Dernière minute ...
La résolution sur le Sahara adoptée à l'unanimité le 28/4/17 par le conseil de sécurité, le mandat de la Minurso prorogé d'un an Le programme Al Othmani approuvé mercredi 26 avril par 208 voix, 91 députés ont voté contre et 40 se sont abstenus Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Un attentat le 20 avril contre un car de police sur les Champs Elysées, 1 policier tué et 2 autres blessés Attaque chimique en Syrie: La Russie oppose son veto au conseil de sécurité L'explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg fait au moins 14 morts Le transport et le résidentiel, principaux consommateurs d'énergie avec un total de 59,8  Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Casablanca parmi les villes les plus chères au monde Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016  L’évasion fiscale coûte près de 2,5 milliards de dollars par an au Maroc Donald Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute à la Trump Tower Egypte : Moubarak acquitté pour la mort de manifestants en 2011 La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Délit de patronyme : Mohamed Ali Jr et sa  mère Khalilah Camacho-Ali, une ex-épouse du célèbre boxeur, ont  été retenus en rentrant aux Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO Selon l’ONP, avec plus de 4 millions de tonnes de poisson pêché par an, le Maroc est le 1er producteur de poissons en Afrique et 25e mondial La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir Le Maroc, 2e pays africain à s’engager à réduire ses émissions de GES de 42 % à l’horizon 2030 La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Confus de Canard
Al Othmani dynamite le PJD
Tout le monde aura compris que le recours à Al Othmani pour former une majorité gouvernementale après plus de 5 mois de blocage, était une seconde et dernière chance pour le PJD. Avant de devoir, en cas de nouvel échec, revenir dans l’opposition. Mais tout en ayant bien capté le message, les membres du PJD ont cherché, du moins en apparence, à réduire à néant la marge du remplaçant de Abdelilah Benkirane en voulant le cadenasser dans les mêmes conditions qui ont abouti au blocage et provoqué le dessaisissement de leur chef vénéré : à savoir le raidissement de ce denier sur le cas de l’USFP qu’il a juré sur ses grands dieux de ne pas accepter dans son équipe. Si ce n’est pas de l’hypocrisie ou une tentative de manipulation de l’opinion publique, cela y ressemble beaucoup. Au lieu qu’il soit soutenu pour réussir sa mission délicate et épargner au PJD les affres de l’opposition, le nouveau Premier ministre fait face dès sa nomination de la part des siens à une opération de discrédit. Certains sont allés jusqu’à mettre en doute sa loyauté à l’égard «des principes et valeurs» du parti en l’accusant de s’être laissé bouffer par ses alliés pour avoir dit oui à l’entrée de l’USFP au gouvernement. Sacrilège ! ont crié les jusqu’au-boutistes qui semblent ne pas avoir compris que la politique est affaire de concessions et de rapport de force. Mais pour faire croire à leur base et à l’opinion qu’ils n’ont pas capitulé sur le dossier USFP, ils ont tenté un ultime baroud d’honneur consistant à opposer leur veto à l’entrée de son chef Driss Lachgar au gouvernement ! Après le parti, la personne ! Or, cette manœuvre ne change rien à la réalité des choses : A trop s’entêter à vouloir jouer au petit caïd qui impose sa loi, le PJD de Benkirane a fini par perdre son bras de fer en se reniant à plusieurs reprises (l’entrée de l’Istiqlal, de l’UC et de l’USFP au gouvernement). Avec Al Othmani ou un autre, il n’est pas en mesure de dicter ses conditions, accepter et refuser qui il veut. C’est que le choix des alliés dans le système politique marocain où le Roi règne et gouverne a toujours été opéré en concertation avec le régime. Une donne que Benkirane, tout à sa fatuité et à ses arrière-pensées enrobées dans sa bonasserie habituelle qui plait au petit peuple, a tenté de changer en arguant de la première place occupée par son parti à l’issue des législatives du 7 octobre 2016. La première place certes. Mais pas la majorité. Ce qui change tout. Le patron des islamistes aurait pu à la limite dicter ses choix en termes d’alliés si sa formation avait obtenu la majorité qui lui aurait permis de gouverner seul. Sans le recours à des partenaires politiques. Ce qui est loin d’être le cas. Le PJD, qui a obtenu juste 1.571 659 de voix sur 15.700.000 électeurs lors du scrutin législatif, n’est pas en position, quand bien même il est arrivé premier en termes de sièges, d’imposer seul ses conditions. En se méprenant à dessein sur la réalité des choses et en se payant le luxe de cracher sur une majorité octroyée par le jeu de la négociation, Benkirane a embarqué son parti dans une logique de confrontation dont il aurait pu faire largement l’économie, tout en ouvrant la boîte de Pandore : Plus que jamais la division, voire l’affaiblissement menacent le PJD à cause de son raidissement sur l’USFP qui lui a valu d’être dessaisi au profit de son successeur. Celui-ci n’avait d’autre choix que d’accepter ce parti pour épargner aux siens un retour certain au purgatoire de l’opposition. L’épisode du choix des ministres n’est pas non plus de nature à lui permettre de se racheter auprès des siens qui ont laissé exploser leur colère après qu’il aient pris connaissance des noms de certains ministrables candidats aux départements de «souveraineté». Si d’aventure le recours à la solution Al Othmani pour palier la défaillance de Benkirane dynamite le parti, Benkirane ne peut pas s’exonérer de ses responsabilités. Bien au contraire. Au-delà de sa tentative de s’ériger en victime, il restera objectivement comme celui qui n’a pas su construire dans la confiance la cohabitation des islamistes avec la monarchie en agissant tout au long de son mandat moins en Premier ministre qu’en chef d’un parti de l’opposition. Une cohabitation qui avait pourtant démarré sous de bons auspices mais que Benkirane et ses intrigues ont mise à rude épreuve.
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Les morts de Louardi
Les drames des dysfonctionnements de la santé au Maroc, dont sont victimes principalement les démunis aux quatre coins du pays, sont fréquents. Il ne se passe pas un jour sans...
Elus autonomisés, partis dépassés
La majorité s’est fracassée sur le récif de la réalité locale. C’est le principal enseignement à tirer de l’élection des patrons des...
Vote-sanction
Le PJD a réussi à passer haut la main son premier test électoral depuis sa victoire historique aux élections législatives de 2011, suite aux révoltes...
Les mêmes et on recommence
Faire passer le maximum de candidats lors du scrutin communal du 4 septembre, tel est le souci principal des partis politiques qui mesurent leur force et popularité à l’aune de la...