Dernière minute ...
ONU: les colonies juives sur les territoires palestiniens occupés sont "illégales" Ahmed Lahlimi: "L'agriculture, premier contributeur à la croissance et à la hausse du niveau de vie" L'Etat doit 18 milliards de DH de remboursements de TVA à l'OCP 30% de la dette publique intérieure est détenue par des caisses de retraite en 2016 La flexibilité du dirham entre en vigueur lundi 15 janvier 2018 Le 22 décembre 2017, le bitcoin chute de 25 %, de 20.000 $ à 14.445 $ Catalogne-21 Décembre : Majorité absolue des indépendantistes mais former un gouvernement n’est pas garantie Vote à l’AG de l’ONU sur Jérusalem :  Sur 193 pays membres, 128 ont dit non à la décision de Trump, 9 oui et 35 se sont abstenus  Le ministre ivoirien de l'Industrie et des Mines Jean Claude Brou est le nouveau président de la Commission de la CEDEAO Fermeture définitive de la prison locale Salé 1 (Zaki) Au Maroc plus de 50 % des actes de violence contre la femme sont commis par le conjoint L'Autriche est le seul pays de l'UE où l'extrême droite participe au gouvernement Jacob Zuma quitte la présidence de l'ANC  Trump  reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël A Abidjan, le Maroc se qualifie au Mondial 2018 sans encaisser aucun but  Moody’s : " les perspectives pour le système bancaire marocain sont positives" Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Ouac-Ouac
Troubles troublants
Les événements qui secouent El hoceïma à intervalles réguliers commencent à préoccuper sérieusement les pouvoirs publics. Les affrontements du dimanche 26 mars entre un groupe d’étudiants et des policiers dans la zone de Imzouren et Beni Bouayach ont de nouveau sonné l’alarme. Si bien que décision a été prise de limoger le gouverneur de la province Mohamed Zhar et son remplacement à titre intérimaire par Mohamed Faouzi, inspecteur géné- ral du ministère de l’Intérieur. M. Zhar est la première victime politique des affrontements avec les forces de l’ordre qui éclatent régulièrement depuis la mort tragique le 28 octobre 2016 du poissonnier Mohcine Fikri. Pas moyen de calmer les esprits des mécontents qui ne ratent aucune occasion pour donner libre cours à leur colère en se livrant à des actes de vandalisme sur la voie publique. Mieux, les contestataires, pour la plupart des jeunes, n’hésitent plus à s’en prendre violemment aux symboles de l’Etat que sont les forces de l’ordre qu’ils caillassent en incendiant leurs véhicules de fonction comme ce fut le cas dimanche dernier ! L’escalade est palpable dans une province historiquement dissidente dont l’agitation actuelle tranche avec le calme des autres régions pourtant beaucoup moins loties. Pour calmer une situation toujours aussi inflammable qui revêt à El hoceïma les apparences de revendica - tions socio-économiques, le ministre de l’Intérieur Mohamed hassad s’est rendu mardi 28 mars sur place où il a tenu une réunion de crise avec les responsables de la ville, les élus et les représentants de la société civile. Au menu, une «mobilisation collective pour le développement de la province et répondre aux attentes des habitants». A rappeler que la région du Nord El hoceï- ma compris s’est taillée depuis une quinzaine d’années la part du lion dans les programmes de développement initiés par les pouvoirs publics. Malgré cet effort colossal d’un montant d’environ 15 milliards de dh, le malaise persiste et débouche désormais sur des troubles à l’ordre public. Forcément, il y a quelque chose qui cloche…
 
 

à lire aussi :
Diplomate ou psychopathe ?
Un fonctionnante de l’ambassade américaine à Rabat est au centre d'un fait divers assez grave que quelques sites électroniques, notamment Yabilidai, ont relatée et...
Laftit pour désamorcer la colère
Pour sa première mission après sa nomination comme ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, accompagné du ministre délégué Noureddine...
Quand Microsoft se fait menaçant
La scène semble sortie tout droit d’un film de mafia. Des petites et moyens entreprises marocaines ont reçu, depuis quelques temps, un appel téléphonique pour le...
Ces trafiquants qui ne se cachent plus…
A Malaga, au sud de l'Espagne, un groupe de baigneurs a assisté à une scène plutôt hallucinante. Un horsbord a accosté sur la plage ensoleillée. À son...