Dernière minute ...
10 ans de plus au Gabon pour Maroc Telecom La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 Une tentative d'Algérie et du Venezuela de nuire au Maroc mise en échec au Comité de décolonisation de l’ONU L’organisme onusien de lutte contre la désertification (CLD) : 60 millions de réfugiés "marcheront" sur l’Afrique du Nord et l’Europe d’ici 2020 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Trump annule l’accord avec Cuba conclu par Obama Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Cargo saisi par la justice sud-africaine : L’OCP dénonce une décision en contradiction avec le droit international Une équipe maroco-allemande découvre le plus ancien Homo Sapiens, vieux de 300 mille ans,  à Jebel Irhoud (Maroc) Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario La RAM maintient ses 5 vols hebdomadaires vers Doha Le nombre de candidats au bac à nouveau en baisse : 325.191 contre 431.934  en 2016 L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Casablanca parmi les villes avec la plus forte densité de population au monde (WEF citant des données ONU) SM le roi Mohammed VI annule ses visites en Arabie saoudite et Egypte  Le Malawi ne reconnaît plus la Rasd Pour la 1ère fois Hamas accepte un Etat palestinien sur la base des frontières de 1967 Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Laftit pour désamorcer la colère
Pour sa première mission après sa nomination comme ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, accompagné du ministre délégué Noureddine Boutayeb, s’est rendu en pompier lundi 10 avril dans la bouillonnante Al hoceima. Une mission aux allures de casse-pipe tant cette ville du nord-est en proie depuis plusieurs mois à une agitation sociale sans précédent avec manifestations, affrontements avec les forces de l’ordre et actes de vandalisme. Mais Laftit a plus d’un tour dans son sac dont le moins négligeable est qu’il est natif de la région, Nador précisément dont il fût gouverneur. Ce qui est a priori de nature à faciliter le contact et l’échange des habitants avec l’enfant prodige du Rif. Le nouveau ministre a adopté une nouvelle démarche en ouvrant au siège de la préfecture de la ville des séances de dialogue publiques avec tous ceux qui ont quelque chose à réclamer. en agissant ainsi, l’ex-wali de Rabat voulait mettre fin à la médiation des coordinations locales dont les membres sont suspectés de chercher à exploiter la vague de la contestation à des fins personnelles. Ce sont ces entités qui se sont imposées en mettant en arguant de la déconsidération qui frappe les partis et les élus comme les interlocuteurs de l’exministre de l’Intérieur Mohamed hassad qui depuis le décès du poissonnier Mohcine Fikri a dû effectuer trois déplacements à Al hoceima. Après leur formulation, il est apparu que le plupart des revendications sont toutes d’ordre social et ressemblent à celles portées en silence par les habitants des régions marginalisées du pays. Sur ce plan, le ministre s’est engagé sur la poursuite des divers chantiers de développement déjà mis en route par les pouvoirs publics dans le cadre du programme de baptisé « el-hoceï- ma, Manarat Al Moutawassit ». Abdelouafi Laftit qui n’est pas né de la dernière pluie a compris que ce mouvement de protestation et les troubles qui s’en sont suivies ont été instrumentalisées par « des mains » invisibles »- sans préciser lesquelles- pour atteindre des objectifs indépendantistes relayés régulièrement sur les réseaux sociaux. Mais qui veut porter atteinte à la sécurité et à la stabilité dont jouit le pays en dressant les rifains contre les autorités publiques ? Là, réside toute la question. et elle est de taille. On attend toujours la réaction claire d’un autre enfant du Rif qui n’est autre Ilyas el Omari. egalement président de la région de Tanger-Al hoceïma, le patron du PAM a excipé d’un certain nombre d’arguments peu convaincants (genre on m’a demandé de me tenir à l’écart ou je n’ai pas été associé depuis le début au processus de dialogue avec la population) sur les réseaux sociaux pour justifier son absence de la séquence agitée d’ Al hoceima. Une absence omniprésente.
 

à lire aussi :
Toilettes bio
Une révolution est en train de naître dans le domaine des chiottes. «Il s’agit de latrines totalement étanches et isolées du milieu extérieur.»,...
Les perles de Benkirane
Abdelilah Benkirane a pris une drôle d’habitude. Celle de ne jamais se séparer de son chapelet (tsabih) y compris lorsqu’il reçoit des personnalités locales ou...
Chaâbi Liliskane fait des victimes à Agadir
A Agadir, Chaâbi Lil Iskane fait aussi des mécontents. En effet, une vingtaine de familles ont protesté, lundi 2 février 2015, devant l’agence locale de la filiale...
Ceux qui bossent et ceux qui bullent
On n’a pas beaucoup entendu les officiels marocains à la 328e session du Conseil d'administration du Bureau International du Travail qui s’est tenue à Genève du 27...