Dernière minute ...
La Rochelle : la douane française a saisi le 21/10/17 à bord d'un camion immatriculé au Maroc près de 2,3 T de cannabis d'une valeur de 17 M€.   La banque participative Al Akhdar Bank (Groupe GCAM) démarre en novembre 2017 Né à Barcelone, Manuel Valls, l'ex premier minisre français qualifie le référendum indépendantiste catalan  de "folie" Art :70 œuvres originales de maîtres espagnols exposées au MMVI à Rabat Maroc : 32 établissements privés sanctionnées pour avoir donné des notes non méritées lors de l'année année scolaire 2016-2017 Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
La bonne-fausse idée de Ramid
Une bonne fausse-idée que celle lancée par le ministère de la Justice et des Libertés: les journées portes ouvertes organisées sous le thème «La justice au service du citoyen». Objectif de cette opération de communication : mieux faire connaître et comprendre la justice aux Marocains dans son fonctionnement ou dans ses prises de décision ainsi que les obstacles rencontrés au quotidien par le personnel judiciaire. Mais le ton de ce que sera cette journée est donné dès l’ouverture, jeudi 15 mars à la Cour d’appel de Casablanca, de la céré- monie sous la présidence du ministre Mustapha Ramid: un bureau des chikayate, une espèce de mur des lamentations. Ça n’a pas raté. A peine la cérémonie d’inauguration lancée avec les allocutions d’usage, une femme munie de son dossier judiciaire fait irruption dans la salle en criant à l’injustice. Incident qui a jeté un froid dans l’assistance rattrapé du coup par la réalité vraie de la justice au Maroc qui en l’état actuel des choses a besoin surtout de pouvoir faire son travail dans des conditions optimales. Ce qui est loin d’être le cas. Ceux qui s’attendaient à des échanges avec un public intéressé en ont été pour leurs frais. Comment peut-il en être alors que la justice marocaine est assaillie par une multitude de problèmes et de tares aussi complexes les uns que les autres qui rejaillissent souvent sur la qualité des jugements rendus ? Pour dépasser les lenteurs des procédures judicaires longtemps dénoncées par les justiciables, le patronat marocain et certaines instances internationales comme la Banque Mondiale, les services de M. Ramid ont donné, via une circulaire adressée récemment aux présidents de diverses juridictions, jusqu’à fin 2017 afin de statuer sur l’ensemble des affaires enregistrées depuis 2013. Accélérer la cadence est-elle la solution quand le personnel de la justice souffre de sous-moyens notamment humains ? Avec une moyenne de 3 millions d’affaires traitées annuellement, les tribunaux du pays croulent sous une surcharge de travail qui fait que les juges sont vite débordés. Exiger d’eux de liquider les litiges déposés depuis 2013 devant les diverses juridictions revient à leur demander de bâcler leur travail qui, la plupart du temps requiert du temps notamment dans les litiges complexes (différends immobiliers et fonciers, litiges commerciaux, difficultés d’entreprises) pour rassembler les pièces nécessaires. Lorsque l’on sait que la préparation d’une expertise demande jusqu’à trois ou quatre mois, voire plus et une contre-expertise autant, il est difficile de juger raisonnablement une affaire dans un délai de 2 ou 3 mois fixé par le ministère de la Justice. Mis ainsi sous pression, le magistrat n’ayant pas les éléments suffisants pour statuer de manière juste et équitable sur tel ou tel dossier, le jugement rendu dans la hâte se fait souvent au détriment des intérêts de la partie lésée qui réclame d’être rétablie dans ses droits légitimes. Ces cas, où les innocents sont condamnés pour cause d’une justice qui se trompe malgré elle faute de temps, sont légion. Cette situation fait que les taux d’appel est relativement élevé (10 à 20% selon les tribunaux alors qu’il est à peine de 5% en France). Une surcharge de travail pour des Cour d’appel en souseffectifs obligés de réexaminer dans les mêmes conditions de promptitude imposée des affaires mal jugées en première instance. La spirale des dysfonctionnements se poursuit de plus belle. En somme, il en faut plus que des opérations de com de quelques jours pour rapprocher réellement la justice des justiciables et la mettre au service des usagers. Une justice juste et efficace passe d’abord par l’écoute des magistrats. Ce qui n’est pas la première qualité du ministre de tutelle sortant qui n’a réussi qu’à les braquer.
 
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Le temps des ectoplasmes
Le décès de M’hamed Boucetta, un nationaliste de la première heure doublé d’un animal politique distingué, projette une lumière crue sur la...
L'autocélébration en flux tendus
L’emploi, c’est connu, ne se décrète pas. Le besoin d’embauche se ressent naturellement, devient impérieux lorsque la croissance économique est au...
Les causes d'une fausse cause
Le gouvernement a décidé de durcir la loi anti-terroriste dans l’espoir de dissuader les candidats au Jihad de rejoindre les combattants de l’Etat Islamique. Peines...
Benkirane, premier ministre résigné...
La célèbre pièce de l’anti-théâtre «En attendant Godot» de Samuel Beckett résume parfaitement la situation politique nationale figée...