les sondages a retenu la leçon. Pas question de refaire la même chose qu’il y a cinq ans. Au lieu de mettre en avant, sous les vivats de la foule, son enfance au Maroc et de vanter le « mé- tissage», cette «chance» et cette croyance martelée «qu’il n’y a pas d’avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb», l’enfant terrible de la politique française fait «cette promesse à ceux qui nous écoutent de l’autre côté de la Méditerranée : vous avez ici ce peuple français, fraternel, bigarré, composite qui vous ouvre les bras». Ce discours de campagne sur le thème de l’immigration était mal passé malgré le traumatisme provoqué par le quinquennat de Nicolas Sarkozy qui a multiplié les provocations sur les migrants. Ce qui a poussé Jean-Luc Mélenchon à faire marche arrière puisqu’il s’est contenté de faire de la poésie. «Vous voici vous autres, le peuple central, celui qui aspire à vivre de son travail, de ses inventions, de ses poèmes, de son goût d’amour pour les autres. et vous avez maintenu allumée sous la cendre la braise qui dorénavant incendie de nouveau nos clameurs et nos enthousiasmes», a lancé celui qui avait déjà porté les couleurs du Front de gauche lors de l’élection présidentielle de 2012 (11,10% des voix). et le Maghreb, le Maroc natal, la 9ième circonscription, ce réservoir utile de votes français ? et bien, tout simplement, le renard de la politique hexagonale a opté pour une stratégie particulière, un double discours, une ligne dure pour les Français du cru, auprès desquels il joue volontiers les offusqués pour critiquer l’installation de Renault à Tanger, une décision motivée par des salaires inférieurs à ceux des ouvriers français qui sont les dindons de la farce et pour l’électorat français du Maroc, il vante la politique de régularisation des immigrés adoptée par le Royaume. Mais ce qui menace le plus la présidentielle, vu du Maroc, c’est la perspective d’un taux d’abstention important (de 80% chez les français expatriés au Maroc, contre 42% en France pour les Présidentielle de 2012). d’où la mobilisation de nombreux Fran- çais qui ont créé un mouvement soutenu par un site « Allonsvoter.org» pour casser la spirale de cette désaffection qui touche traditionnellement les Français de l’étranger.
 
 

à lire aussi :
A fond (s) pour la côte d’ivoire
A l'occasion de la visite officielle au Maroc du président de Côte d'Ivoire Alassane Ouattara les 20 et 21 janvier, le groupe Attijariwafa bank a fait le plein de conventions et de...
Alger chouchoute les barbus
C’est vicieux, c’est algérien. Les autorités du voisin marocain tentent de faire de leur pays une terre d’accueil pour les islamistes du PJD. Pour l’organisation...
La bonne action Dari
Le titre Daricouspate, PME leader du secteur des pâtes, est à conserver, voire même à renforcer dans son portefeuille d’actions. C’est la recommandation de...
La sortie de route de Ghellab
L’ex-ministre istiqlalien Karim Ghellab s’est payé un entretien (L’Economiste du 16/5) où il s’est posé en expert émérite qui dresse le...