Dernière minute ...
ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Le 22 décembre 2017, le bitcoin chute de 25 %, de 20.000 $ à 14.445 $ Catalogne-21 Décembre : Majorité absolue des indépendantistes mais former un gouvernement n’est pas garantie Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Al Sissi renoue avec Abdelfettah
Le double attentat qui a frappé, dimanche 9 avril, deux églises chrétiennes d’egypte, tuant au moins 44 personnes, n’a malheureusement pas surpris la minorité copte : l’organisation etat islamique (eI) avait annoncé qu’elle serait une cible privilégiée en revendiquant, le 15 décembre 2016, une première attaque qui avait fait 25 morts dans l’église Saint-Pierre-et-SaintPaul du Caire. en février, sept chrétiens ont été assassinés à Al-Arich, dans le nord du Sinaï. deux mois plus tard, ni les cibles – deux églises pleines de fidèles, à Tanta et à Alexandrie – ni le moment – le dimanche des Rameaux, à trois semaines de la visite du pape François en egypte – n’ont été laissés au hasard. C’est bien sur cette catégorie d’« infidèles », qui constitue 10 % des 90 millions d’egyptiens et la plus grosse communauté chrétienne d’Orient, que l’organisation terroriste islamiste a choisi de s’acharner. L’egypte tout entière est désormais confrontée à une menace multiforme, qui se traduit à la fois par des actions de guérilla contre les forces de sécurité, des opérations sophistiquées visant le secteur touristique, comme l’explosion du vol Charm elCheikh-Saint-Pétersbourg, en octobre 2015, et des tueries de masse comme celles d’Alexandrie et de Tanta. Face au fléau du terrorisme islamiste, qui touche aussi bien les pays arabes que leurs voisins occidentaux, personne n’a trouvé la parade à cette escalade de violence. Après tout, l’état d’urgence que vient de proclamer M. Sissi n’est qu’une formalité. depuis son ascension au pouvoir, la répression est devenue systématique. Supprimé en 2012, l'état d'urgence avait été rétabli pendant un mois après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi l'année suivante, au moment où les forces de sécurité réprimaient dans le sang ses partisans. Il est déjà appliqué depuis quelques années dans une partie du nord du Sinaï, où l'EI est très actif.
 
 

à lire aussi :
Tunisie : dialogue national de sourds
L'incertitude était totale, mercredi 6 novembre 2013, en Tunisie sur les possibilités de sortie de la profonde crise politique, islamistes et opposants se rejetant...
Trump enfume les écologistes
L e président des Etats-Unis donald Trump, a lancé mardi 28 mars 2017, la déconstruction du bilan de Barack Obama sur le climat, martelant sa volonté de « mettre fin...
Mépris de haut vol
I l est désormais clair que les compagnies aériennes a m é r i c a i n e s – à l’image du président du pays ne reculent devant rien. Apparemment, seul...
Bachar à plein gaz...
 Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni d’urgence, mercredi 5 avril, à New York, au lendemain de l’attaque qui a fait 74 morts, dont 20...