Dernière minute ...
Pyongyang menace de riposter aux mences de Trump par un essai d'une bombe H «sans précédent» Institut Montaigne : "Le Maroc, tête de pont des investissements internationaux en Afrique" Macron a signé les ordonnances validant la réforme du Code du travail Référendum en Catalogne :  Rabat soutient Madrid Un chef de parti nationaliste flamand veut construire une prison belge au Maroc L’aéroport de Marrakech classé comme “le plus beau” au monde Casa-Paris Orly 2ème ligne aérienne la plus fréquentée au monde Attijariwafa bank conclut un partenariat stratégique avec un géant japonais Mis en examen, le Franco-marocain El Guerrab démissionne du LREM Sommet de la Ticad : Le Japon dénonce l'agression de Nacer Bourita par des officiels mozambicains à Maputo Le Groupe Crédit Agricole du Maroc étudie une introduction en bourse La localité marocaine de Mhamid el Ghizlane est le meilluer endroit au monde pour observer les étoiles selon le magazine web "Blasting News" Pour la 5e fois Al-Baghdadi, le leader de l'Etat islamique, annoncé pour mort Le parlement européen rejette  sa recommandation sur l'élargissement du mandat de la Minurso aux droits de l’Homme  La ville palestinienne d'Hébron inscrite au patrimoine universel de l'Unesco La population mondiale atteindra les 9,8 milliards d'habitants en 2050 L’apprentissage de la langue française se fera dès la première année de primaire au Maroc Le Maroc premier importateur de dattes des Émirats  Phosphates : La justice panaméenne ‎déboute le polisario L'ONEE repasse au vert après plus de 15 ans de déficit généré par de lourds investissements Agriculture: 20 contrats programmes signés depuis le lancement du Plan Maroc Vert La ligne 2 du tramway de Casablanca opérationnelle fin 2018 Le groupe Akwa dément le rachat de la Samir La première banque islamique au Maroc est une filiale du Groupe Crédit Agricole

Confus de Canard
Guergarate pour faire diversion
Le Maroc a-t-il commis une erreur d’appréciation en se retirant de Guergarate dimanche 26 février conformément à la recommandation du secrétaire gé- néral de l’ONU ? On peut le penser, au vu de l’attitude de la soldatesque polisarienne qui au lieu d’emboîter le pas aux troupes marocaines a décidé de rester sur place dans un geste de défi à la communauté onusienne. Un geste provocateur qui loin d’aller dans le sens de l’apaisement voulu par le Maroc et l’ONU, au nom du respect de la légalité internationale, est de nature à déboucher sur une escalade aux conséquences imprévisibles. Localité frontalière située à l'extrême sudouest du Sahara marocain, Guergarate marque la ligne de cessez-le-feu entre le Maroc et la chimérique RASD. Sur le papier, cette zone tampon, que les convois marchands et touristiques traversent dans l’insécurité totale pour atteindre le premier poste-frontière mauritanien, est placée sous administration onusienne mais en réalité elle a été mise sous la coupe de trafiquants de tout genre qui y font régner leur loi. C’est justement pour sécuriser ce no man’s land surnommé Kandahar long de 6 kilomètres et le nettoyer de ses activités mafieuses (vente d’armes, drogue, contrebande…) que le Maroc y a envoyé ses troupes en août 2016. Le redéploiement marocain sur place a permis également de procéder à des travaux d’asphaltage de la route qui va au-delà du mur de défense construit par feu Hassan II, une route qui représentant la profondeur stratégique du Maroc s’avère essentielle pour ses échanges commerciaux avec les pays de l’Afrique subsaharienne. Considérant le geste marocain comme une violation d’une zone onusienne et un casus belli, le polisario, lui, ne l’entendait pas de cette oreille qui a pris prétexte du positionnement marocain sur Guergarate pour y installer en guise de riposte une base d’appui chargée de contrôler le flux des camions qui se dirigent vers la Mauritanie. L’affaire Guergarate a éclaté alors que le Maroc préparait activement son retour au sein de l’Union africaine où il repris sa place naturelle avec honneur et gloire en dépit des manoevres hostiles de ses adversaires. Le retrait marocain de Guergarate, qui peut apparaître comme une erreur, procédait certainement du souci de Rabat de ne pas prêter le flanc aux critiques de ses ennemis et d’éviter tout ce qui est susceptible d’entacher la réussite de son repositionnement stratégique réussi sur le continent africain. Fort de la légitimité de sa cause et de son armée, le Maroc aurait pu nettoyer la zone de ces mercenaires provocateurs et sécuriser cette localité une fois pour toutes. Mais agir ainsi dans un contexte géopolitique qui lui est favorable reviendrait à tomber dans le piège de l’Algésario qui cherche désespérément à pousser le Maroc à la faute qui décrédibiliserait le processus de son retour réussi en Afrique. Confrontée à une grogne sociale sans précédent, minée par les guerres de clans et fragilisée par une pré- sidence fantôme et handicapée, l’Algérie qui a longtemps cherché à isoler le Maroc prend aujourd’hui le risque de s’isoler elle-même. Dans ce contexte à haut risque, il est évident que l’épisode Guergarate offrait à un pouvoir chancelant l’occasion d’une belle diversion. Mais le Royaume, avisé comme à son habitude, n’a pas voulu lui faire ce cadeau.
 
Abdellah CHANKOU

à lire aussi :
Dissoudre les communes
Relégué au second plan par l’agitation rifaine, le scandale de la commune de Had Soualem qui a révélé à une opinion très choquée...
La faillite d’une certaine poitique
Nasser Zafzafi, le jeune leader de la contestation rifaine, a été interpellé après s’être rendu coupable d’un délit puni par la loi que ses...
Menace sur la paix sociale
Pour qui observe l’évolution des prix au Maroc se rend compte tout de suite qu’ils se situent au-dessus d’un niveau économiquement rationnel. Or, cette vie de plus en...
Faut-il craindre l'effet contagion ?
Nouvelle démonstration de force des manifestants d’El Hoceïma jeudi 18 mai. Plus de 40 000 manifestants selon les organisateurs, moins de 7 000 selon les autorités, cette...