Dernière minute ...
La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Laftit pour désamorcer la colère
Pour sa première mission après sa nomination comme ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, accompagné du ministre délégué Noureddine Boutayeb, s’est rendu en pompier lundi 10 avril dans la bouillonnante Al hoceima. Une mission aux allures de casse-pipe tant cette ville du nord-est en proie depuis plusieurs mois à une agitation sociale sans précédent avec manifestations, affrontements avec les forces de l’ordre et actes de vandalisme. Mais Laftit a plus d’un tour dans son sac dont le moins négligeable est qu’il est natif de la région, Nador précisément dont il fût gouverneur. Ce qui est a priori de nature à faciliter le contact et l’échange des habitants avec l’enfant prodige du Rif. Le nouveau ministre a adopté une nouvelle démarche en ouvrant au siège de la préfecture de la ville des séances de dialogue publiques avec tous ceux qui ont quelque chose à réclamer. en agissant ainsi, l’ex-wali de Rabat voulait mettre fin à la médiation des coordinations locales dont les membres sont suspectés de chercher à exploiter la vague de la contestation à des fins personnelles. Ce sont ces entités qui se sont imposées en mettant en arguant de la déconsidération qui frappe les partis et les élus comme les interlocuteurs de l’exministre de l’Intérieur Mohamed hassad qui depuis le décès du poissonnier Mohcine Fikri a dû effectuer trois déplacements à Al hoceima. Après leur formulation, il est apparu que le plupart des revendications sont toutes d’ordre social et ressemblent à celles portées en silence par les habitants des régions marginalisées du pays. Sur ce plan, le ministre s’est engagé sur la poursuite des divers chantiers de développement déjà mis en route par les pouvoirs publics dans le cadre du programme de baptisé « el-hoceï- ma, Manarat Al Moutawassit ». Abdelouafi Laftit qui n’est pas né de la dernière pluie a compris que ce mouvement de protestation et les troubles qui s’en sont suivies ont été instrumentalisées par « des mains » invisibles »- sans préciser lesquelles- pour atteindre des objectifs indépendantistes relayés régulièrement sur les réseaux sociaux. Mais qui veut porter atteinte à la sécurité et à la stabilité dont jouit le pays en dressant les rifains contre les autorités publiques ? Là, réside toute la question. et elle est de taille. On attend toujours la réaction claire d’un autre enfant du Rif qui n’est autre Ilyas el Omari. egalement président de la région de Tanger-Al hoceïma, le patron du PAM a excipé d’un certain nombre d’arguments peu convaincants (genre on m’a demandé de me tenir à l’écart ou je n’ai pas été associé depuis le début au processus de dialogue avec la population) sur les réseaux sociaux pour justifier son absence de la séquence agitée d’ Al hoceima. Une absence omniprésente.
 

à lire aussi :
Ces trafiquants qui ne se cachent plus…
A Malaga, au sud de l'Espagne, un groupe de baigneurs a assisté à une scène plutôt hallucinante. Un horsbord a accosté sur la plage ensoleillée. À son...
Quand Microsoft se fait menaçant
La scène semble sortie tout droit d’un film de mafia. Des petites et moyens entreprises marocaines ont reçu, depuis quelques temps, un appel téléphonique pour le...
Google pas si géant que ça…
Une ancienne salariée de Google a raconté dans une série de tweets comment elle a essayé de se pencher sur les inégalités de salaires au sein de...
Réfugiés: Dissuasion par voie de presse!
"Les Hongrois sont hospitaliers, mais les mesures les plus sévères possibles sont prises contre ceux qui tentent d’entrer en Hongrie illégalement". Voilà en...