Dernière minute ...
Le programme Al Othmani approuvé mercredi 26 avril par 208 voix, 91 députés ont voté contre et 40 se sont abstenus Attaque chimique en Syrie : La France accable Bachar el-Assad Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert Un attentat le 20 avril contre un car de police sur les Champs Elysées, 1 policier tué et 2 autres blessés Attaque chimique en Syrie: La Russie oppose son veto au conseil de sécurité L'explosion dans le métro de Saint-Pétersbourg fait au moins 14 morts Le transport et le résidentiel, principaux consommateurs d'énergie avec un total de 59,8  Trump signe un décret abrogeant des mesures d'Obama sur le climat Le gouverneur de la province d’al-Hoceima limogé après les incidents violents qui secouent la ville  L'américain Akamai Technologie : Le Maroc offre la 3e meilleure connexion Internet en Afrique Casablanca parmi les villes les plus chères au monde Daesh revendique l'attentat près du Parlement à Londres Tuberculose: Plus de 30.000 cas enregistrés au Maroc en 2016  L’évasion fiscale coûte près de 2,5 milliards de dollars par an au Maroc Donald Trump accuse Obama de l'avoir mis sur écoute à la Trump Tower Egypte : Moubarak acquitté pour la mort de manifestants en 2011 La Zambie retire sa reconnaissance de la pseudo RASD Délit de patronyme : Mohamed Ali Jr et sa  mère Khalilah Camacho-Ali, une ex-épouse du célèbre boxeur, ont  été retenus en rentrant aux Le Maroc souhaite adhérer à la CEDEAO Selon l’ONP, avec plus de 4 millions de tonnes de poisson pêché par an, le Maroc est le 1er producteur de poissons en Afrique et 25e mondial La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le juge commissaire a décidé par ordonnance la mise en vente des actifs de la Samir Le Nigéria confirme le projet de gazoduc ouest-africain allant jusqu’au Maroc Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir Le Maroc, 2e pays africain à s’engager à réduire ses émissions de GES de 42 % à l’horizon 2030 La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole Le Groupe OCP s’engage à dessaler l’eau de mer à El Jadida à l’horizon 2020 Le Crédit Agricole du Maroc met à la  disposition du secteur primaire la somme de  30 MMDH sur la période 2014-2018 

Confus de Canard
Guergarate pour faire diversion
Le Maroc a-t-il commis une erreur d’appréciation en se retirant de Guergarate dimanche 26 février conformément à la recommandation du secrétaire gé- néral de l’ONU ? On peut le penser, au vu de l’attitude de la soldatesque polisarienne qui au lieu d’emboîter le pas aux troupes marocaines a décidé de rester sur place dans un geste de défi à la communauté onusienne. Un geste provocateur qui loin d’aller dans le sens de l’apaisement voulu par le Maroc et l’ONU, au nom du respect de la légalité internationale, est de nature à déboucher sur une escalade aux conséquences imprévisibles. Localité frontalière située à l'extrême sudouest du Sahara marocain, Guergarate marque la ligne de cessez-le-feu entre le Maroc et la chimérique RASD. Sur le papier, cette zone tampon, que les convois marchands et touristiques traversent dans l’insécurité totale pour atteindre le premier poste-frontière mauritanien, est placée sous administration onusienne mais en réalité elle a été mise sous la coupe de trafiquants de tout genre qui y font régner leur loi. C’est justement pour sécuriser ce no man’s land surnommé Kandahar long de 6 kilomètres et le nettoyer de ses activités mafieuses (vente d’armes, drogue, contrebande…) que le Maroc y a envoyé ses troupes en août 2016. Le redéploiement marocain sur place a permis également de procéder à des travaux d’asphaltage de la route qui va au-delà du mur de défense construit par feu Hassan II, une route qui représentant la profondeur stratégique du Maroc s’avère essentielle pour ses échanges commerciaux avec les pays de l’Afrique subsaharienne. Considérant le geste marocain comme une violation d’une zone onusienne et un casus belli, le polisario, lui, ne l’entendait pas de cette oreille qui a pris prétexte du positionnement marocain sur Guergarate pour y installer en guise de riposte une base d’appui chargée de contrôler le flux des camions qui se dirigent vers la Mauritanie. L’affaire Guergarate a éclaté alors que le Maroc préparait activement son retour au sein de l’Union africaine où il repris sa place naturelle avec honneur et gloire en dépit des manoevres hostiles de ses adversaires. Le retrait marocain de Guergarate, qui peut apparaître comme une erreur, procédait certainement du souci de Rabat de ne pas prêter le flanc aux critiques de ses ennemis et d’éviter tout ce qui est susceptible d’entacher la réussite de son repositionnement stratégique réussi sur le continent africain. Fort de la légitimité de sa cause et de son armée, le Maroc aurait pu nettoyer la zone de ces mercenaires provocateurs et sécuriser cette localité une fois pour toutes. Mais agir ainsi dans un contexte géopolitique qui lui est favorable reviendrait à tomber dans le piège de l’Algésario qui cherche désespérément à pousser le Maroc à la faute qui décrédibiliserait le processus de son retour réussi en Afrique. Confrontée à une grogne sociale sans précédent, minée par les guerres de clans et fragilisée par une pré- sidence fantôme et handicapée, l’Algérie qui a longtemps cherché à isoler le Maroc prend aujourd’hui le risque de s’isoler elle-même. Dans ce contexte à haut risque, il est évident que l’épisode Guergarate offrait à un pouvoir chancelant l’occasion d’une belle diversion. Mais le Royaume, avisé comme à son habitude, n’a pas voulu lui faire ce cadeau.
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Fillon n’est pas marocain
Ce n’est pas au Maroc où l’affaire Fillon risque d’éclater et donner immédiatement lieu à une auto-saisine des juges pour déterminer s’il y...
Cobayes éternels
La baisse dramatique et continue du niveau de l’école publique et des élèves n’a de cesse de revenir à la figure de la nation comme un boomerang...
La Smit plombée par Douiri
Le monde est tombé à bras raccourcis sur la société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT) épinglée par la Cour des comptes dans son dernier...
Les lapalissades font autorité
Il semble que nous avons encore besoin au Maroc de rapports ronflants et d’études pompeuses pour nous annoncer des lapalissades plusieurs fois ressassées et prescrire aux...