Dernière minute ...
ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Le 22 décembre 2017, le bitcoin chute de 25 %, de 20.000 $ à 14.445 $ Catalogne-21 Décembre : Majorité absolue des indépendantistes mais former un gouvernement n’est pas garantie Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Le migrateur
Trump enfume les écologistes
L e président des Etats-Unis donald Trump, a lancé mardi 28 mars 2017, la déconstruction du bilan de Barack Obama sur le climat, martelant sa volonté de « mettre fin à la guerre contre le charbon » dans un discours au cours duquel il n'a pas mentionné une seule fois la question du changement climatique. depuis le siège de l'Agence de protection de l'environnement, à quelques centaines de mètres de la Maison Blanche, le président américain a signé le « décret sur l'indépendance énergétique » qui ordonne un réexamen de la mesure phare de son prédécesseur démocrate : le «Clean Power Plan», qui impose aux centrales thermiques des réductions de leurs émissions de CO2. «Cela permettra à l'EPA de se concentrer sur sa mission essentielle : protéger l'air et l'eau», a lancé le président républicain qui a, à plusieurs reprises par le passé, mis en doute la réalité du réchauffement de la planète et le rôle des activités humaines dans ce dernier. Ce décret, coup de pouce assumé aux énergies fossiles, suscite de vives interrogations sur l'attitude des Etats-Unis vis-à-vis de l'accord de Paris sur le climat signé fin 2015 par plus de 190 pays après des années d'âpres négociations. Annonçant "une nouvelle ère" dans le secteur énergé- tique aux Etats-Unis, donald Trump a insisté sur l'impérieuse nécessité, selon lui, de supprimer nombre de réglementations environnementales «inutiles et destructrices d'emplois». Le "Clean Power Plan" (projet pour une énergie propre), qui avait pour but d'accélérer la transition énergétique, imposait aux centrales thermiques des réductions de leurs émissions de CO2 de 32% d'ici 2030 par rapport à 2005. S'il entrait en vigueur, il se traduirait par la fermeture de nombre de centrales à charbon, les plus anciennes et les plus polluantes. Il est cependant, pour l'heure, bloqué par la justice, qui avait été saisie par une trentaine d'Etats, majoritairement républicains.
 
 

à lire aussi :
Mépris de haut vol
I l est désormais clair que les compagnies aériennes a m é r i c a i n e s – à l’image du président du pays ne reculent devant rien. Apparemment, seul...
Bachar à plein gaz...
 Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni d’urgence, mercredi 5 avril, à New York, au lendemain de l’attaque qui a fait 74 morts, dont 20...
France : Un combat sans panache
François Fillon doit retirer sa candidature à l'élection présidentielle. C'est ce qu’a formulé le Parti socialiste après les nouvelles...
La Tunisie sur une voie sans issue
 Deux ans après la chute de Ben Ali, la Tunisie est toujours plongée dans une crise sécuritaire sans précédent, mais aussi dans une crise politique suite...