Dernière minute ...
La cour d'appel de Casablanca a condamné le 26 juin 2018 Zefzafi, Ahemjik, Boustati et Ighid à 20 ans de prison ferme   Le Maroc quitte le 25 juin 2018 le Mondial de Russie sur une bonne impression, après un match nul (2-2) face à l'Espagne le tenant du titre Environ 440.000 candidats, dont 48% de filles, passent le Bac au titre de la session de juin 2018, une hausse de 9,68% par rapport à 2017 L'économie marocaine à progressé de 4,1 % en 2017 selon le HCP Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Centrale Danone prévoit 150 MDH de pertes au terme du 1er semestre 2018 Energie : Total dément vouloir racheter la Samir Découverte récente des plus anciennes traces d’ADN humain en Afrique à Taforalt au Maroc Le Roi Mohammed VI a été opéré avec succès en France pour arythmie cardiaque Véhicule de transport avec chauffeur (VTC): Fin de course pour Uber Maroc Sur la base d'une fatwa favorable du Conseil supérieur des oulémas, le Roi charge le ministère de la Justice d'ouvrir la profession d'adoul aux femmes Barrage à Rabat: L'eau est conforme aux normes marocaines de qualité Le président guinéen Alpha Condé: Le retour du Maroc à l’UA renforce l’unité africaine ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Diplomate ou psychopathe ?
Un fonctionnante de l’ambassade américaine à Rabat est au centre d'un fait divers assez grave que quelques sites électroniques, notamment Yabilidai, ont relatée et relayée. Même l’ONG de cybermilitantisme Avaaz s’est emparée de l’affaire en sonnant la mobilisation pour «que justice soit faite». La pétition lancée par cette organisation commence ainsi : «J. J. Harder responsable culturel adjoint à l'ambassade des États Unis à Rabat est une personne très dangereuse». L’intéressé est accusé d’agression début mars dernier d’un citoyen marocain sur lequel il se serait acharné alors même qu’ il était tombé en syncope en lui assénant au visage des coups de pieds et de poings violents. La victime n’a visiblement dû son salut qu’à l’intervention de passants qui auraient également filmé la scène de l’attaque. Une attaque survenue, selon le té- moignage de l’agressé à Yabiladi, suite à un incident banal qui a failli tourner à la bagarre. « Un cycliste m’a touché à l’épaule avant de tomber par terre. Il s’est relevé et a voulu m’agresser», explique celui qui a eu ce petit problème alors qu’il faisait son jogging matinal à Rabat. Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Le diplomate, obsédé par l’incident visiblement fortuit, serait revenu sur les lieux quelques jours plus tard pour retrouver le Marocain avec la ferme volonté de lui infliger un châtiment. « Mission » accomplie. La victime, qui ne s’est réveillée qu’aux urgences, s’en est tirée avec un nez cassé, une oreille déchirée et un grand traumatisme. Drôle de responsable culturel ! La diplomatie supposant tact et habileté dans les relations avec les autres, J. J. Harder serait-il un homme belliqueux qui règle le moindre petit accroc par l’agressivité ? Notre joggeur, lui, était alors loin de savoir, ainsi qu’il l’affirme, que son bourreau était un cadre de l’ambassade américaine et donc bénéficiant de l’immunité diplomatique. D’où sa forte crainte que l’agression d’une rare violence dont il a fait l’objet, qui n’a aucune chance d’aboutir sur le plan judiciaire, ne tourne également à l’impunité. Du côté de l’ambassade américaine, on ne nie pas les faits, reconnaissant avoir appris l’existence «d'un incident entre un citoyen marocain et un diplomate américain». Selon cette source, l’accusé coopère avec la police marocaine à laquelle il « a fourni volontairement une déclaration sur les faits» ainsi qu’une déposition sur «un incident antérieur initié par le même citoyen marocain». A supposer même que ça soit vrai, rien ne justifie de la part du fonctionnaire US un tel niveau de violence contre une personne qui plus est était à terre
 
 

à lire aussi :
Motus et Ayouch cousu
Ne demandez pas en quelle qualité Noureddine Ayouch conduit secrètement depuis quelques semaines une mission de médiation avec les principaux détenus des...
Exil religieux
Il y a quelques années, des témoignages de jeunes Marocains qui se sont convertis au christianisme circulaient sur Internet. Sous forme d’enregistrements audio, ou encore de...
Terroriste pour Tunis, migrant pour Rome
Le jeune Marocain arrêté en mai, suspecté de complicité avec les auteurs de l'attentat meurtrier du Bardo à Tunis de mars dernier ne sera finalement pas...
Au secours, la tuberculose revient !
On croyait la tuberculose éradiquée au Maroc. Que nenni. depuis quelques mois, la maladie enregistre un retour en force dans nombre villes du pays. « Naguère, je...