Dernière minute ...
La résolution sur le Sahara adoptée à l'unanimité le 28/4/17 par le conseil de sécurité, le mandat de la Minurso prorogé d'un an Le programme Al Othmani approuvé mercredi 26 avril par 208 voix, 91 députés ont voté contre et 40 se sont abstenus Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Un attentat le 20 avril contre un car de police sur les Champs Elysées, 1 policier tué et 2 autres blessés Attaque chimique en Syrie: La Russie oppose son veto au conseil de sécurité L'explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg fait au moins 14 morts Le transport et le résidentiel, principaux consommateurs d'énergie avec un total de 59,8  Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Casablanca parmi les villes les plus chères au monde Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016  L’évasion fiscale coûte près de 2,5 milliards de dollars par an au Maroc Donald Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute à la Trump Tower Egypte : Moubarak acquitté pour la mort de manifestants en 2011 La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Délit de patronyme : Mohamed Ali Jr et sa  mère Khalilah Camacho-Ali, une ex-épouse du célèbre boxeur, ont  été retenus en rentrant aux Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO Selon l’ONP, avec plus de 4 millions de tonnes de poisson pêché par an, le Maroc est le 1er producteur de poissons en Afrique et 25e mondial La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir Le Maroc, 2e pays africain à s’engager à réduire ses émissions de GES de 42 % à l’horizon 2030 La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Le migrateur
Bachar à plein gaz...
 Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni d’urgence, mercredi 5 avril, à New York, au lendemain de l’attaque qui a fait 74 morts, dont 20 enfants, et des dizaines de blessés à Khan Cheikhoun, dans le nord-ouest de la Syrie. Washington, Paris et Londres ont présenté un projet de résolution condamnant cette attaque et appelant à une enquête complète et rapide de l’OIAC, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques. Le bombardement a été imputé par les rebelles, la France et le Royaume-Uni au régime de Bachar Al-Assad. Les victimes présentaient des symptômes caractéristiques d’une exposition à des agents neurotoxiques tels que le gaz sarin, a précisé, mercredi, Médecins sans frontières. Mais la Russie, souvent imitée par Pékin, a jugé « inacceptable » en l’état le projet de résolution condamnant cette attaque, une nouvelle illustration des divisions entre Occidentaux et Moscou depuis le début du conflit syrien, il y a six ans. Plus de 100 personnes ont été tuées et des centaines ont été intoxiquées dans cette attaque chimique. Le gaz neurotoxique, probablement du gaz sarin, a été déversé sur la ville lors d’un raid aérien mené, selon l’opposition, par le régime de Bachar El-Assad. « Des obus chimiques ont été envoyés sur les habitations. Des photos et des vidéos de militants circulant sur les réseaux sociaux montrent des corps sans vie, dont des enfants, d’autres en état de suffocation », relate le quotidien libanais L’OrientLe Jour. Les victimes ont été surprises dans leur sommeil et ont été asphyxiées, indique The Times. « Les symptômes observés correspondent à la présence [de gaz sarin] : pupilles dilatées, de la mousse sortant de la bouche, perte de conscience et ralentissement du rythme cardiaque », rapporte dans le journal de Beyrouth un membre du personnel médical d’un hôpital à Idlib, relayé par des activistes de l’opposition via WhatsApp. Le raid a été suivi par le bombardement, à deux reprises, de l’hôpital dans lequel s’étaient réfugiés les blessés, qui ont été évacués vers la frontière turque, où Ankara a envoyé une trentaine d’ambulances. Et selon le secrétaire d’État américain Rex Tillerson, la priorité n’est pas le départ d’Assad mais la libération de Raqqa, rappelle la journaliste libanaise Randa Takieddine dans le quotidien panarabe Al-Hayat. « Or quelle logique y a-t-il à chasser l’organisation terroriste de Raqqa tout en épargnant le régime terroriste à Damas, ré- gime qui a détruit le pays, qui l’a mis sous tutelle de l’Iran et de la Russie et qui a poussé des millions de Syriens dans l’émigration ? Comment des pays arabes [et notamment l’Égypte] peuvent-ils être favorables au maintien d’Assad, en disant qu’il est un rempart contre les Frères musulmans, alors même que c’est Assad qui, à force de terroriser les Syriens, les pousse dans les bras de toutes sortes d’organisations extrémistes ? », s’indigne-t-elle

à lire aussi :
Dopage : Poutine contre-attaque
«Faites du sport! Si vous le pratiquez de façon subtile, le succès viendra…» Tel était le conseil donné par le chef du Kremlin, Vladimir Poutine,...
Egypte : la presse a mauvaise presse
Le journaliste égyptien Hossam Bahgat a été libéré, mardi 10 novembre, après deux jours d’arrestation. Mais il n’est pas certain que les charges...
Turique : Erdogan se voit en sultan
Le président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan a relancé aujourd'hui son projet très controversé de réforme de la Constitution destiné notamment...
Quand Nidaa Tounes se donne en spectacle
Le premier parti politique de Tunisie est aujourd'hui en pleine crise, miné par une lutte de clan et une guerre de succession. Nidaa Tounes, c'est ce parti hétéroclite,...